• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Toutes les (vraies) questions que l'on se pose sur la Fashion Week

A quoi reconnaît-on une rédactrice en chef ? 5 trucs à ne pas dire aux équipes du Petit Journal pendant la Fashion Week Les mannequins sont-ils les nouveaux people ? La Fashion Week de Paris est-elle la plus importante ? 18

La Fashion Week vient de démarrer et toutes les modeuses sont dans les starting blocks (oui, en escarpins). Drôles, politiquement incorrectes, culottées ou innatendues, chaque jour, nos rédactrices mode répondent à vos questions brûlantes sur le monde de la Fashion Week. Alors, qui sera la pro des défilés ? Vous !

LIRE LA SUITE
1 /18

A quoi reconnaît-on une rédactrice en chef ?

A quoi reconnaît-on une rédactrice en chef ?

Il n’ y a pas qu’Anna Wintour dans la vie ! A la tête de chaque magazine mode, une rédactrice en chef veille au grain. Mais comment reconnaître ces femmes de pouvoir parmi la foule des fashionistas ?

Indice n°1 : Elle est forcément assise au premier rang
Sinon, c’est le fashiongate assuré.

Indice n°2 : Elle n’a pas de sac
La tendance, lancée par Carine Roitfeld, consiste à se contenter de ses portables pro, tenus dans une seule main. Comment ? Facile, ses affaires l’attendent dans sa Jaguar avec chauffeur.

Indice n°3 : Elle n’a pas de manteau
Dans la Jaguar, on vous dit !

Indice n°4 : Elle n’a même pas d’invitation
Les attachées de presse sont censés connaître son visage et se prosterner pour la faire rentrer en priorité.

Indice n°5 : Elle ne rit jamais
Hé ! La mode, pour elle, c’est du sérieux.

Indice n°6 : Elle ne prend pas de photos
Comme elle le dit si bien, "c’est trop vulgaire". De toutes façons, elle pourra revoir la collection en privé avec le créateur himself.

Indice n°7 : Elle tape frénétiquement sur son smartphone
Sûrement pour gérer à distance la rédaction, valider des papiers, engueuler son assistante ou sauver la planète.

Indice n°8 : Elle affiche un power dressing !
Veste, pantalon à pinces et stilettos, le tout en noir. En résumé, elle n’est pas branchée mais bossy. Derrière cette sobriété apparente, elle porte la crème du luxe, souvent un total look Saint Laurent par Hedi Slimane.

Indice n°9 : Elle est très, très pressée
Les mannequins viennent de se retirer et le créateur a à peine fini de saluer ? La rédactrice en chef est déjà debout, sur le qui-vive, en train de textoter son chauffeur pour qu'il l'attende tout près des portes. Ok, c'est du boulot !

Par Alice Augustin

2 /18

5 trucs à ne pas dire aux équipes du Petit Journal pendant la Fashion Week

5 trucs à ne pas dire aux équipes du Petit Journal pendant la Fashion Week

Pendant la Fashion Week, les équipes du Petit Journal de Canal+ rôdent aux abords des défilés pour pièger et ridiculiser les modeux pressés. Pourtant, si le montage du sujet peut prêter à confusion, voici 5 trucs à savoir pour ne pas (trop) se faire pièger.

Piège n°1 : "Cette collection était vraiment, vraiment crazybulous, on adore"

Au lieu d'essayer de faire le malin devant les caméras, contentez-vous de ce que vous connaissez.... et de ce que les autres peuvent comprendre. Si, dans le milieu de la mode, vous pouvez vous permettre des mots qui n'existent pas pour décrire ce que vous ressentez, face caméra, vous risquez juste de passer pour une bille. A éviter, donc, les phrases du type "cette collection était incredible-love", "les jeux de matières m'ont envoyée en orbite sur la planète 3D" ou encore les "a-ma-zing darling". D'ailleurs, l'usage du franglais est proscrit. En fait, il existe de vrais mots en vrai français pour dire "fashion editor" (rédacteur mode), "head of design" (directeur design) ou "personal driver" (chauffeur). Utilisez-les !

La vraie difficulté : dans le tourbillon de la Fashion Week, il faut savoir changer de ton au bon moment. A la Fashion Week, 95% du temps, vous vous faites interviewer par de vrais journalistes mode, c'est vrai, mais il faut savoir redevenir "normal" en moins de 10 secondes lorsque le petit micro rouge de Canal+ se hisse devant vous. Pirouette !

Piège n°2 : "Les Roms, c'est la Renaissance, l'extravagance, le voyage, l'Italie..."

Le grand classique du Petit Journal à la Fashion Week ? Jouer sur les mots. Se renseigner à fond sur les questions d'actualité vous sera ainsi d'un grand secours pour répondre à leurs questions géopolitiques. Pas de panique, les questions ne sont jamais vraiment compliquées, mais cela peut vous aider à ne pas confondre "Rome" et "Roms". De manière plus générale, une petite cure d'actualité ne pourra pas vous faire de mal.

