• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Fashion Week : la question du jour

Peut-on aller au défilé Chanel en baskets ? Le web a-t-il tué la Fashion Week ? Comment devenir une star du streetstyle ? Quelle coupe de cheveux faut-il avoir au premier rang ? 14

Malgré son aspect strict, la Fashion Week, c'est aussi l'occasion de ne pas se prendre au sérieux. Chaque jour, retrouvez ici la chronique de nos équipes mode en direct de New York, Londres, Milan ou Paris. Alors, Karl Lagerfeld est-il vraiment sympa ? Peut-on assister au défilé Chanel en baskets ? Les (vraies) réponses sont ici !

LIRE LA SUITE
1 /14

Peut-on aller au défilé Chanel en baskets ?

Peut-on aller au défilé Chanel en baskets ?

Vous avez été invitée, mais y a-t-il un dresscode à l'entrée ? Glamour vous dit la vérité sur l'un des défilés les plus attendus de la Fashion Week parisienne.

Même si on peut avoir tendance à croire le contraire, en réalité, nul n'est tenu d'assister au défilé Chanel... en portant du Chanel. La pratique, très courue des people, a souvent tendance à nous faire croire que le look black and white et la "petite veste noire" sont les bases indispensables de tout bon invité. Que l'on se rassure, cela ne se vérifie qu'au premier rang, et l'explication est toute simple : si vous êtes la grande amie de Karl, il serait mal vu de porter la dernière création de Marc...

Ha, dernière info : le défilé Chanel est l'un des seuls à commencer à l'heure, et non pas avec les 30 à 40 minutes de retard quasi traditionnels des autres shows. Histoire de ne pas trouver porte close à cause de vos talons de 12 et de votre démarche claudicante sur le parvis du Grand Palais, peut-être vaudrait-il mieux cette année surfer sur la tendance des baskets de running... Alors, prête à chausser vos Nike ?

Par Laurianne Melierre

2 /14

Le web a-t-il tué la Fashion Week ?

Le web a-t-il tué la Fashion Week ?

A l’heure du tout "Live" et de l’instantané 2.0 , se rendre aux shows a t-il encore un sens ?

On découvre les tendances dans la foulée

Les sites de mode et les photographes sont de plus en plus réactifs. Sur des sites comme Style.com, bible des Fashion Weeks, on peut retrouver les photos des looks en instant, soit quelques minutes après leur passage podium, les appareils des photographes présents au show publiant les clichés en direct. Et en plus, on découvre les vêtements, le make-up et la coiffure dans le détail. Le site français My Beautiful Dressing propose même de pré-commander en live les pièces portées par les tops. On survole une tenue, on clique, on ajoute au panier ! Sur place, il est plus difficile de trouver une vendeuse pour demander des infos sur le manteau Prada canon que vous venez d'apercevoir... N’oublions pas que les mannequins défilent à une allure quasi olympique grâce à leur foulée hors norme. Elles passent tellement vite qu’il est souvent impossible d’observer correctement ce qu’elles portent et les invités ressemblent à des spectateurs de Rolland Garros en plein match pour tenir la cadence. Tête à droite, vite, tête à gauche. Au moins sur votre ordi, vous n’aurez pas de torticolis.

On voit mieux les défilés de son canapé

Avec des shows diffusés en live, plus besoin d’être parmi les quelques centaines d’invités pour avoir l’image et le son ! Et surtout vous verrez bien mieux que les filles assises au troisième rang, obligées de tendre le cou pour espérer apercevoir les chaussures (si elles ont de la chance). Sans oublier que la plupart des invitées du premier rang (blogueuses star, rédactrices en chef) dégainent leur Ipad pour photographier les silhouettes et bouchent la vue. Voir le show à travers la tablette de sa voisine, c’est limite.

On twitte au lieu de regarder

Quand on jette un œil à la salle, on réalise que tout le monde a le nez penché sur son smartphone au lieu de regarder le défilé. Ça twitte, ça instagrame sur les réseaux sociaux, et plus personne ne profite réellement du show. Autant rester chez soi bien au chaud, non ?

Par Alice Augustin

3 /14

Comment devenir une star du streetstyle ?

Comment devenir une star du streetstyle ?

Votre objectif est de voir vos looks sur tous les blogs ? Vous êtes au bon endroit.

