• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Portraits : qui sont les (nouveaux) beaux mecs de la mode ?

Justin O’Shea, le plus tendance Matthew Terry, le plus sculpté Karl Edwin, le plus pop Helio Ascari, le plus manuel 13

Ils sont designers, photographes, rédacteurs ou stylistes, mais ils sont aussi hot. En vue de la Fashion Week Homme, Glamour vous livre sa sélection des modeux les plus sexy du moment.

LIRE LA SUITE
1 /13

Justin O’Shea, le plus tendance

Justin O’Shea, le plus tendance

Acheteur principal de l’e-shop de luxe MyTheresa, Justin O'Shea est sur tous les fronts. Phénomène Instagram, ami des people, invité de prestige des défilés... Une réussite qu'il partage en tandem, très souvent accompagné de la très stylée Veronika Heilbrunner, rédactrice pour le Harper’s Bazaar allemand. A eux deux, ils forment le couple le plus hot des Fashion Week. Et si sa girlfriend expérimente les styles, lui reste fidèle à ses costumes trois pièces, qui lui fusèlent la jambe et dont il n’hésite pas à enlever la veste pour dévoiler ses nombreux tatouages. Peut-être pas si effortless que ça…

L’incident hot : Son côté "rebelle au grand cœur", qui le pousse à être intraitable en matière de mode, puis à poster une image de lui avec ses nièces, en toute détente.

Où le croiser ? Dans presque tous les aéroports ayant une connexion pour Londres ou New York.

2 /13

Matthew Terry, le plus sculpté

Matthew Terry, le plus sculpté

Egérie hottissime de la dernière campagne Calvin Klein bijoux, Matthew Terry, 21 ans, n’en est plus à son premier fait d’armes. En seulement quatre ans, après avoir réalisé une vidéo pour les campagnes de Calvin Klein Underwear, sa carrière se développe à tel point qu'il entre dans le top 50 des mannequin à suivre de l'intransigeant Models.com. On avoue malgré tout mieux connaître ses abdominaux impressionants que son visage.

L’incident hot : Son strip tease "surprise" lors de sa première interview télé sur le plateau d’Ellen Degeneres, en février 2013. Un buzz qui lui confère immédiatement le rayonnement cool qui lui manquait.

Où le croiser ? Au très branché Sutton Club de Barcelone, la ville où il a grandi.

3 /13

Karl Edwin, le plus pop

Karl Edwin, le plus pop

Photographe, réalisateur, modèle… En quelques saisons, Karl Edwin s’est forgé une réputation d’homme à tout faire. Caméléon stylé et pro du color pop, le New-Yorkais, collectionneur de chapeaux et de bérets en tous genres, devient vite la coqueluche des streetstylers, qui lui dédient leurs plus beaux clichés. Pourtant, c’est grâce à ses propres images, publiées régulièrement sur son site Guerreisms et reprises partout, que la bête de mode explose. Affaire à suivre…

L’incident hot : Son addiction pour le chocolat noir, qu’il achète à la City Bakery, dans Manhattan.

Où le croiser ? Au Flamekeepers Hat Club, une boutique étriquée de Harlem spécialisée dans les chapeaux neufs ou d’occasion. L’endroit idéal pour trouver la perle rare loin des grandes avenues.

4 /13

Helio Ascari, le plus manuel

Helio Ascari, le plus manuel

Barbe drue, look rétro et regard dur, Helio Ascari, ex mannequin, plonge aujourd’hui les mains dans le cambouis. Co-fondateur du label Ascari Bicycles, le beau gosse brésilien installé à New York construit à mains nues des vélos délicieusement hype, dont chaque pièce est assemblée dans son petit atelier de Portland. La quintessence sexy.

L’incident hot : La série photo qu’il accorde au magazine en ligne VeloCult, où Helio manie le chalumeau comme personne.

Où le croiser ? Au Crown Victoria Bar, le meilleur spot de Williamsburg, à Brooklyn, où il trouve le temps de chiller en terrasse à deux pas de son appartement.