La vraie difficulté : rester humble et ne pas essayer de tout savoir. Si vous n'osez pas commenter la situation en Centrafrique, dites-le clairement, au lieu de jouer les fiers-à-bras.

Piège n°3 : "Oui, je bosse pour Glamour"

Donner sa fonction, c'est bien, mais on évite de divulger le nom de sa boîte. A moins d'être rédactrice en chef, vous n'avez pas à impliquer votre employeur dans votre possible débâcle (ou votre possible succès).

La vraie difficulté : que vous travailliez pour Vogue ou pour un petit blog mode, on peut être tenté de balancer, mine de rien, le nom de son support. Erreur ! C'est une très mauvaise idée.

Piège n°4 : "Alexander Wang était brillant chez Carven"

Aimer la mode, c'est bien. La connaître, c'est mieux. L'équipe du Petit Journal à la Fashion Week n'attend qu'un dérapage imprévu pour rire un coup. Alors on essaye de prononcer les noms des designers le mieux possible (oui, même les plus compliqués), et on tient à jour son agenda mode. Ce serait quand même dommage de lancer un "j'ai hâte de découvrir ce que nous réserve Marc Jacobs pour Louis Vuitton cette année", alors que le monde entier a pleuré son départ quelques mois auparavant.

La vraie difficulté : démêler le vrai du faux. Entre votre pote qui vous assure que dans "Proenza Schouler" on ne prononce pas le "s", votre boss qui aspire le "h" et vous qui ne dites rien, vous ne savez plus où donner de la tête. Pas de panique, filez sur YouTube et cherchez une interview du designer concerné. Mémorisez sa prononciation et n'en démordez plus.

Piège n°5 : "Surtout, ne filme pas mon profil gauche, chérie !"

Quoi qu'il arrive, bourde ou pas, l'astuce, c'est de savoir rire de soi-même. Sachez relativiser et prendre de la distance, car pendant la Fashion Week, la terre ne s'arrête pas de tourner.

La vraie difficulté : finalement, ce serait peut-être d'avoir été coupé au montage...

Par Laurianne Melierre

3 /18

Les mannequins sont-ils les nouveaux people ?

Les mannequins sont-ils les nouveaux people ?

Il y a encore une dizaine d'années, les seules personnes à avoir droit à un chauffeur personnalisé, à une entrée privée et à quelques gardes du corps étaient les acteurs, les rédactrices en chef superstar et grands créateurs. Aujourd'hui, ce sont les Cara Delevingne, les Miranda Kerr et les Jourdan Dunn que des grappes de fans attendent devant les shows. Alors les tops, nouveaux V.I.P. ?

Finie, l'époque des mannequins inconnus dont personne ne se soucie. Avec le web, les mannequins ne sont plus vus (et reconnus) que par une poignée de connaisseurs de la fashion sphère. Instagram, Twitter, Facebook ou Vine, les modèles sont devenus les meilleurs insiders du monde de la mode. Suivies par une masse croissante de followers, ils ne sont plus seulement des mannequins, mais de véritables influencers. Cara Delevingne, avec son million et demi de followers, est à la tête d'un empire social impressionnant, mais ce n'est pas la seule. Aux abords des shows, autant de fans se pressent pour Rihanna que pour Joan Smalls. Pourtant, les mannequins, s'ils sont plus connus qu'auparavant, sont aussi moins durables. En quelques saisons, les "nouveaux visages" se remplacent successivement jusqu'à renouveler entièrement les catwalks. Seuls les tops models, comme Karlie Kloss, Anja Rubik, Bette Franke ou Constance Jablonski ont réussi à s'inscrire dans la durée, aussi bien en tant que mannequin que people. Alors les tops, V.I.P., oui... mais seulement jusqu'aux suivants.

Par Laurianne Melierre

4 /18

La Fashion Week de Paris est-elle la plus importante ?

La Fashion Week de Paris est-elle la plus importante ?

Après New York, Londres et Milan, la Fashion Week de Paris semble être le bouquet final après un mois de shows, de présentations et de collections. Mais... est-ce-que c'est vrai ?

La Fashion Week de Paris est la plus longue, la plus mouvementée et la plus riche en défilés. Avec un show toutes les demi-heures pendant 9 jours, les modeuses arpentent les rues de Paris avec ce qui ressemble fort à l'énergie du désespoir. Difficile de les blâmer, lorsque l'on sait que ce manège dure depuis 3 semaines.

La Fashion Week de Paris, c'est avant tout une image : celle de la mode par essence. N'oublions pas qu'aux yeux du monde, Paris reste la capitale mondiale de la mode et du chic. Ambassadrices de bon goût, les parisiennes auraient ce "je ne sais quoi" de plus que les autres. La nonchalance et le naturel, peut-être ?