Option 1 : vous misez tout sur l'accessoire

Chaussures plateforme en bois sculpté, pochette en forme de chaton, lunettes-bijou ou capeline XXL, les streetstylers sont toujours à l'affût d'un accessoire fort pour dynamiser leurs séries. Le problème, c'est qu'avec des accessoires plus forts que le reste de votre look, vous risquez de voir votre visage... coupé au montage ! Adieu, rêves d'e-gloire...

Option 2 : vous la jouez total look

Que vous optiez pour un total look blanc, noir, doré ou à imprimé psychédélique, vous êtes sûre de ne pas passer inaperçue. Votre silhouette se repère de loin et attirera rapidement l'oeil d'un photographe. Attention toutefois à ne pas tomber dans le ridicule ! On vous déconseille fortement le total look pied-de-poule : le look Geneviève de Fontenay ne fera rire que vous.

Option 3 : vous vous dénudez

Les bombes de streetstyle l'ont bien compris : avoir un corps de rêve fait vendre. Alors si vous avez les jambes de Gisele, les fesses d'Adriana et le ventre de Cara... montrez-le ! Un cropped top, des sneakers et un short ? Le combo gagnant des flemmardes bien gaulées. Oui, c'est injuste. Très, même.

Option 4 : vous passez entre les mains d'un pro

Un ami styliste ? Parfait, il sera votre arme durant toute la Fashion Week. Silhouette déstructurée un jour, look preppy le lendemain, vous faites évoluer votre look de show en show et de ville en ville. Un exercice (de style) périlleux mais qui paye : vous deviendrez vite cette "fille" que l'on attend à la sortie des shows et dont tous les photographes se passent le prénom. "Sophia, par-ici ! Un sourire !"

Option 5 : vous en faites trop

Guêtres fluos, chaussures compensées de l'espace, frange décolorée improbable et robe déchirée multicolore, vous mixez des pièces impossibles et cultivez l'incohérence. Un parti-pris qui vous attirera tous les regards... mais aussi les rires, car la Fashion Police (et l'équipe du Petit Journal) ne sont pas loin ! Prudence...

Par Laurianne Melierre

4 /14

Quelle coupe de cheveux faut-il avoir au premier rang ?

Quelle coupe de cheveux faut-il avoir au premier rang ?


Quelle est la coiffure star chez les rédactrices de mode et autres fashionistas ? Petit baromètre capillaire.

Le bun ?

Bof. Trop vu, trop répandu, le chignon de danseuse posé sur le haut du crâne ne fait plus le buzz. Branché il fut, banal il est devenu. On vous soupçonnera surtout d’avoir au choix des pointes fourchues/les cheveux sales/pas assez de sous pour aller chez le coiffeur.

Le carré long ?

A fond ! C’est la nouvelle it-coupe des rédactrices mode trendy. Lisse ou flou, uni ou légèrement tye&die, droit ou un brin dégradé, c’est l’épidémie de carré sur les défilés. La bonne longueur : au niveau des clavicules ou légèrement au dessus des épaules selon les goûts. Pas besoin d’être une experte en maths pour maîtriser le carré magique.

Les cheveux long et naturels ?

Oui, si vous vous appelé Svetlana, que vous avez 17 ans et que vous êtes mannequin. C’est à leur longue crinière soyeuse (ainsi qu’à leur corps de jeune garçonnet) que l’on reconnaît les jeunes naïades des podiums.

Le chop ?

Oui, si vous êtes fan de Garance Doré. La blogueuse star a sacrifié sa longue chevelure bouclée pour se faire  une coupe ultra-courte et une jolie tête de garçon manqué. Un parti-pris radical adouci par une longue mèche modulable. Elle en a même fait une petite vidéo. On parie que la coupe Garance va détrôner la coupe Rihanna very soon !

 

Par Alice Augustin

 

5 /14

La question du jour : A quoi sert vraiment la Fashion Week ?

La question du jour : A quoi sert vraiment la Fashion Week ?

40% : se montrer
Qu’on se le dise, la Fashion Week regroupe à elle seule tous les acteurs principaux de la sphère fashion. Pendant un mois, rédacteurs, blogueurs et autres fashionsistas se pressent (et se poussent) aux portes des mêmes défilés et des mêmes présentations de collections. Que ce soit par votre look, votre plume ou votre poste, tous les moyens sont bons pour distribuer ses cartes (et ses bises) aux bonnes personnes.