5 /13

Nick Wooster, le plus star

Nick Wooster, le plus star

Cheveux blancs, bermuda et éternelles petites lunettes rondes. Non, il ne s’agit pas de votre papy en vacances, mais de Nick Wooster, celui que l’on considère depuis peu comme "l’homme le mieux habillé du monde". Un succès que Nick Wooster doit en partie à ses nombreux fans Instagram, qui, non contents de suivre ses péripéties mode, forment une communauté soudée et solide autour de leur héros du style. "Je suis né en costume" n’hésite pas à clamer celui que les créateurs commencent à s’arracher : cet été, il présentait sa première collaboration, une ligne de costumes élaborée avec le chicissime label Lardini. Success story.

L’incident hot : Ses tatouages de bad boy, qui donnent à ses looks les plus classiques un panache qui séduit les hipsters.

Où le croiser ? Chez Blind Barber, dans l’East Village de Manhattan. L’une de ses adresses favorites pour s’occuper de sa moustache, devenue presque aussi célèbre que lui.

6 /13

Jarrod Scott, le plus exhibitionniste

Jarrod Scott, le plus exhibitionniste

Figure incontournable du célèbre top 50 des mannequins à suivre de Models.com, mais aussi de la plus restreinte liste des tops les plus sexy. Un palmarès impressionnant que Jarrod Scott cultive aver ardeur : entrainement façon bootcamp, coupe de cheveux savamment travaillée... une nouvelle vision de la virilité sur papier glacé.

L'incident hot : Pour son numéro spécial printemps-été 2013, Jarrod Scott fait la couverture de l'édition française du magazine Vogue Hommes. Au fil des pages, le top se dénude, déboutonne... jusqu'à une double page en nu intégral dont on se souvient toutes.

Où le croiser ? Sur le pont de Brooklyn, où le beau gosse court environ 10 km chaque jour.

7 /13

Louis Simonon, le plus dark

Louis Simonon, le plus dark

Fils de Paul Simonon, le célèbre bassiste des Clash, Louis Simonon ne se destinait pas vraiment au monde de la mode, plutôt attiré par la musique. Pourtant, en 2009, Hedi Slimane le shoote pour sa campagne Saint Laurent. Très rapidement, tout s’enchaine. Sa moue boudeuse, ses sourcils froncés et ses looks rock séduisent aussi bien les créateurs, fascinés par son amateurisme successfull, que les rédacteurs, qui saluent ses prises de risque audacieuses.

L’incident hot : Son apparition remarquée dans la vidéo de campagne automne-hiver 2013-2014 de 3.1 Phillip Lim, "Sonomama", aux côtés de Kiko Mizuhara. Un court-métrage qui fait de ce "fils de" un nouveau sex symbol à part entière.

Où le croiser ? Un dimanche, au marché couvert de Brixton, à Londres, où il adore tester la street food.

8 /13

Alessandro Squarzi, le plus nature

Alessandro Squarzi, le plus nature

Figure incontournable de la Fashion Week masculine, l’Italien Alessandro Squarzi n’a plus rien à prouver au petit monde de la mode. Dénicheur de tendances, businessman et heureux papa, son allure, repérée très tôt par Scott Schuman au début des années 2000, en font de lui l’un des précurseurs du look "dandy cool" aujourd’hui très prisé à la sortie des défilés. Une aura qui n’a rien changé à son caractère pour celui qui avoue "avoir un pied dans la mode et le second dans la rue".

L’incident hot : La cigarette qu’il ne peut pas s’empêcher d’allumer dès la sortie d’un défilé. Une marque de fabrique qui lui donne des airs de cowboy Marlboro caliente.

Où le croiser ? Au restaurant Piadineria Doppiozero, à Rimini, qu’il surnomme lui-même la "corne d’abondance".