Outre son image, ce sont aussi les plus grands créateurs qui se pressent pour participer à la Fashion Week de Paris. Habituellement, les créateurs participent à la Fashion Week la plus proche de leurs origine : Alexander Wang, Tommy Hilfiger ou Ralph Lauren à la Fashion Week de New York, Topshop Unique, Burberry Prorsum ou Christopher Kane à la Fashion Week de Londres, Gucci, Fendi ou Roberto Cavalli à la Fashion Week de Milan... Pourtant, plusieurs créateurs étrangers ont choisi la Fashion Week de Paris pour présenter leurs créations : Miu Miu, Stella McCartney ou Yohji Yamamoto, pour ne citer qu'eux.

Mais depuis plusieurs saisons, les Fashion Week de Londres et de New York gagnent en notoriété. Face aux designers émergents et à l'ascencion de certains créateurs, comme Alexander wang ou J.W. Anderson, la Fashion Week de Paris est en passe de virer old school... Moins funky et moins créative, Paris a également plus de mal à laisser de nouveaux designers s'insérer dans un planning déjà surchargé. Résultat : il ne reste rien à découvrir. Nous, on compte sur la relève, comme Simon Porte Jacquemus, pour redonner un second souffle à ce qui ressemble de plus en plus à une semaine de cours.

Par Laurianne Melierre

5 /18

Food : quels sont les vrais fashion spots de Milan ?

Food : quels sont les vrais fashion spots de Milan ?

Parmi les 4 principales villes de la Fashion Week, Milan est, et de loin, le spot le plus convoité pour ses bonnes tables et ses petites adresses secrètes. Pour vous plonger dans l'ambiance, voici les 4 spots les plus prisés de Milan par les modeux.

Le plus gastronomique : Da Giacomo

Dans ce restaurant gastronomique typique, la Fashion Week de Milan continue de battre son plein. A une table, Anna Dello Russo commande une bouteille de vin. Au bar, Chiara Ferragni rit avec les serveurs et Eleonora Carisi fait une entrée fracassante en très bonne compagnie. Au menu, des plats fins et sophistiqués servis comme dans les plus grands restaurants. Le staff, qui ne parle presque qu'italien, a l'habitude : la Fashion Week de Milan, c'est un peu ici, aussi.

Via Pasquale Sottocorno 6, Milan.

Le plus familial : Bebel Ristorante

Difficile de faire plus traditionnel que chez Bebel. Entrées froides servies dans de grands plats peints à la main, jambons qui affinent près de l'entrée et service impeccable, on y retrouve ici une clientèle plus détendue et moins bling bling qu'ailleurs. La cuisine, d'une qualité rare, fait appel aux meilleurs produits italiens de la ville. La burrata est exquise, les pâtes aux palourdes à tomber, l'escalope milanaise incroyable. La seule contraite ? Réserver.

Via San Vittore 3, 20123 Milan.

Le plus rapide : pâtisserie Cova

Vous pensiez tout connaître de la nourritre traiteur ? Si vous n'êtes jamais allé chez Cova, vous vous trompez. Dans la vitrine étincelante s'alignent toutes sortes d'en-cas préparés sur place depuis 1817. Salé ou sucré, il n'est plus question de choisir entre les mini sandwiches au jambon et au fromage à toaster, les salades de poulpes, les pâtes froides, les tranches de saumon frais cuisinées au gros sel, les entrelacs de croquants au chocoloat, les bouchées de noisettes croustillantes ou encore les gâteaux fruitiers. Une seule difficulé cependant : choisir. On apprécie également l'arrière-salle pour ceux qui voudraient s'installer, même si souvent bondée.

Via Montenapoleone 8, Milan.

Le plus festif : le quartier de Navigli

Au bord du canal, on s'éloigne radicalement de l'ambiance chic du centre de Milan. Ici, la population, plus jeune, s'installe en terrasse pendant des heures avant de commander à manger. Simplicité et efficacité, c'est le bon endroit pour ceux qui voudraient s'éloigner un peu du monde de la mode et s'encanailler en rencontrant de vrais milanais. Quel bar choisir ? Longez le canal et arrêtez-vous là où l'ambiance vous semblera la plus cool (ou là où un bel italien vous fera de l'oeil). Santé !

Quartier de Navigli, entre la via Vigevano et la via Ascanio Sforza, Mian.

Par Laurianne Melierre

6 /18

Le cuir est-il le nouveau tissu ?

Le cuir est-il le nouveau tissu ?

De show en show, la tendance se confirme et fait des émules : le cuir serait-il le nouveau "tissu" préféré des créateurs ? Lamé, perforé, brossé ou imprimé, pourra-t-on vraiment succomber au total look cuir ?

Tod's, Prada, Véronique Leroy, Alexander Wang... Depuis 2 saisons, les créateurs ont fait du cuir leur nouveau sujet de prédilection. Eté comme hiver, ils twistent la matière à la recherche de nouveaux effets et de nouvelles couleurs. A l'automne-hiver 2014-2015, on portera le cuir sur des pièces que l'on ne connaissait pas : chemise en cuir, top à col rond, jupe structurée ou combinaison. A l'inverse du pantalon en cuir, difficile à adopter, le nouveau cuir de l'hiver se porte en seconde peau, sans réfléchir. Attention toutefois à le choisir lisse, pile dans la tendance, ou effet python, comme chez Michael Kors. Le froid ? On ne connaitra pas...


