• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Portrait : Edie Campbell, mannequin de l'année 2013

Edie Campbell, la mode comme une évidence Edie Campbell, la poupée dark Edie Campbell, le naturel au galop

Impossible de la rater cette année : Edie Campbell vient d'être élue "mannequin de l'année 2013" aux British Fashion Awards. Retour sur le parcours de cette anti-party girl fascinante de naturel.

LIRE LA SUITE
1 /3

Edie Campbell, la mode comme une évidence

Edie Campbell, la mode comme une évidence

Le 2 décembre 2013, à tout juste 23 ans, Edie Campbell a volé la couronne de sa compatriote britannique Cara Delevingne en étant élue "Mannequin de l'année 2013" aux British Fashion Awards. Un titre qui récompense une année riche en collaborations et un parcours sans faute. Il faut dire qu'avec une grand-mère modèle, une petite sœur mannequin et une mère (Sophie Hick) architecte et ex styliste pour Vogue UK, la jeune Edith Blanche Campbell évolue dans un univers où la mode est un art de vivre.

Née le 1er décembre 1990, elle grandit à Westbourne Grove, un quartier huppé de Londres. A 15 ans, elle est remarquée par le célèbre photographe Mario Testino qui la fait poser pour Vogue UK et l'impose ensuite sur la campagne Burberry, aux côtés de Kate Moss. Une chance rarissime pour un début de carrière. En 2009, diplômée de la St Paul Girls' School, elle intègre l'agence Viva Model Management de Londres et pose pour Marc by Marc Jacobs. C'est alors son deuxième contrat avec une marque de luxe. Le phénomène Edie Campbell ne fait que commencer...

 

2 /3

Edie Campbell, la poupée dark

Edie Campbell, la poupée dark

Grands yeux bleus à la Twiggy, bouche de poupée, longs cheveux blonds ondulés et frange désormais caractéristique, Edie Campbell est une beauté babydoll au style preppy typiquement british. Du haut de son mètre 76, elle devient le modèle favori des créateurs et rejoint très vite l'écurie des protégées de Karl Lagerfeld. Alors que les contrats pleuvent, notamment pour Alexander McQueen, Saint Laurent Paris, Jil Sander, Cacharel Amor Amor ou encore Burberry, où elle pose avec Romeo Beckham, elle réalise de nombreuses séries mode.

En 2012, elle s'affiche aux côtés des One Direction pour l'édition anglaise du magazine Vogue. Des photos qui ne plaisent pas aux fans, jalouses, qui n'hésitent pas à clasher le jeune modèle sur son compte Twitter, qu'elle supprimera dans la foulée. Blessée par ces attaques mais ayant confiance en elle, elle aura l'audace de troquer sa crinière blonde pour une coupe courte à mulet noir corbeau et un style plus androgyne. La nouvelle Edie Campbell est née, plus affirmée, plus rock et plus singulière. Une nouvelle dégaine que l'on retrouvera dans les campagnes Lanvin ou Sandro.

3 /3

Edie Campbell, le naturel au galop

Edie Campbell, le naturel au galop

Alors qu'elle a ouvert le dernier show de Marc Jacobs pour Louis Vuitton le corps couvert de peintures imitant des graffitis et défilé sur 22 podiums lors de la Fashion Week printemps-été 2014, Edie Campbell garde les pieds sur terre. A 23 ans, elle a conscience que la mode ne la fera pas travailler indéfiniment et a entame donc des études d'histoire de l'art à l'Université de Londres. Passionnée de peinture, elle est aussi férue d'équitation.

La preuve : elle monte à cheval depuis son plus jeune âge et a même remporté tous les prix de la compétition de Glorious Goodwood en 2011. Dolly et Armani, ses deux chevaux, captent toute son attention, et, en bonne anti-party girl, elle avoue préférer dépenser son argent pour eux plutôt que dans des soirées. Mais en plus d'être proche de la nature, Edie Campbell est passionnée de lecture et donne de sa personne en étant ambassadrice de The Reading Agency, une association de lecture et d'écriture pour les enfants. Dans 5 ans, elle espère pouvoir acquérir de nouveaux chevaux et vivre avec son boyfriend Otis Ferry dans la campagne anglaise... mais nous, on en redemande.

Marie-Caroline Bougère
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.