9 /13

Jean-Paul Paula, le plus subversif

Jean-Paul Paula, le plus subversif

Le corps de Zeus et l’esprit de Grace Jones. Le styliste du célèbre magazine WAD surprend, avant de toucher. Looks millimétrés mixant le faux streetwear et le vrai sportswear, Jean-Paul Paula orchestre son propre succès, entre coups d’éclat et gros talent. Sa personnalité fantasque, qui transparait dans toutes ses séries mode, détourne les codes, où le virtuose se moque des genres et outre-passe le porno chic.

L’incident hot : Son déhanché légendaire et ses improvisations sur le dancefloor, qui ont de quoi faire pâlir les Shakira et autres Beyoncé.

Où le croiser ? Au Saint-Régis, excellent restaurant de l’Île Saint-Louis, où le confit de canard l’empêche souvent de dormir la nuit.

10 /13

James Sleaford, le plus craquant

James Sleaford, le plus craquant

Trench coat amidonné, chemise entr’ouverte, écharpe en cachemire, pull pure laine parfaitement coupé et palette de couleurs oscillant entre les bleus nuit, le camel et le gris, James Sleaford fait partie de ceux dont le charisme ne se discute plus. Une aura mise en exergue par une politesse exemplaire et une galanterie hors pair. Pour l’ex londonien, qui a rejoint en 2010 la direction mode de l’édition française du magazine GQ, tout est une question d’équilibre : l’utile et l’agréable, le beau et le confortable, l’humour incisif et le sourire taquin.

L’incident hot : Son accent british à couper au couteau (mais surtout à couper le souffle). "Vous allez au quel étage ?" - Honnêtement… où il voudra.

Où le croiser ? Au Paris-London (tiens tiens), la jolie brasserie de la place de la Madeleine, où ce grand amateur de bacon burger a ses habitudes.

11 /13

Alasdhair Willis, le plus bankable

Alasdhair Willis, le plus bankable

Directeur artistique de la griffe Hunter Original depuis 2 saisons, dont il élabore le prêt-à-porter et les accessoires, Alasdhair Willis est le nouveau nom à connaitre du petit monde de la mode. Un beau gosse que l’on voit souvent au bras de Stella McCartney, son épouse. Entre les powerful couples David et Victoria ou Alasdhair et Stella, il faudra bientôt choisir…

L’incident hot : Sa passion pour le jardinage. Il sème, rempote et arrose dès qu’il en a l’occasion.

Où le croiser ? Chez Berry Bros & Rudd, le plus ancien caviste du Royaume-Uni (ouvert en 1698), au cœur de Londres.

12 /13

Adam Katz Sinding, le plus confidentiel

Adam Katz Sinding, le plus confidentiel

Presque toujours en total look noir, comme la majorité des streetstylers, Adam Katz Sinding fend les foules des Fashion Week et capture en quelques secondes les silhouettes graphiques des modeuses les plus aguerries. Membre éminent de la nouvelle vague des photographes de street looks (avec Jonathan Paciullo, Nabile Quenum ou YoungJun Koo).

L’incident hot : Sa capacité à approcher les people, qui le lui rendent bien : "je suis prêt à tout pour la bonne photo".

Où le croiser ? Au Shake Shack de Covent Garden, à Londres, où lui et sa bande se retrouvent toujours pour parler photo en fin de journée.

13 /13

Simon Porte Jacquemus, le plus frenchy

Simon Porte Jacquemus, le plus frenchy

Avec des collections portées en triomphe en seulement quelques saisons, Simon Porte Jacquemus surprend par son naturel... mais aussi par son toupet. Ancien étudiant d'ESMOD, le petit prodige parisien se démarque en faisant défiler ses modèles aux portes des shows des autres créateurs de la Fashion Week. Depuis, ses provocations 80's et ses bandes-son rétros ont fait le tour du monde. Well done !

L'incident hot : La chaîne dorée qu'il porte toujours chemise entr'ouverte. Il n'y avait que lui pour en faire un revival... qui marche.

Où le croiser ? Au Progrès, le bar à hipsters lookés de la rue de Bretagne, à Paris, où il sirote un pastis avec sa muse et amie Jeanne Damas.

Laurianne Melierre
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.