Par Laurianne Melierre

7 /18

Quels sous-vêtements doit-on porter à la Fashion Week ?

Quels sous-vêtements doit-on porter à la Fashion Week ?

Cropped top transparent, jupe crayon bodycon, débardeur loose... Pendant la Fashion Week, les modeuses n'ont plus aucun complexe et la lingerie s'affiche partout. Vous pensiez peut-être que porter votre ensemble de lingerie râpé histoire d'être "à l'aise" était une bonne idée ? Tout faux ! Voyez plutôt...

Règle n°1 : jouez-la SM

Cette saison (et l'été qui arrive), le bondage est l'une des tendances les plus fortes en matière de lingerie. Dos lacé, doubles bretelles et bustiers "cage", n'hésitez pas à dévoiler ces pièces canon qui feront de vous la fille de la saison. Attention cependant, on laisse deviner, mais on ne montre pas tout : ne porter qu'un soutien-gorge bustier au mois de février vous fera plus ressembler à un gigot au frigo qu'à une bête de mode.

Règle n°2 : oubliez le décolleté

Dans la mode, le décolleté pigeonnant, c'est out. Pour les poitrines XXL, on laisse le Wonderbra au placard et on se la joue low profile pour être sexy, mais pas vulgaire. De toutes manières, si vous pensiez pouvoir draguer à la Fashion Week, vous vous leurriez. Vraiment.

Règle n°3 : ne montrez que le meilleur

Ce n'est pas parce que la lingerie de jour s'est démocratisée qu'il faut pour autant la montrer tout le temps. Mettez quand même de côté cette culotte géante en Lycra couleur chair qui vous sauvera la vie lorsque vous vous contorsionnerez pour enfiler votre robe Hervé Léger ultra moulante. Ok, ce n'est vraiment pas sexy, mais pas vu... pas pris!

Règle n°4 : évitez les scandales

Enfin, n'essayez pas de créer une émeute (ou un nouveau Nipplegate) en vous baladant l'air de rien en top transparent... sans porter de dessous. Vous attirerez certainement les photographes (mais pas pour les bonnes raisons), mais aussi de vrais policiers, qui n'hésitent pas à rhabiller les modeuses qui vont trop loin. A la Fashion Week de Paris automne-hiver 2014, c'est d'ailleurs Anna Dello Russo qui en avait fait les frais : "votre robe est trop courte madame, est-ce-que vous voulez bien nous suivre ?". A bon entendeur...

Par Laurianne Melierre

8 /18

La Fashion Week immunise-t-elle contre le froid ?

La Fashion Week immunise-t-elle contre le froid ?

Avec ces grappes de modeuses qui défilent aux abords des défilés en escarpins open toes par -10°C, on en vient à se demander s'il fait vraiment froid, dans le monde la mode... Alors, quelles sont les saintes fashion écritures en matière de foid ? Tout est là !

Le taxi tu prendras

Facile de ne pas porter de collants quand on passe sa journée dans un taxi ou dans une voiture avec chauffeur. Le problème, le vrai, concerne plutôt les streetstylers, qui courent dans la neige de l'aube jusqu'à la tombée de la nuit à la recherche des plus beaux looks de rue... Atchoum !

A l'intérieur tu resteras

Contrairement aux Fashion Week printemps-été qui ont lieu en septembre, les invités ne s'attardent pas vraiment aux abords des shows. Quelques poses frigorifiées pour les plus courageuses, et hop, on file chercher un radiateur du côté du catwalk.

Les collections estivales tu éviteras

Les looks, c'est bien... La santé, c'est mieux ! A trop en faire, la plupart des modeuses affichent des looks de plus en plus anachroniques. Terrifiées à l'idée de porter des vêtements "connus" (comprendre, des collections en cours), les fashionistas tapent désormais dans des collections qui n'ont plus rien à voir avec la météo. Pour éviter la bonchite, évitez le cropped top en février...

En manteau tu frimeras

Ce n'est pas parce que vous portez un manteau que vous vous ferez moins remarquer par les photographes... Mais à vous de choisir le bon ! XXL, en fausse fourure, fluo ou en peau retournée, faites votre choix parmi les plus beaux manteaux de l'hiver !

Par Laurianne Melierre

9 /18

Est-on vraiment obligé de se sur-saper à la Fashion Week ?

Est-on vraiment obligé de se sur-saper à la Fashion Week ?

La Fashion Week est LE plus gros événement du monde de la mode. Pendant un mois, fashionistas, people, it-girls et créateurs donnent absolument tout pour être au top : stylisme, coiffure ou make-up, rien ne semble être laissé au hasard... Et si on n'avait pas envie ? On y a droit, au look "saut du lit" ?

