• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Trois bonnes raisons d'aimer Mathieu Demy

demyplage

Cinéaste libre et inspiré, dans "Americano", son premier film, Mathieu Demy se livre dans un Los Angeles sans clichés aux côtés d'une strip-teaseuse hot incarnée par Salma Hayek. On vous donne trois bonnes raisons de courir le voir.

1/ Parce qu’il joue bien avec lui-même.

Il s’appelle Martin et s’ennuie à Paris entre sa girl-friend morose et son paternel vociférant. Bientôt, il prend la fuite, direction Los Angeles, il passa son enfance avec sa mère, décédée depuis peu. Sur place, il entame un périple sur les traces de son propre passé et se met en quête d’une sublime danseuse: Lola qui exerce ses talents (et dévoile son impeccable plastique) dans une boîte de strip-tease.

Dans Americano, son premier film en tant que réalisateur, Mathieu Demy ne se refuse rien. Non content de mettre en scène cette épopée intime, il incarne également le personnage principal et convoque des images de sa propre enfance, tournées dans les seventies par sa maman Agnès Varda. Alors: complaisance pleurnicharde, no fun généralisé et tout à l’ego ? Trois fois non. Avec  Americano, le néophyte signe une fiction nerveuse, sensuelle et toujours surprenante qui ne ressemble à rien de connu dans le cinéma français. Mathieu Demy, acteur impeccable chez les autres (on l’a aimé cette année dans Tomboy et L’art de séduire), y confirme ses belles prédispositions pour les personnages ambigus et séduisants. Pas de doute: le charme opère aussi bien devant la caméra que derrière.

2/ Parce qu’il regarde bien l’Amérique.

Oubliez l’Amérique des blockbusters et des infos télés… Dans Americano, Mathieu Demy observe les Etats-Unis avec son regard ultra singulier et balance aux orties les clichés rasoirs, vus mille fois chez les autres. Dans les zones interlopes de Los Angeles, Mathieu D. a promené sa caméra en toute liberté et il en ramène des images réalistes, saturées d’énergie électrique et d’atmosphères envoûtantes. Elles servent d’écrin à l’errance et aux rêveries du personnage principal: Martin, un trentenaire un tantinet fâché avec son passé et qui ne sait pas très bien à quoi ressemble son présent.

Et le meilleur du film est à venir, quand Martin/Demy, sur la trace obsessionnelle de Lola, franchit une nouvelle frontière, direction le Mexique, Tijuana, et une boîte de nuit étrange: l’Americano qui donne son titre à la fiction. Là, le héros bancal trouve la fille qu’il cherche. Et la surprise est du genre colossale, pour lui comme pour nous. 

3/ Parce qu’il filme bien Salma Hayek

Ne pas se fier à son patronyme: Demy ne fait pas les choses à moitié. Pour interpréter Lola, la mystérieuse strip-teaseuse qui ne cache (presque) rien de ses charmes, le cinéaste a engagé une actrice que l’on n’attendait pas à voir roder dans les parages: Salma Hayek, l’ex bombe latino plébiscitée par Hollywood, un tantinet perdue de vue depuis quelques années. Comment dire ? La comédienne n’a pas fait le voyage pour rien. Sur la scène de lAmericano, elle s’adonne en effet à l’une des scènes les plus hot de l’année en effectuant un strip-tease filmé avec une sensualité qui dynamite la beauferie machiste gouvernant habituellement l’exercice. Et dans les coulisses de la boîte, cette fois toute habillée, Salma rappelle qu’elle n’est pas seulement un corps, mais aussi une vraie comédienne, capable d’incarner des états d’âme joliment compliqués. Une prestation intense, à l’image de ce film atypique et brûlant. Mathieu Demy, cinéaste ? Vite, la suite...

Americano, de Mathieu Demy. Sortie le 30 novembre.

LIRE LA SUITE
Olivier De Bruyn
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.