• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Décryptage : le look baby-rockeur

a

A l'occasion de la sortie en poche du Dictionnaire du look, Glamour.com mettra un look en ligne chaque semaine pendant un mois. Ici, le baby-rocker.

Du haut de ses quinze ans, le baby-rockeur se souvient avec émotion du jour il a feuilleté, la larme à l'oeil, son premier rock'n'folk. Un nouveau continent peuplé de groupes, d'overdoses et de morts étouffés par leur vomi lui tendait les bras.
Victime collatérale du déferlement massif du slim et de la cravate fine au début du nouveau millénaire, le baby-rockeur est, comme son nom l'indique, à peine sorti de l'enfance. On peut le voir, au détour d'une rue du VIè arrondissement de Paris ou du Plateau à Lyon fouler le macadam, la mèche au vent, pressé de rejoindre le studio de son pote Jérèm' il répète avec son nouveau groupe de rock (l'ancien ayant splitté il y a deux jours).

Sociotype
Comme disait Saint Augustin, "on va pas se mentir" : le baby-rockeur est principalement issu des beaux quartiers. Education classique, grands lycées, jeunes filles au pair, week-ends à la campagne, vacances au ski : la galère en somme. "Mais attention, on veut pas trop se différencier des autres jeunes de notre âge, parfois on va au MacDo ou on se fait un kebab, tu vois."

Quotidien
Le baby-rockeur est livré à lui-même dans un hôtel particulier avec beaucoup d'argent de poche pour survivre, ses parents désertant souvent la cellule familiale. Il est très tôt libre de faire ce qu'il veut.

Scolarité
Peu concerné par les études, le baby-rockeur a néanmoins conscience de l'importance de la culture et du savoir."C'est très à la mode en ce moment d'être cultivé. Les filles, quand elles te voient parler politique ou bouquins avec te spotes, elles craquent direct ..." Conscient de la chance qu'il a d'être bien né, le baby-rockeur n'a pas peur de l'avenir.

Le look
Boots pointues ou jolies baskets en toile, chemise blanche de rigueur, le baby-rockeur, qu'il soit classique ou trash, est serré dans son slim mais à l'aise dans ses converses.

Le baby-rockeur "classique"
D'inspiration anglaise, il est reconnaissable par son style très sixties dans une ambiance "bande du drugstore" proche de celle des mods de l'époque. Jean slim ou pantalon feu de plancher (c'est-à-dire fort court), chemise cintrée ou polo, veste noire étriquée, cravate fine, il est d'apparence très propre. Sa coupe de cheveux est sage : grande mèche latérale et décoiffé sophistiqué.

Le baby-rockeur "trash"
Plus proche de Keith Richards que de Paul McCartney, il n'est pas loin, dans ses mauvais jours, de ressembler à Slash des Guns'n'Roses. S'il adopte la même garde-robe que son cousin classique, la baby-rockeur trash y ajoute cependant ce qu'il faut de bagues, colliers, chaînes et bracelets pour décoincer le style. La coupe de cheveux est nettement plus décoiffée, le T-shirt déchiré et les boots défoncées.

Gare aux méprises
Quelques incartades du look baby-rockeur, qu'il soit classique outrash, vers une allure "sportswear" sont à observer : le port de baskets, pull à capuche, voire de slim baggy a été à plusieurs reprises observé dans la communauté. Mais gare aux méprises : "Parfois, on nous confond avec des tecktoniks", confient-ils avec dégoput. En effet, sans leur attribut rock, la mèche des baby-rockeurs peut induire en erreur le béotien. A noter également l'absence de gros chez baby-rockeurs. Les gros en slim sont à chercher, une fois encore, du côté des tecktoniks, au style nettement plus démocratique.

L'aventurier
Avant d'investir les endroits un peu chauds (les Ier, VIIIè ou XIè arrondissements de Paris, le quartier de Saint-Etienne à Toulouse, le Roucas Blanc à Marseille) il risque de croiser la route d'une bande de caillera le baby-rockeur, souvent sujet aux insultes allant du "sale pédé" au "espèce de gosse 2 riche pédé va", troque opportunément son slim contre un pantalon plus large.

Faute de goût
La baby-rockeur avoue avoir jadis porté pantalon baggy, grosses baskets et casquette. "Ouais, enifn, j't'explique : j'ai été skatteur pendant deux mois."