Contrairement à ce que voudraient nous faire croire les streetlooks de Fashion Week, travailler dans la mode ou être invité à un show ne veut pas forcément dire que l'on est obligé de se "sur-saper", et la semaine de la mode ne répond à aucun dresscode. Comme bon nombre de créateurs ayant opté en toutes circonstances pour une paire de sneakers Nike, un jean brut et un petit pull marine, vous pouvez tout à fait choisir de donner la priorité à l'efficacité et à la liberté de vos mouvements. Votre avantage ? Vous pouvez reprendre un ourlet, héler un taxi ou encore marcher (et non pas vaciller). L'inconvénient ? Vous ne deviendrez peut-être pas la future star du streetstyle, mais, franchement, who cares ? La reconnaissance, la vraie, est ailleurs...

Par Laurianne Melierre

10 /18

Peut-on "sécher" un défilé ?

Peut-on "sécher" un défilé ?

Embouteillages, problème de smartphone, vol annulé ou simple oubli, on recense environ mille et une raisons pour lesquelles on peut "manquer" un défilé. Mais une fois la stupeur passée, quelle attitude adopter ?

L'option tire-au-flanc : le goûter impovisé

En bonne perdante, tentez de tirer parti de vos toutes nouvelles 45 minutes de libre : une pause burger chez Five Guys à New York, un fish & chips à Londres, un primi piatti à Milan ou un café en terrasse à Paris, tous les moyens sont bons pour reposer votre esprti (ou vos pieds). Attention toutefois à ne pas réitérer, vous n'êtes pas seulement là pour manger.

L'option working girl : le laptop sur les genoux

Pour faire bonne figure, restez aux abords du show et dégainez votre ordinateur portable (ou votre tablette). Profitez-en pour checker vos mails, écrire un ou deux articles ou recenser les dernières tendances des shows que vous venez de voir. Bon, ok, vous pouvez aussi mater le dernier épisode de la série Sherlock. Mais surveillez l'heure.

L'option just in time : un taxi pour le prochain show

C'est bien, vous apprenez de vos erreurs : quitte à rater un défilé, autant vous avancer pour le prochain. Non contente d'être la première sur les lieux, vous pourrez peut-être même essayer de voler une place en front row...

Par Laurianne Melierre

11 /18

Peut-on prendre l'avion en jogging ?

Peut-on prendre l

La Fashion Week de New York se termine... Et à peine le dernier show terminé, vous voilà qui fonce dare-dare prendre votre vol pour Londres, où les premiers shows commencent dès le lendemain. Alors, entre la tempête de neige et votre style, faut-il choisir ?

Concrètement, personne ne vous en voudra si vous ne dégainez pas vos open-toes Prada pour rejoindre le terminal 3. Pour autant, vous n'êtes pas obligée de vous trimballer partout en jogging college. Emmitoufflez-vous dans un manteau king size, acheté sur place s'il le faut. Manteau en peau retournée ou manteau en fausse fourrure d'ours, pas question de vous geler pendant que les américaines feront leurs belles. Priorité au confort, donc, avec un bon jean et des boots confortables (sans pour autant dégainer les Ugg). de toutes façons, de votre taxi à votre siège 87B, ce n'est pas non plus le marathon. Allez, vous êtes une petite frenchy après tout : le naturel, c'est pour vous.

Par Laurianne Melierre

12 /18

5 trucs pour trainer avec les people

5 trucs pour trainer avec les people

Miroslava Duma, Eleonora Carisi, Alexa Chung, Pixie Geldoff... Toutes sont invitées. Mais, en vrai, comment on fait pour sympathiser ?

Conseil n°1 : on choisit la bonne target

N'espérez pas claquer tout de suite la bise à Anna Wintour en arrivant au défilé Ralph Lauren. Idem pour les Beckham et le staff d'Emmanuelle Alt. Sérieusement, faites un croix sur les stars inacessibles. Concentrez-vous plutôt sur une target un peu moins connue... mais très connectée : Harley Viera Newton, Eleonora Carisi ou Pixie Geldof, slasheuses ou blogueuses qui montent, ces filles résolument cool et moins prises de tête ne risque pas de vous mettre un coup de taser au premier contact. Et puis, franchement, c'est avec elles qu'on a envie de faire la fête.

Conseil n°2 : on s'attarde en backstage

A chaque fin de show, le commun des mortels file vers la sortie, tandis que les people foncent en backstage. Si vous êtes accréditée, profitez de ces quelques minutes pour vous faufiler jusqu'aux coulisses. Une bise au créateur, un sourire à Alexa Chung et quelques photos Instagram bien placées... vous êtes in da place. Pssst, on a dit photo, pas selfie.

On devient une star du streetstyle

Qui dit Fashion Week dit forcément mode et looks incroyables. Arrangez-vous pour être de celles qui inaugurent une nouvelle tendance. Quand il s'agit de it-pièces, même les people n'hésiteront pas à vous demander d'où viennent vos lunettes de soleil canon ou votre trench translucide. Mieux : vous pourriez bien devenir l'âme-sœur mode de l'une d'entre elles...

