• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Zahia a une vraie vision de l'élégance"

"Zahia a une vraie vision de l

Le 22 janvier 2013 sera diffusé sur Paris Première "Zahia de Z à A", un documentaire qui vous fera changer d’avis sur la blonde à la cambrure extraordinaire. Interview du réalisateur, Hugo Lopez.

Pourquoi t’être intéressé à Zahia ?
A vrai dire, c’est Zahia qui s’est adressée à la société de production pour laquelle je travaille, Story Box Press,  car elle aimait beaucoup nos documentaires sur la mode et malgré les très nombreuses propositions qu’elle avait déjà reçues de toutes parts, c’est avec nous qu’elle voulait pour la première fois se laisser filmer. La productrice Lorraine Willems m’a alors proposé de la rencontrer : je suis allé chez elle à plusieurs reprises, nous avons beaucoup parlé, et finalement un jour elle m’a dit : "La prochaine fois, viens avec ta caméra".  C’est comme ça que ça a commencé, assez simplement.

Quand le scandale du foot a éclaté en 2010, les médias ont donné de Zahia l’image d’une bimbo opportuniste qui voulait à tout prix se faire remarquer : partageais-tu cette vision ?
Pas du tout. Certes c’était déjà une icône médiatique à même pas 20 ans, mais finalement on ne l’avait jamais vraiment entendue parler. Rare dans les médias, elle n’est jamais apparue dans aucun programme de télé réalité, loin du cliché d’une Loana par exemple. J'avais été plutôt surpris par ses choix de collaborations à l’époque et j’avais assisté à son premier défilé de lingerie Haute Couture. Bref, je trouvais que c’était un personnage plutôt intéressant, moins évident à cerner qu’on aurait pu l’imaginer.

Le documentaire débute par une série de plans où l’on découvre la technique imparable de Zahia pour monter en voiture en toute élégance : en fait, Zahia est tout sauf vulgaire, non ?
Zahia a une vraie vision de l’élégance, de comment se comporter quand on est une femme : ses modèles sont les actrices égyptiennes des années 60 qu’elle trouve sublimes et dont elle essaie de copier la manière hyper codifiée de séduire les hommes. Elle a aussi un côté geisha, dans sa manière de faire de très petits pas, serrée dans sa jupe moulante. D’ailleurs, j’ai été très étonné de voir qu’elle consacrait au moins 3 heures par jour à se faire maquiller et coiffer : ce rituel quotidien rythme sa vie et il ne serait pas imaginable pour elle de s’en passer. Elle le fait plus pour ressembler à ces femmes égyptiennes qu’elle admire, séduisantes mais aussi pleines de caractère, que par pure coquetterie.

Zahia est entourée de collaborateurs ou d’amis  bienveillants qui ont l’air de tous l’adorer sincèrement : est-ce qu’elle vit dans une bulle, protégée du monde réel par son entourage ?
Zahia a très peu d’amis, elle ne sort pas, ne boit pas, ne fume pas. Ses collaborateurs professionnels sont aussi ses confidents et ont clairement beaucoup d’affection pour elle, sans doute parce qu’ils voient en elle la petite fille qui est en train de réaliser son rêve avec sa maison de couture. Le respect est mutuel, elle les écoute et ils la confortent dans ses choix. Dans le documentaire, on assiste à une réunion pour choisir le nom des robes du défilé. L’une d’entre elles s’appelle "Dis moi oui", mais Zahia trouve que ce n’est pas valorisant pour la femme qui apparaît "en demande". Sa collaboratrice répond, très sincèrement : "Elle a raison et on n’a rien compris".


 

Zahia avoue s'être sentie dévastée et humiliée par le scandale qui l’a fait connaître : finalement, c’était elle la victime de cette affaire ?
Il faut savoir que Zahia n’avait rien demandé à personne, elle n’a pas porté plainte, elle a même témoigné en faveur des footballeurs impliqués dans le scandale. Elle travaillait déjà sur son projet de couture quand l’affaire est sortie dans les médias, elle avait déjà trouvé un investisseur, et finalement ça lui a plutôt fait une mauvaise publicité.

Il y a quand même un tabou dans ce documentaire : l’argent. Pourquoi ?
Ce n’est pas un tabou du tout. Zahia explique que c’est grâce à un investisseur de Hong-Kong  qu’elle a pu lancer sa marque et elle n’a jamais caché ses autres sources de revenu, qu’elle évoque ici à demi-mot. Pour moi, c’était hors sujet, je n’ai donc pas cherché à en savoir plus.

Dans le documentaire, tu suis Zahia dans la préparation de sa deuxième collection de lingerie Haute Couture et on la découvre dans ses bureaux, en créatrice de lingerie qui sait ce qu’elle veut : Zahia a-t-elle de quoi réussir en tant que femme d’affaires  et créatrice de mode ?
Oui, Zahia est une vraie créatrice, c’est elle qui dessine ses modèles et elle suit les mêmes processus de création que n’importe quelle maison de couture. Elle a l’œil, sait s’entourer des bonnes personnes, sait échanger avec ses collaborateurs de manière constructive, même si elle garde le dernier mot. C’est sans doute un peu lourd par moments pour une jeune femme de 20 ans, mais elle pense au long terme. Toutes ses actions sont mûrement réfléchies et qu’on n’aime ou qu’on n’aime pas sa collection, la fabrication est très qualitative, car elle a choisi les meilleurs artisans de Paris pour la réaliser. D’ailleurs, elle devrait lancer en 2013 sa ligne de prêt-à-porter avec des boutiques en France et à l’étranger. Elle a du talent et elle est ambitieuse, elle ne va pas disparaître du monde de la mode demain.

Peux-tu nous donner les 3 adjectifs qui qualifient le mieux selon toi la personnalité de Zahia ?
Déterminée, rêveuse, fragile.

"Zahia de Z à A", documentaire de 80 minutes réalisé par Hugo Lopez / Production : Story Box Press
Diffusion le mardi 22 janvier 2013 à 23h10 sur Paris Première.


A lire : Elle vaut quoi la première collection de Zahia ?


LIRE LA SUITE
Alicia Birr Von Engelswacht

Dans cet article :

Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.