35% : travailler (oui, quand même)
Même si l’on a parfois du mal à s’en rendre compte, la Fashion Week permet aux modeux de découvrir en avant-première les collections des saisons prochaines. Un carnet de notes dans une main, votre iPhone dans l’autre, vous êtes aussi là pour mémoriser les tendances, découvrir de nouveaux designers et commencer à préparer vos futurs sujets. Et à raison d’une dizaine de show par jour, mieux vaut être bien accrochée…

20% : manger
Des burgers à kNew York, un fish & chips à Londres, un plat de pastas à Milan ou un plateau de fromages à Paris, vous courez de dîner en dîner et avez envie de tout tester… Réservez vos petites robes pour le début de la saison et oubliez votre ceinture à partir de 19h. Si si.

5% : bitcher
Avec une Fashion Week qui ressemblerait à s’y méprendre à un joyeux camp de vacances, les fashion gossips vont bon train. Un show raté, un attaché de presse rincé, un look foiré, toutes les occasions sont bonnes pour ricaner entre collègues. Mais que l’on se rassure, le second degré n’est jamais très loin…

Par Laurianne Melierre

6 /14

Question du jour: Que font les modeux à la fin de la journée?

Question du jour: Que font les modeux à la fin de la journée?

Pendant un mois, les modeux du monde entier prennent les mêmes avions, assistent aux même shows et dorment (presque) aux mêmes endroits. Mais le soir, on fait quoi ?

Option cool : on reste en interne

Si vous ne couvrez pas la Fashion Week seule, vous pouvez vous permettre de programmer un dîner entre personnes de votre rédaction. Loin du bureau et votre iPhone déchargé (depuis 16h, rappelez-vous), votre soirée se transformera vite en cour des miracles où plus personne n'aura la notion du temps. Votre boss se confie, vous riez aux éclats, vos collègues se refont le déroulé de la journée en mode bitchy bitchy et vous avez même le droit de trop boire car... vous êtes en famille, non ?

Option risque : on teste une nouvelle soirée

L'attachée de presse vous harcèle depuis 3 semaines pour savoir si vous serez à l'inauguration de cette toute nouvelle boutique dont elle a la charge. Quel mot avait-elle employé déjà ? Ha oui, "for-mi-dable". Soit. Malheureusement pour vous, vous avez bien été la seule à vous laisser pousser par la curiosité (ou la culpabilité). Le jardin vide et les lampions vous font plus penser au soir du conseil de Koh Lantah qu'à la garden party du siècle. On tente une fashion évasion ?

Option night : vous partez en bande

Il y a plusieurs magazines, votre rédac chef, quelques photographes blasés, et puis vous. Comme chaque soir, la rumeur de "the place to be" circule à toute vitesse. Après une très rapide concertation, vous voilà embarquée à l'arrière d'un taxi pour un cocktail rooftop censé être dément (vous avez bien évidemment checké les comptes Instagram des invités pour savoir si c'était vraiment vrai). A vous de jouer !

Option loose : on ne fait rien

Ce n'est pas parce que vous avez une fausse bonne excuse (fatiguée, mal aux pieds, au dos, à la tête ou au moral) que vous serez pardonnée. Chaque soir de Fashion Week sans exception propose son lot de soirées plus ou moins animées. Et non, vous n'avez pas traversé le monde en avion dans l'une des quatre capitales du monde de la mode pour commander le plateau "night solo" au room service de votre hôtel. Heu... qu'est-ce-que vous faites encore là ?

Par Laurianne Melierre

7 /14

La question du jour : Quels sont les 7 objets indispensables pour survivre à la Fashion Week ?

La question du jour : Quels sont les 7 objets indispensables pour survivre à la Fashion Week ?

Parce qu’une bonne Fashion Week ne commence jamais sans une bonne liste de courses…

Une dizaine de paquets de chewing gum

Burger spécial ranch à New York, oignons frits à Londres, croquants à l’ail à Milan et plateau de fromages à Paris… Le chewing gum (au même titre que son cousin, le Tic-Tac, plus discret), deviendra vite votre meilleur allié. On raconte qu’une journaliste avait oublié les siens juste avant une interview de Victoria Beckham... La légende voudrait qu’elle ait été bannie de la sphère fashion. Dur.