Conseil n°4 : on laisse trainer ses oreilles

Sans forcément stalker comme une tarée, checkez régulièrement tous les réseaux sociaux en triant vos infos avec le bon hashtag pour savoir qui fait quoi, où et quand. Edie Campbell prend un selfie en backstage Hugo Boss ? Julia Sarr Jamois balance un tweet sur l'aftershow où elle prévoit d'aller ? Jouez les Carrie Mathison de la Fashion Week.

Conseil n°5 : on se pointe aux bonnes soirées

Que font les modeux à la fin de la journée ? Ils sortent ! Et pour les créateurs, la concurence est rude... Récoltez des infos et tirez-en les bonnes conclusions : on murmure que Rita Ora sera à l'after show Alexander Wang ? Ses deux meilleures copines, Rihanna et Cara Delevingne, pouraient bien être de la fête aussi... Check !

Par Florence Abitbol et Laurianne Melierre

13 /18

Comment voler une place en front row ?

Comment voler une place en front row ?

Chaque jour, chaque heure, et ce pendant un mois, vous passez de ville en ville, de show en show... et de siège en siège. Alors, votre carton d'invitation vous invite à rejoindre le 2ème, le 3ème ou le 4ème rang, mais vous voulez quand même vous faufiler jusqu'au front row ? Suivez le fashion-guide...

Règle n°1 : soyez en avance

On pourrait croire qu'arriver (très) en retard est un choix judicieux. Chuchotements, pas feutrés et pénombre... l'environnement idéal pour piquer la place d'un V.I.P. Grossière erreur ! Une fois les lumières éteintes, aucun attaché de presse ne vous laissera approcher le front row, que vous soyez Emmanuelle Alt ou Karl himself. Pire encore : vous pourriez trouver porte close... A quelle heure faut-il arriver au défilé ? Au moins un quart d'heure en avance, pour être parmi les premiers arrivés (n'oublions pas que tous les shows, ou presque, commencent avec une demi-heure de retard)...

Le bon conseil
Marchez au pas de course de la descente de votre taxi à "votre" place. Plus vous aurez l'air pressée, plus vous aurez l'air crédible.

Règle n°2 : éloignez-vous du centre

Au front row, les noms des invités sont imprimés sur de petits cartons posés sur les bancs. Les people les plus importants sont toujours placés au centre du catwalk. Pas question donc de vous installer à la place d'Anna Wintour : vous vous feriez démasquer aussi sec. Préférez plutôt les sièges excentrés, moins identifiables et plus facilement oubliés.

Le bon conseil
Asseyez-vous juste entre deux cartons (dont vous devez retenir les noms), pour ne pas être confondue lorsqu'une fashionista outrée vous demandera de lever une fesse et découvrira son prénom.

Règle n°3 : ne regardez pas autour de vous

A peine installée, croisez les jambes et dégainez votre smartphone. Vous n'avez plus qu'à patienter (sans suer). Surtout, restez digne. A ce stade, des grappes de modeuses devraient commencer à affluer : ça y est, vous êtes hors de danger. Les attachés de presse sont désormais trop occupés pour vous demander quoi que ce soit et vous gagnez en légitimité. Attendez patiemment que vos voisins s'installent à côté de vous. Une fois cernée à droite comme à gauche, vous avez gagné.

Le bon conseil
Pestez (en anglais) sur la disposition des sièges cette année : "vous ne trouvez pas qu'on est de plus en plus serrés chaque saison" ? Allez, vous pouvez aussi rire intérieurement.

Règle n°4 : portez des it-shoes

Les lumières se tamisent, les voix chuchotent et les photographes hurlent. C'est l'heure du show ! Alors oui, votre visage reste dans la pénombre... mais pas vos pieds ! C'est d'ailleurs la seule chose que tout les invités s'amusent à regarder. Parmi la rangée infinie de it-shoes, ne vous trahissez pas en affichant en pleine lumière vos après-skis crottés. Pendant la Fashion Week, que vous le vouliez ou non, c'est l'habit qui fait le moine, et vous ne voudriez vraiment pas que l'on vous surnomme Cosette jusqu'à la prochaine saison...

Le bon conseil
Si les it-shoes sont obligatoires, n'en faites pas trop non plus et laissez vos lunettes de soleil au placard. A trop en faire, vous allez vous griller.

Règle n°5 : ne recommencez pas

Si vous réussissez, ne pensez pas pour autant que le tour sera joué au prochain défilé. Au contraire ; vous avez certainement mis la puce à l'oreille de vos voisins, mais aussi des attachés de presse, qui, s'ils n'ont pas osé vous demander votre carton d'invitation cette fois-ci, n'hésiteront pas à confirmer leurs doutes la prochaine fois qu'ils vous reconnaitront. Veni vedi vici, oui, mais uniquement en one shot !

Par Laurianne Melierre

14 /18

Que faire lorsqu’un top trébuche en plein show ?

Que faire lorsqu’un top trébuche en plein show ?

Naomi Campbell qui s'étale chez Vivienne Westwood, Pauline Hoarau qui roule au show Vaccarello... Qu'ils soient novices ou confirmés, les tops, créatures juchées sur des talons souvent impraticables, sont plus exposées aux chutes que le commun des mortels. Bon, si Cara, Georgia ou Malaïka s'étalent sur la piste, on fait quoi ?

