• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Mais qui est Audrey Dana ?

torpedo

Nous avons rencontré Audrey Dana, actuellement à l’affiche du road-movie nordique "Torpedo". L’occasion de discuter ensemble de films, d’amour, d’enfants, et de la connaître enfin un peu mieux.

Ton personnage de Christine est une "douce dingue". Cette définition te caractérise dans la vraie vie aussi ?
Je crois que c'est exactement ce que je suis. Je ne suis ni méchante, ni dangereuse, mais définitivement, je ne suis pas très stable. Je pense avoir viré un peu dingue parce que j'ai eu des années particulières.
 
Dans tous tes films, tu fais tout à fond : tomber amoureuse, te convertir, râler... Est-ce que toutes ces femmes additionnées, c'est toi ?
Oui je suis... pleine. Je suis pas aussi extrême que certaines d'entre eux, mais je suis entière. Si je n’en avais pas bavé pendant des années où je me sentais comme en prison, je ne serai pas la moitié de qui je suis aujourd'hui. J'aurais pu finalement virer pétasse.
 
Si tu devais résumer ta vie en un titre de film...
Itinéraire d'un enfant gâté. Ou bien J'adore ma vie et mon métier. Vu d'où je viens et ce par quoi je suis passée, je suis très heureuse d'en être là aujourd'hui.
 
C'est quoi ton meilleur souvenir de première fois ?
Sûrement pas la première fois que j'ai fait l'amour, c'est toujours pourri. C'est Roman de gare. Mon premier vrai film avec Claude Lelouch. Ce type est ouvert à 360°. Dans le film je dis "le bonheur, c'est tout ce qu'on fait la première fois". Alors je pense à mon premier garçon, à ma première belle histoire d'amour, à mon premier deuxième enfant...
 
Tu as la double nationalité, franco-américaine. Tu préfères Paris ou New York ?
Paris, sans hésiter. Je suis une vraie parisienne. Mais j'ai eu mon premier enfant à New York et j'ai tellement adoré cette ville, qu'au lieu de rester deux mois, j'y suis resté deux ans. Le retour était quand même difficile... Mais je suis définitivement heureuse d'être rentrée. Enfin, quand c'est Sarko au pouvoir, j'ai plus envie d'être américaine, quand c'était Bush, j'avais plus envie d'être française. Mais Paris est ma ville préférée dans le monde !
 

Ton mot préféré en anglais ?
Procrastination. Il dit tellement de choses. Et puis on ne l'utilise pas encore trop en français.
 
Tu avais un projet de film Love, Love, Love, qui parle d'une fille qui cherche à définir l'amour en 3 mots. Quels sont-ils ?
Après beaucoup d'interrogations, maintenant je développe un projet qui parle de la famille avec ma sœur, Des Betteraves à Noël. L'autre jour j'étais chez moi avec Jacques Gamblin, et le mot "amour" était accroché au mur. Et il m'a dit : "tu vois l'amour, c'est pas avec un grand A, c'est avec un grand R". Et il a prit le R et il s'est baladé comme ça dans l'appart.Les trois mots qui définissent l'amour, c'est : liberté, respect, liberté.
 
La vie pour toi c'est du cinéma ?
Le cinéma c'est mieux que la vie. Mais je ressens autant d'émotions fortes dans ma vie qu'au cinéma.
 
L'homme idéal c'est qui ?
C'est un mec qui, déjà, parce qu'il est un homme, ne pense pas qu'il est plus fort que toi. Il est doux et respectueux.
Tu gères bien ta vie de maman et ta vie de comédienne ?
Mes enfants sont au cœur de ma vie. Je calibre tout pour être la meilleure mère possible. Je suis une maman épanouie et je suis impatiente de travailler avec eux !
 
T'es plus hasard ou coïncidence ?
En fait je n'en sais rien. Lelouch disait que la vie a toujours plus d'imagination que nous. Ca ne se passe jamais comme on l'a prévu. J'essaie de toujours accepter ce sur quoi je n'ai plus prise. 
 
Quel regard tu portes sur le cinéma français aujourd'hui et sur la jeune génération de comédiens ?
Il y a une vague qui arrive que j'adore ! Radiostar de Romain Levy est fou ! Nakache et Toledano, bien sûr, ils sont trop forts ! Omar Sy est une émergence d'acteur formidable. Gilles Lellouche et Jean Dujardin ont fait un truc super courageux, ils assurent. J'ai aussi une passion pour Astrid Bergès-Frisbey qui sera d'ailleurs l'héroïne de mon film. Et puis Géraldine Nakache et Leila Bekthi... toute cette bande ! On entre dans une nouvelle ère très excitante.
 
 
Tu me donnes deux bonnes raisons d'aller voir Torpedo ?
Bien-sûr ! (à voir en vidéo)
 
Torpedo, de Matthieu Donck, (avec Audrey Dana, François Damiens, Cédric Constantin). Sortie le 21 février 2012.
 

LIRE LA SUITE
Nicolas Béguin
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.