Un tube de rouge à lèvres

Que vous ayez dormi 12 heures (ou 2), le rouge à lèvres est de ce type de produit make-up appliqué en 3 secondes et opérationnel même dans un taxi capable de bluffer tout le monde, les flashes des photographes y compris.

Une paire de talons de 12

Qu’on se le dise, la Fashion Week, c’est aussi l’occasion d’envoyer du lourd. Alors oui, vous avez le droit de mettre cette paire d’escarpins incroyables qui prenaient la poussière sur votre étagère. Et tous les jours s’il le faut. D’ailleurs, il le faut.

Une paire de ballerines

La faute aux talons de 12.

Le programme des défilés

Non, vous n’irez pas taper sur l’épaule d’Anna Dello Russo pour lui demander l’heure du prochain show.

Un chargeur d’iPhone

En Fashion Week, à partir de 16h, le chargeur d’iPhone devient la denrée la plus convoitée du moment. Bloggeuses fébriles, chroniqueurs stressés et autres twittos n’auront donc aucun scrupule à vous emprunter le vôtre… pour ne jamais vous le rendre.

Une boîte de Doliprane 1000

On espère vraiment (mais vraiment) ne pas tomber malade… Mais franchement, on ne peut pas décemment espérer ne pas boire de champagne.

Par Laurianne Melierre

8 /14

La question du jour : peut-on draguer à la Fashion Week ?

La question du jour : peut-on draguer à la Fashion Week ?

Taxis, défilés, soirées… Bon, on se trouverait pas 5 minutes pour dater ?

Ce que vous imaginiez

New York, Londres, Milan, Paris. A elles seules, ces quatre villes sonnent d’ores et déjà à vos oreilles comme le (mini) tour du monde le plus canon de tous les temps. Votre hôtel new-yorkais est en face du dernier bar cool, vous avez pris vos places pour le concert des Kills à Londres, c’est l’été indien à Milan et votre boss vous a demandé de couvrir toutes les soirées de la Fashion Week parisienne. Bon, ok, vous serez là pour bosser, mais il faut bien avouer que les circonstances ont l’air de jouer en votre faveur.

Ce qu'il s'est réellement passé

Oui, c’est vrai, vous avez discuté toute la soirée avec ce superbe mannequin d’origine serbe qui n’a pas arrêté de vous dire qu’il n’avait jamais rencontré de femme aussi belle que vous. Bon, ça, c’était juste avant qu’il n’embrasse à pleine bouche Michel, votre pote attaché de presse. Ambiance.

Il y a aussi eu ce serveur canon qui pressait lui-même ses oranges dans ce petit boui-boui cool (et veggie) juste en face du show Vivienne Westwood. Le souci, c’est qu’avec exactement 32 secondes de libre entre chaque défilé, vous avez juste eu le temps de lui demander son prénom : Jordan. Quoique… C’était peut-être Brian…

Bilan

Vous avez passé votre temps à côtoyer les hommes les plus lookés et les plus gays de la planète. Alors oui, Alberto, Josh, Brian, Emilio, Khader et Eliott sont tous devenus les hommes de votre vie… au moins jusqu’à la prochaine saison.

Les quelques moments de libres que vous avez eu ? Vous les avez passés à dormir (4h par nuit), à enlever vos talons dans les taxis et à instagrammer tout ce qui bouge. Autant dire que vous avez sérieusement écorné votre image de parisienne mystérieuse.

Heu… la Fashion Week, ça se termine quand déjà ?

Par Laurianne Melierre

9 /14

Pourquoi la Fashion Week new-yorkaise ressemble-t-elle à un aéroport ?

Pourquoi la Fashion Week new-yorkaise ressemble-t-elle à un aéroport ?

Bienvenue au défilé Air France ! Euh... non, pardon, au défilé Jeremy Scott.
 
On s’enregistre en ligne
Les bureaux de presse américains ont une organisation militaire. Chaque magazine reçoit, une semaine avant les shows, une succession de mails contenant des tableaux Excel à remplir et des cases à cocher pour confirmer sa présence. Puis d’autres mails de relance suivent pour se faire attribuer son siège… Euh, près du hublot c’est possible ?

