Interview : Jérome Dreyfuss vide son sac

C’est dans son atelier du 12ème arrondissement de Paris qu'on a rencontré Jérome Dreyfuss, le dieu du Sac. Simple, courtois et drôle, c’est en présence de Billy, Bobi, Momo et les autres que le Gepetto du it-bag a accepté de répondre à quelques questions.

dreyfuss1
© Dreyfuss -

Si Jérome Dreyfuss devait vider son sac, je trouverais quoi ?
Je ne porte jamais de sac (rires) !

Tu fais des sacs pour séduire les filles ?
Oui et non. Il y a dix ans, on ne s'en souvient peut-être pas, mais on ne trouvait que des sacs de maisons prestigieuses de l’Avenue Montaigne. Ma femme et ses copines n’avaient aucune envie de sacs avec des logos partout, alors un soir, en déconnant, je leur ai dit : c’est moi qui vais vous faire des sacs. C’était donc un peu pour les séduire mais aussi pour leur rendre service et organiser leur vie que je me suis lancé dans cette entreprise.

C’est quoi un truc qui te fait marrer ?
On est en train de créer une ligne homme parce que mes potes me demandent des sacs. Pour les filles, j’avais mis une lampe au fond de leurs sacs. Cette fois, je vais mettre un décapsuleur. C’est plutôt cool !

A la maison, je suis en compétition avec Carlos. Un mec, c’est moins fonctionnel qu’un sac, non ?
Je te plains. Il est devenu presque plus facile de jeter son mec que son sac ! D’ailleurs, lui, il doit son nom au vrai Carlos !