Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Maïwenn en 10 phrases cash

maiwenn1

On vous le dit dans le numéro de janvier dont elle est la cover girl, Maïwenn est une fille "sans filtre ni tabou". Alors quand elle se confie en interview, cela peut faire des étincelles. On a listé pour vous ses confidences non censurées à la presse.

"Je ris et je pleure tant, et si facilement, que je sens que les gens ne me trouvent pas naturelle ; ils pensent que j’en fais des caisses, et moi je sais que je peux faire chier, oui, avec mon besoin de parler de moi avec souffrance." Libé Next, octobre 2011.

"Ma mère a commencé à me frapper quand mon corps a changé, quand je suis devenue ado. Je sentais énormément de jalousie, elle n’arrivait plus à se positionner comme mère, elle se trouvait en concurrence. Je lui faisais peur." Marie-Claire, 2009.

"Je conserve aussi tous les t-shirts des hommes que j’ai aimés. Je ne les mets pas, je les sens." Elle, août 2012, à propos des pièces de son dressing dont elle ne pourrait pas se séparer.

"S’il suffisait de faire des films pour que ça aille mieux, ce serait trop facile ! Non, les films n’ont pas amélioré mes relations familiales, ils ne les ont pas davantage abîmées non plus. Passer son enfance à se faire taper dessus et à s’entendre dire que l’on est une merde promise à un avenir de merde, et ce, par les deux personnes que l’on aime le plus au monde, comment voulez-vous qu’il n’en reste pas des traces à vie ? Pendant des années, j’ai été amenée à me taper la tête contre les murs et à me taillader les bras. Pour que l’on m’aime." Psychologie magazine, juin 2011, à propos de son enfance.

"Avant même de savoir que je voulais réaliser un film sur la police, j’avais envie d’écrire cette histoire d’amour entre Didier et moi. Au départ, je cherchais un prétexte qui me permettrait d’écrire pour lui." Premiere, octobre 2011, à propos de Joey Starr et son rôle dans Polisse.


 

"Sur Le Bal des actrices, j'étais amoureuse de lui et j'étais assez frustrée de son rôle pas assez grand. J'avais envie de le filmer. C’est le plus bel acteur que j’ai jamais vu, il a les mêmes qualités, la même délicatesse que Philippe Léotard." Biba, novembre 2011, à propos de son ex, Joey Starr.

"Mon père m’a maltraité physiquement et verbalement. Mais il le reconnait c’est important. Ma mère qui a été physiquement violente jusqu’à mes 15 ans continue de nier." Libé Next, octobre 2011.

"Ne plus avoir d’argent. Heureusement que les pères de mes enfants m’aident. Depuis peu, je gagne ma vie mais c’est tellement au coup par coup… Quand j’y pense, j’ai des angoisses. Ma hantise, c’est de devenir SDF, de ne plus pouvoir payer mon loyer et de devoir retourner vivre chez ma mère." Marie-Claire, 2009, à propos de sa plus grande peur.

"Je suis devenue boulimique. J’ai pris 25 kilos en quelques mois. Comme je sortais beaucoup, j’ai eu la tentation de sombrer dans la drogue ou l’alcool." Psychologies Magazine,  juin 2011, à propos de sa séparation avec Luc Besson.

"Je ne connais pas très bien les névroses des acteurs car c’est un sujet qui ne m’intéresse pas trop ! Je trouve qu’un acteur, c’est une actrice, mais juste avec ses mauvais côtés. En règle générale, ils sont nombrilistes et narcissiques, alors que les actrices sont à mes yeux des femmes fragiles, sensibles, et très solidaires entre elles." Femina, janvier 2009, à propos des acteurs en général.

LIRE LA SUITE
Sarah Duverger
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.