On imprime sa "e-invitation"
Fini la traditionnelle invitation en carton reçue par courrier (comme c’est toujours le cas à Milan, Paris ou Londres). À New York, on imprime son invitation reçue par mail avec son code barre. Ou on le fait directement scanner sur son smartphone par les hôtesses à l’entrée du show.

On "chek-in à l’entrée"
Mais tout cela ne suffisant pas, il faut également faire son check-in à l’accueil et décliner son identité. Et le dépose-bagage, c’est par où ?

On fait la queue en rang d’oignon
Ce n’est pas le passage à la douane mais cela y ressemble. Tous les invités prennent place sagement dans une ligne d’attente en serpentin, les rédactrices en chef les plus importantes comme le commun des fashionistas ,car ici, point d’accès prioritaire Skyteam ! Ca change du joyeux bordel de Milan et de Paris.

On se fait engueuler par la sécurité
Si tout le monde file droit, c’est aussi parce qu’une armée de sbires aux gueules patibulaires n’hésite pas à vous hurler dessus même si vous êtes Anna Dello Russo. "Step back !",  "Wait in line !",  "Don’t run !", pas de doute, ils sont aussi aimables que les douaniers américains...

Par Alice Augustin

10 /14

L'été 2014 sera-t-il no make-up?

L

L’été 2014 sera make-up free et coiffure libre !

"La fille de l’été sera comme une Robinson Crusoé, elle a le teint nu et a oublié sa brosse à cheveux !". Voilà comment le créateur star new-yorkais Phillip Lim décrit ses inspirations hair et make-up. Et ce n’est pas le seul ! Sur de nombreux défilés, un même constat : c’est le règne du maquillage à minima. A peine le teint est-il travaillé pour cacher les défauts. Un look 100 % fresh qui va bien surtout aux filles de 20 ans, certes. Mais rien n’empêche d’abuser de la BB crème.

Côté cheveux, on abuse du look semi-wet, mouillé à la racine et sec sur les pointes pour un effet plage (ou sale) assuré. Une bonne nouvelle pour les beauty paresseuses !

A voir aussi : Dans les backstage du défilé 3.1 Phillip Lim.

Par Alice Augustin

11 /14

Quelles sont les 11 bourdes à ne pas commettre à la Fashion Week ?

Quelles sont les 11 bourdes à ne pas commettre à la Fashion Week ?

Petit guide de survie pour fashionistas... débutantes !

1. Demander, même gentiment, à Anna Wintour de se décaler pour pouvoir vous asseoir à côté de votre copine.
 
2. Marcher sur le podium tout propre pour atteindre votre siège (et vous faire engueuler comme un enfant de cinq ans par la sécurité).
 
3. Porter le même pull Zara que votre collègue. Et être assise à côté d’elle.
 
4. Lors d’une soirée, demander à Isabel Marant ce qu’elle fait comme métier.
 
5.  Manger sur le pouce un sandwich au pavot entre deux défilés sans vous regarder dans un miroir après.
 
6. Vous faire prendre en photo à la sortie des shows et vous retrouver dans les rubriques "Pas Glam" des magazines.
 
7. Bitcher à mort sur le défilé avec votre voisine.
 
8. Réaliser le soir, en surfant sur le web, que votre voisine était la femme du créateur.
 
9. Prendre une cuite au champagne dès le premier after show et tenter de violer Marc Jacobs.
 
10. Être assise au quatrième rang et croire que vous pouvez saluer les people des premiers rangs sans vous prendre un vent.
 
11. Être assise au quatrième rang tout court.

Par Alice Augustin

12 /14

Le matin, combien de temps faut-il pour se préparer aux défilés ?

Le matin, combien de temps faut-il pour se préparer aux défilés ?

Tout dépend de votre statut, mais aussi de votre nationalité…
 
3 heures... si vous êtes une célébrité
Mitraillées par des dizaines de photographes, la Fashion Week est aussi intense que le tapis rouge des Oscars. Maquilleur, coiffeur, brushing, styliste, c’est toute une production pour être la plus belle du premier rang !
 
2h30... si vous êtes un zozo des shows
Ils n’ont pas de carton d’invitation mais comptent bien être pris en photo par les photographes de streetlooks à la Fashion Week de New York. Résultat, ils s’overlookent ! Tenues fluo, cheveux multicolores, accessoires crazy, c’est du boulot !
 
