Gilles Lellouche : sexe, mensonges et libido

La sortie du film Les Infidèles, ou comment tromper sa femme en six leçons, est l'occasion de rencontrer le serial lover du moment, Gilles Lellouche. Il revient avec nous sur cette "dramedy" grisante et grinçante.

Gilles Lellouche Infidèles
© Allociné -
Dans le premier segment du film, tu trouves LA solution imparable pour pas se faire prendre par sa femme : ne pas la tromper. Il y en a d'autres ?
Pour pas se faire gauler... ? Je n'en vois pas, sinon je les aurais mises dans le film !
 
C'est quoi ton avis sur le scandale des affiches ?
Au delà du fait qu'elles soient de bon ou de mauvais goût, et elles sont forcement de mauvais goût, c'était le but recherché...  Je trouve ça un peu ridicule. Triste même.  D'abord parce que ça en dit long sur l'état de notre pays. Il y a 30 ans, un film qui s'appellait Un paradis pour tous avec Patrick Deweare, a eu exactement la même affiche - Patrick Deweare entre deux jambes en l'air - Et pas une once de scandale ! En 1982, on était plus libre qu'aujourd'hui ! Quand je vois dans quelle vulgarité on trempe, avec cette télé-réalité, ces gens qui ne savent pas aligner deux mots, ceux qui se baladent les seins à l'air, les Zahia qu'on encense comme si c'étaient des stars. Un moment donné je me dis, il  y a deux poids, deux mesures. Après qu'on n'aime pas, c'est pas grave, mais si on va dans la censure, il y en a des choses à censurer. Si on commence à ne plus pouvoir rire de tout, on est très mal barré. Indépendemment de son talent, ce qui est arrivé à Stéphane Guillon dans le métro, j'ai trouvé ça terrible. Comment auraient fait Coluche ou Desproges aujourd'hui ?
 
Pourquoi les hommes vivent-ils moins bien l'infidélité féminine ?
Parce que je pense qu'on est tellement faux-culs, tellement lâches et qu'on a tellement peur de simplement s'imaginer que c'est possible qu'une fille nous trompe, qu'on a besoin de croire que si elles le font, c'est qu'elles sont fondamentalement amoureuses. Qu'elles ne peuvent pas le faire de façon mécanique comme nous on pourrait le faire. Ce qui est complètement faux ! C'est un petit arrangement avec nous-mêmes qui sort de je ne sais où. Mais on vit bien avec ! On dort bien !