Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

Pourquoi les stars ringardes sont-elles les nouvelles coqueluches de la mode ?

Céline Dion lors de la Fashion Week haute couture automne-hiver  2017

De Pamela Anderson à Cher, ces derniers mois, des people oubliés reviennent sur l’avant de la scène. Et pour entamer leurs retours, ils commencent par s’offrir une crédibilité mode.

Trente-cinq ans. C'est le nombre d'années de carrière qu'il aura fallu à Céline Dion pour être adoubée par l'industrie de la mode. Jusqu'ici reléguée à son statut de diva clinquante installée à Las Vegas pour les besoins du showbiz (elle y présente des concerts sur la scène du Colosseum depuis 15 ans), elle fait son premier coup d'éclat en juillet 2016, à la fin de la Fashion Week haute couture, vêtue d'un sweatshirt Vetements représentant le naufrage du Titanic. Une mise en abyme qui amuse les modeux et attire le regard sur la chanteuse. Un an plus tard, rebelote, la star canadienne transforme la haute couture parisienne en renaissance mode "dionesque". Le paroxysme ? Une vidéo hilarante pour la bible du style, Vogue US, où la chanteuse essaie les meilleurs looks de la Fashion Week en surjouant une Marie-Antoinette déjantée dans les chambres du Ritz. Parce que Céline Dion a beau être une personnalité plus populaire que pointue, elle représente, comme le souligne Bénédicte Fabien du bureau de conseil et de style Martine Leherpeur, près de 2  millions de fans sur Instagram. Un chiffre qui fait tourner la tête et pleuvoir les contrats. 

Et la star canadienne a semble-t-il inspiré deux de ses contemporaines, Cher et Pamela Anderson. Cette dernière a, outre son apparition dans "Le lac", un clip de Julien Doré, lancé une ligne de chaussures éco-friendly, avec la créatrice française Amélie Pichard. Fabriqués en France, les modèles sont labellisés vegans et militants puisque 10% des bénéfices de leur vente sont reversés à la fondation humanitaire de l'actrice américaine.

Pamela Anderson pour Amelie Pichard, photographiée par David LaChapelle ©Amelie Pichard

Cette saison, c'est Eleven Paris, marque en pleine renaissance depuis son rachat par le groupe Vog (propriétaire de Ba&Sh également), qui a fait appel à Pamela Anderson. Choisie au côté de Gabriel Kane comme image de la nouvelle collection de l'enseigne, elle marque une rupture avec les anciennes égéries Eleven Paris (l'une des dernières étant la it girl Hailey Baldwin, 19 ans à l'époque) et représente "une femme plus affirmée". 

Pamela Anderson pour Eleven Paris ©Eleven Paris

Cher, quant à elle, incarne avec le rappeur Future la campagne automne 2017 intitulée "Meet me in the Gap" de la marque californienne. Réunis le temps d'une chanson, ils reprennent en cœur "Everyday People," de Sly and the Family Stone.

Cher n'est d'ailleurs pas en déveine ces derniers temps puisqu'en plus d'être l'icône mode absolue de l'influenceuse italienne Gilda Ambrosio qui affiche comme elle deux longues masses de cheveux noires, elle a eu droit à une déclaration d'amour de la part de Kim Kardashian elle-même, posant façon clone troublant de la star en couverture du dernier Harper's Bazaar Arabia.


Leurs retours en fanfare, ces stars le doivent à plusieurs facteurs. En plus d'avoir des enfants jeunes et dans le coup qui font parler d'eux (René-Charles et son relooking concomitant avec celui de sa mère, Céline Dion, mais surtout Brandon Thomas, fils de Pamela Anderson et mannequin pour Philipp Plein lors de la dernière Fashion Week), Cher, Céline Dion et Pamela Anderson ont toutes trois régné sur les 90s, la décennie trendy de ces dernières saisons. Non contente de ressortir du placard les marques qui ont fait les beaux jours de cette période, de Champion à Juicy Couture, sans oublier Sergio Tacchini (qui vient d'annoncer une collection capsule avec... Eleven Paris !), l'industrie de la mode s'entiche de ces personnalités au moins 3 fois plus âgées que la dernière sensation de la Fashion Week, Kaia Gerber, 16 ans au compteur. De quoi séduire le hickster, un terme construit sur la contraction de hick (péquenaud en anglais) et hipster, que Bénédicte Fabien utilise pour définir "une personne qui s'approprie tous les codes de la culture populaire et de l'imagerie ringarde". En gros, plus t'es démodé, plus t'es stylé. Too plouc for school.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.