1h30... si vous êtes une rédactrice mode (ou it-girl) américaine
Il faut choisir la tenue parfaite car vos rivales des autres magazines vont vous scanner des pieds à la tête. Chaque détail compte et pas question de porter une fringue de la saison dernière. Côté make-up, c’est le plus long ! Les Américaines ne sortent jamais sans un teint parfait.
 
30 minutes... si vous êtes une rédactrice mode française
Niveau fringue, la problématique de la journaliste parisienne est la même que celle de sa collègue américaine, mais la Française, moins beauty addict, allège l’étape maquillage-coiffage. Non au teint figé des poupées de cire !
 
5 minutes... si vous êtes une it-girl française
Enfin c’est que qu’elles aimeraient faire croire. Les cheveux mal peignés, la peau nude, l’allure chic  mais décontractée, elles semblent n’avoir fait aucun effort. Mais en vrai, cette beauté naturelle (voire faussement négligée), c’est du boulot. Comptez en réalité une bonne heure !

Par Alice Augustin

13 /14

Faut-il emmener son enfant à la Fashion Week ?

Faut-il emmener son enfant à la Fashion Week ?

Ce matin, 10h, c’est le défilé Victoria Beckham. Comme à chaque show de son épouse, David Beckham est là, au premier rang, assis sagement aux côtés d’Anna Wintour. En bon papa poule, la petite Harper, dernière fille du power couple, gigote sur ses genoux.

Eh oui, bébé ne rate pas un défilé de maman. Il y a deux ans déjà, elle assistait à la première présentation de la collection de Posh devant un parterre de journalistes ébahis : toujours en couche, mais déjà plongée dans le monde impitoyable de la fashion.

Harper n’est pourtant pas le seul enfant à s’asseoir au premier rang. Régulièrement, des rédactrices trimballent leur progéniture (surtout le dimanche ou le mercredi). Un problème de nounou ? Mouais… surtout une envie de se faire remarquer. Plus efficace que le dernier sac Céline, l’enfant est la garantie de voir tous les regards se tourner vers vous. "So cute !" entend-t-on murmurer sur leur passage. Alors oui, la modosphère valide et s’extasie, mais est-ce bien raisonnable ?

Ce matin, au bout du deuxième look, Harper donnait déjà des signes de fatigue et tentait de tirer les cheveux d’Anna. Shocking ! Au défilé Alexander Wang, la petite nièce du créateur se tortillait dans les bras du baby sitter. Au défilé Rag&Bone, des fashion rejetons tuaient leur ennui en courant dans les pattes des attachées de presse débordées. Bref, pas sûr qu’un défilé soit la plus chouette cour de récré.
 
Par Alice Augustin

14 /14

A quelle heure doit-on arriver à un défilé ?

A quelle heure doit-on arriver à un défilé ?

Pendant la Fashion Week, les minutes et les heures n’ont plus la même valeur. Petite explication des fashion fuseaux horaires !

En avance ?
Surtout pas ! Vous trouveriez porte close. Et là, rien de pire que de faire le poireau sur le macadam habillée comme pour sortir en boîte.  Et puis pendant la Fashion Week, vous êtes censée être "so busy" car les shows s’enchaînent à un rythme infernal (la preuve avec le planning des défilés de la Fashion Week...). Être en avance signifie juste que vous n’avez pas été invitée au défilé précédent. Fail !
 
A l’heure ?
On évite.  Le danger : se retrouver seule assise au milieu de rangs encore vides. Il faut le savoir, mis à part quelques défilés (Marc Jacobs et Louis Vuitton) qui commencent pile à l’heure, il faut compter en moyenne une demie heure de retard.
 
30 minutes en retard ?
C’est le bon timing ! Bravo, vous avez réussi votre bac mode.
 
1 heure en retard ?
C’est risqué. Avec des calendriers de plus en plus chargés (une dizaine de défilé par jour et autant de présentations de créateurs), difficile de déborder. Et une fois les portes fermées par la sécurité, plus moyen de rentrer.
 
Jamais ?
C’est mal ! Sauf si vous avez une bonne raison (une gueule de bois carabinée, des ampoules plein les pieds, un rendez-vous chez la manucure, un fashion burn-out, une casserole sur le feu)…

Par Alice Augustin

Alice Augustin et Laurianne Melierre

Dans ce diaporama :

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.