Marques
"Je suis né en agnès b.", Zadig et Voltaire, Dior Homme, Prada. Rien de véritablement abordable pour les faibles bourses. La baby-rockeur peut cependant s'acheter quelques fripes à l'occasion. Restent les marques de slims, qui composent à 80 % sa garde-robe : April 77, Acné. La marque Cheap Monday, en proposant de se slimer pour 50 euros contribua largement à la démocratisaiton du look à Paris. Le magasin Noir Kennedy, qui accueille toutes ces marques, est un lieu saint pour le baby-rockeur.

La musique
Au début du nouveau millénaire, le critique rock Philippe - c'est géniaaal - Manoeuvre, s'enthousiasme devant ces nouveaux groupes d'adolescents à guitares électriques, insolents de beauté et de jeunesse, ni vraiment musiciens ni vraiment amateurs, à la dégaine savamment travaillée, bouleversé par ce qu'il considère comme la nouvelle scène rock française. Grâce à ce parrain collector, les mythiques soirées Emergenza du Gibus, véritables tremplins rock, sont relancées. Le phénomène attire les médias qui s'empressent aussitôt de les baptiser "baby-rockeurs".

Baby-groupes
Les Naast, Second Sex, BB Brunes, Plastiscines (baby-rockeuses), Shades.

Idoles
Héritiers de la culture et de la collection de vinyles de leurs parents, ils partagent les mêmes idoles : les Clash, les Kinks, les Who, les Libertines, les Babyshambles, les Sex Pistols, les Remains, les Kooks, les Strokes, Bob Dylan, les Stooges, Bowie, les Stones, le rock, quoi.
Si les baby-rockeurs recréent artificiellement la sphère culturelle parentale, ils prennent soin, lorsque papa adore Led Zeppelin de se dévouer corps et âme à Black Sabbath. Mais il arrive que les baby-rockeurs fassent des infidélités au rock’n’roll : "Parfois, en boîte on danse genre sur de l’électro pour délirer ou on se tape des trips sur Sefyu."
Le baby-rockeur ne rechigne pas non plus à s’écouter de temps en temps "un petit "Jammin’" en fumant un bon pet’ de beuh". C’est la seule incartade Jah-Jah qu’on lui connaisse à ce jour. 

Sorties
La nightlife des baby-rockeurs est gentiment décadente. Au programme : drogues en tous genres "mais personne ne se pique, attention", alcool à gogo, clopes en pagaille et roulage de pelles en folie. Lorsque le baby-rockeur ne sort pas dans des lieux parisiens tels le Trsukel, le Pop’in, le Back Up, ou le Gibus, il traîne dans des squats.

Squats
Le squat auquel nous faisons ici référence n’a rien avoir avec celui du punk à chien ou de l’arty. Ce que le baby-rockeur appelle un "squat" n’est pas un endroit insalubre où l’on amène l’électricité comme on peut mais désigne l’action d’investir l’hôtel particulier de ses parents le temps d’un week-end. (Le squat est généralement organisé par un pigeon wannabe.)
L’avantage du squat, c’est que tout y est gratuit, que l’on peut y fumer plein de clopes, rire des photos de famille qui trônent sur la cheminée, faire des soufflettes de shit au chien et se peloter dans le lit des parents.

Enfants gâtés  
Lors des squats, les baby-rockeurs et les lolitas s’adonnent aux joies de la destruction. Leur but : laisser l’endroit aussi dévasté qu’une chambre d’hôtel après le passage de Pete Doherty. Beaucoup d’incruste, de casse et de vols au programme, chez ces jeunes dans le besoin qui souffrent. " La dernière fois, j’ai volé un portable, je sais même pas pourquoi."
Le lendemain, l’hôtel particulier a des allures de zones sinistrées, et on peut y voir une jeune fille au pair s’échiner à vider les cendriers et ramasser les cadavres de bières.

Sexe
Les baby-rockeurs sont précoces, mais peut au fait de la contraception :  "Il y a eu beaucoup d’avortements l’an dernier à Henri IV", encore moins de la prévention : "On flippe des trucs qui traînent, parce que, bon, on a tous un peu couché avec tout le monde, les meufs elles tournent, tu vois."

Courage
Pantomimes, avatars rock, les baby-rockeurs sont conscients qu’ils peuvent en agacer certains. Mais revendiquent, du haut de leurs quinze ans, leur droit à la culture et à la beauté.

Le dictionnaire du look - Une nouvelle science du jeune. Géraldine de Margerie aux éditions Robert Laffont, 288 pages, 10 euros.

Participez au concours "Le dictionnaire du look" et tentez de gagner jusqu'à 20 exemplaires ici

LIRE LA SUITE
Géraldine de Margerie
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.