Option bitchy : vous riez

Quoi ?! Non mais qu'est-ce-que vous croyez ? La Fashion Week, c'est aussi la vraie vie : quand quelqu'un tombe, on ne rie pas. Alors, que vous soyez Anna Wintour ou debout au 5ème rang, un rire est assez malvenu... sauf s'il est jaune. N'oubliez pas qu'il y a de fortes chances pour que les proches dudit top soient dans l'assistance : maman, amis, créateurs ou agents, le "jeu" n'en vaut clairement pas la chandelle, ou il ne faudra pas être surprise si personne ne vous tend la main lorsque vos escarpins Miu Miu glisseront sur le verglas new-yorkais.

Option easy : vous faites semblant de vous lever

Techniquement, si vous n'êtes pas assise au premier rang, venir en aide à un mannequin en détresse peut s'avérer compliqué. Pour témoigner de votre bonne volonté, vous lever (à demi) peut être un excellent compromis pendant que vous laissez les V.I.P. dealer avec leur bonne volonté...

Option friendly : vous aidez

Si le mannequin suivant n'a pas déjà tenté de remettre sur pied sa collègue, c'est à vous de jouer. A vous de passer d'ombre à lumière en empoignant fermement l'épaule de ce top en mauvaise posture. Une fois remis sur les rails, rasseyez-vous comme si de rien n'était et ne cherchez le regard de personne. Votre nouveau surnon pour le reste de la Fashion Week ? Wonder Woman. Votre nouvelle meilleure amie ? Marine Deleeuw. Well done.

Par Laurianne Melierre

15 /18

Peut-on huer un défilé ?

Peut-on huer un défilé ?

Non, ce n’est pas un match OM-PSG. Clairement, huer une collection ratée ne se fait pas, en tout cas si vous êtes invitée. Décryptage des 5 réactions les plus courantes, de la plus enthousiaste à la plus rageuse.

Vous êtes fan : la standing ovation

Comme au concert de Johnny,  tout le monde se lève, applaudit et siffle. Cette démonstration débordante d’affection est très rare dans l’univers impitoyable (et blasé) de la mode. Elle est réservée en général au dernier défilé d’un créateur avant son départ : Raf Simons pour son ultime show chez Jil Sander, ou dernièrement Marc Jacobs pour son dernier défilé chez Louis Vuitton. Bon, en revanche, pas question de se lancer dans une hola.

Vous aimez : la salve d’applaudissements

Elle récompense une collection très réussie ou un créateur fraîchement arrivé dans une maison (Raf Simons chez Dior, Hedi Slimane chez Saint Laurent, Alexander Wang chez Balenciaga). Cette année, on compte sur le premier défilé de Nicolas Ghesquière chez Vuitton pour faire chauffer les paumes. Bravissimo !

Vous pensez déjà au prochain show : les applaudissements mous

C’est le lot de plus en plus de défilés. Plannings infernaux (jusqu’à 10 shows par jour), collections de plus en plus commerciales… les invités sont pressés et blasés. Trois petits clap clap clap et puis s’en va...

C'est un flop : le silence gêné

Rarissime, le fashion mutisme sanctionne une collection ratée. Les créatrices de Rodarte doivent encore frissonner aux souvenir de leur défilé printemps-été 2013 à New York : pas un applaudissement n’a été entendu. Le bad trip !

C'est un fashion coup d'état : les insultes

"Assassins !" est la plus courante. Et c’est aux membres de la P.E.T.A. (société protectrice des animaux américaine) qu’on la doit. Mais il y a aussi eu : "Les mannequins ne sont pas des putes !" inscrit sur la poitrine des Femen chez Nina Ricci. Quand l’une de ces activistes arrivent à s’incruster sur un défilé, cela finit en baston. La sécurité est brifée...

Par Alice Augustin

16 /18

Quel est le meilleur partenaire pour aller aux défilés ?

Quel est le meilleur partenaire pour aller aux défilés ?

Au bureau, on a toutes un collègue préféré avec qui l’on peut bitcher à la machine à café ou demander un coup de main en cas de charrette. Et pendant une Fashion Week, le choix de son show-llègue est tout aussi stratégique. A côté de qui faut-il être assise ?
 
Option n°1 : sa boss ultra-respectée (Anna Wintour, Emmanuelle Alt…)

L’avantage
On est accueillie comme le messie par une floppée d'attachés de presse aux petit soins. Avec un peu de chance, on pourra même se faufiler dans son sillage pour entrer en backstage et faire la bise au créateur.

L’inconvénient
Les blagues et fous rires sont bannis, la mode, c’est du sérieux, pigé ?
 
Option 2 : un(e) pro de la bitcherie (Loïc Prigent, Mlle Agnès…)

L’avantage
On est sûre de passer un bon moment. Ça casse, ça critique, ça ricane. Et personne n’y échappe : ni les invités, ni les mannequins, ni les créateurs. La preuve avec le compte twitter de Loïc Prigent et ses phrases entendues pendant les défilés : "elle a un beau visage, mais il faudrait lui enlever le front". Bref, on rit autant chez Chanel que devant la météo de Doria Tillier.

L’inconvénient
Quand il ou elle n’est pas assis(e) à côté de vous, bizarrement, vous avez l’oreille gauche qui siffle.
 
Option n°3 : la responsable people du défilé

L’avantage
Vous obtenez en direct tous les ragots VIP ; les caprices, les backstage des célébrités, leurs histoires d’amour en off, mais aussi les couacs savoureux... "Tu sais, on a refusé d’inviter Katy Perry au défilé. Eh bien, ce matin, elle s’est pointée quand même à l’entrée avec tout son staff. Impossible de la mettre à la porte !"

L’inconvénient
Honnêtement ? Aucun !

Par Alice Augustin

17 /18

Peut-on faire la Fashion Week en après-skis ?

Peut-on faire la Fashion Week en après-skis ?

Une fashionista intransigeante et échaudée vous répondrait un "non-mais-ca-va pas-darling !" outré. Oui mais voilà, tout le monde n’est pas Anna Wintour : la rédactrice en chef du Vogue US est en effet connue pour porter des mules ouvertes qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige...
 
Problème, le site de la Chaîne Météo (meilleur ami de la rédactrice de mode en période de Fashion Week) est formel : en ce moment à New York, on se les pèle sévère. Températures polaires oscillant entre le -4°C et le -8°C, tempêtes de neige et rafales de vent, pas sûr que notre amour de la mode et des stilettos soit plus fort que notre instinct de survie. Entre la pneumonie et la dégaine, on a choisi.
 
Évidemment, pas question de sortir la paire de Moon Boots fluos que l’on portait au ski l’hiver dernier. Une invitation à un défilé de mode ne ressemble pas vraiment à un forfait Trois Vallées. D’autres options anti-froid sont plus "Fashion Week compatibles", comme une paire de boots masculines fourrées, les après-skis low boots compensés d’Isabel Marant ou encore une bonne vieille paire de Timberland, à nouveau trendy.

Dernière option, enfin, les chaussettes en laine ou en coton glissées dans les escarpins. L'exercice, assez périlleux, peut malgré tout s'avérer payant : en plus d'un look impreccable, vous apportez un twist chic et pratique à votre paire de Louboutin. Attention toutefois, les chaussettes dans les escarpins, c'est un crush à 20 ans, un crash à 30...
 
Ha, et si la rédactrice en talons de 12 assise à nos côtés éternue, renifle et morve, on reste classe, et on lui tend lui un Kleenex. Santé !

Par Alice Augustin et Laurianne Melierre

18 /18

Quels sont les défilés les plus attendus de l'automne-hiver 2014-2015 ?

Quels sont les défilés les plus attendus de l

Ça y est, c’est (re)parti ! Les défilés automne-hiver 2014-2015 commencent par New York. Comme à chaque saison, le monde de la mode est fébrile. Et certains défilés sont plus attendus que les autres... Fashion décryptage des plus gros buzz !
 
Le défilé Vuitton par Nicolas Ghesquière

L’ancien créateur adulé de Balenciaga prend le relais de Marc Jacobs à la tête du fleuron luxe de LVMH. Nicolas Ghesquière, nommé directeur artisqtique de Louis Vuitton, dévoilera sa toute première collection. Depuis des semaines, les modeuses ne dorment plus et comptent les jours jusqu’au show. Nico, Nico !
 
Les défilés Marc Jacobs et Marc by Marc Jacobs

Good news, depuis le départ de Marc Jacobs chez Louis Vuitton, notre chouchou a décidé de se concentrer à 100 %  sur sa propre marque. On attend donc un grand défilé ! Pour sa seconde ligne, il a également engagé deux filles ultra-talentueuses : Katie Hillier et Luella Bartley. affaire à suivre...
 
Le défilé Moschino

C’est le crazy Jeremy Scott qui sera aux manettes de la marque italienne fantaisiste. Ca va swinguer !
 
Le défilé Mugler

C’est le créateur géorgien David Koma qui reprend les rennes de la maison. Avec son style avant-gardiste et féminin, on s’attend à un show de haute voltige...
 
On attend aussi...

Loewe avec l’arrivée du jeune créateur anglais JW Anderson.
La présentation Versus Versace x Anthony Vaccarello, la ligne bis de Versace, confiée au créateur belge Anthony Vaccarello et plébiscité par les fashionistas.
Et les frenchies qui montent : David Cossena, 30 ans dont 5 passés chez Balenciaga, va présenter sa deuxième collection chez Paco Rabanne. On a hâte aussi de découvrir le show d'Alexis Martial, 28 ans, comme nouveau designer de la marque italienne Iceberg après six années auprès de Riccardo Tisci chez Givenchy.

Par Alice Augustin

Alice Augustin et Laurianne Melierre

Dans ce diaporama :

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.