• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Décryptage : les rappeurs sont-ils les nouvelles fashionistas ?

Les rappeurs les nouvelles fashionistas de la mode

Depuis quelques saisons, la mode s’est prise de passion pour les rappeurs. Ils s’appellent A$AP Rocky, Kanye West, Pharrell Williams, Orelsan ou Nekfeu et sont les nouveaux maîtres du style.

Musique et mode ont toujours fait bon ménage. David Bowie a été encensé pour son style, Hedi Slimane a passé une partie de sa vie à photographier les musiciens les plus branchés, le top Kate Moss ne sort presque qu'avec des rockeurs et la tendance punk a pris racine dans le monde de la mode dès les 70s. Les chanteurs ne sont pas en reste puisqu’ils enchaînent, à la moindre occasion, collections et collaborations en tout genre. Dernièrement, Beyoncé s’est plusieurs fois improvisée égérie pour H&M, avant de créer sa marque d’athleisure Ivy Park.  De son côté, Rihanna a prêté son image à deux reprises à Dior, puis a lancé une paire de solaires éponyme avec la maison française. Le chanteur Stromae, lui, en est à la troisième collection capsule de sa griffe Mosaert et continue d’imaginer chaque saison  avec sa femme, la styliste Coralie Barbier, des pièces aux couleurs vives et bourrées d’imprimés.


Mais la vraie tendance se trouve plutôt du côté des rappeurs, qui, depuis quelques temps sont les nouvelles coqueluches des gens de la mode. Pour autant, pas de méprise. De tout temps, le mouvement hip-hop a été marqué par une empreinte esthétique prégnante. Dès la fin des 70s, les fans de hip-hop arboraient un look très défini, à l’image des Furious Five, les cinq rappeurs qui accompagnaient le Dj Grandmaster Flash. Blousons à épaulettes, chokers cloutés, casquettes de marin, leur vestiaire ressemble à s’y méprendre à celui des modeux d’aujourd’hui. En France, en 1984, l’animateur de l’émission culte H.I.P.H.O.P., Sidney, apprenait aux  téléspectateurs à s’approprier les codes vestimentaires du mouvement hip-hop et même à lacer leurs sneakers (le style se cache toujours dans les détails...). Parce que comme il le répétait à l’envi : "le hip-hop n’est pas une mode, le hip-hop est un phénomène". En 1993, Akhenaton (du groupe IAM) dans "Je danse le MIA" donne une idée assez précise du parfait attirail des B-Boys : "Stan Smith aux pieds", une paire de Ray-Ban et l’inénarrable survêtement Sergio Tacchini. L’engouement des rappeurs pour la mode et surtout le streetwear ne s’est pas démenti au fil des années puisqu’ils ont été nombreux à lancer leurs marques de vêtements. JoeyStarr avec Com8, Kool Shen avec 2 High, plus récemment Kaaris avec Jeunes Riches et surtout, Booba, qui se démarque avec Ünkut (la griffe aurait dégagé un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en 2013). Mais ces marques, plus sportwear que couture, s’adressent davantage à un public de fans qu'à des inconditionnels de mode.


Les rappeurs, entre égéries, créateurs et invités de marque
Ce qui interpelle désormais, c’est la propension des rappeurs à squatter l’avant de la scène mode. Pour preuves, les incartades fashion de Pharrell Williams et de Kanye West, deux des premiers rappeurs à s’être offerts de très chic collaborations. Dès les 00s, Nigo, fondateur de la marque A Bathing Ape (Bape) décide de s’associer à Pharrell Williams pour lancer les marques Billionaire Boys Club, puis Ice Cream en 2005. La même année l'artiste collabore pour la première fois avec Louis Vuitton et imagine un modèle de lunettes de soleil pour l'enseigne française. Par la suite viendront Uniqlo, adidas, G.Star,  un sac locomotive pour la maison Moynat... Bref, rien n’arrête plus Pharrell.

 

Co-designed by @Pharrell. All made from recycled ocean plastic. #rawfortheoceans #newcollection @bionicyarn

Une photo publiée par G-Star RAW (@gstarraw) le


A son image, Kanye West a longtemps cherché la bonne collab. Lui aussi se tourne vers A Bathing Ape, puis Louis Vuitton et Nike. Sa spécialité ? Les sneakers qu’il relooke selon ses goûts avant de les porter sur scène. Pourtant, en 2011, le rappeur crée la surprise en imaginant pour Giuseppe Zanotti des souliers féminins loin des codes du sportswear, après avoir fait quelques "stages d’observation" chez Gap et Fendi. Après une première ligne de prêt-à-porter qui ne rencontre pas vraiment l'adhésion de la presse, présentée au  lycée Henri IV à Paris, le rappeur se tourne vers Jean Touitou, le fondateur d’A.P.C., avec qui il imagine une collection capsule minimaliste. Victime de son succès, la ligne est sold out en quelques instants sur le site Internet de la marque, ce qui pousse les deux hommes à réitérer l'expérience l'année suivante.

A.P.C. KANYE IN STORES NOW #apckanye #apc #kanyewest

Une photo publiée par @apc_paris le

Mais l'incontestable réussite mode de Kanye West se trouve dans les collections qu’il réalise depuis trois saisons avec adidas. Sous le label Yeezy, ses vêtements pour la marque aux trois bandes créent à chaque fois l’événement. Le dernier défilé en date, véritable happening et ode à la tendance fuccboi, était aussi l’occasion pour le rappeur de présenter son nouvel album The Life of Pablo. La meilleure manière de conjuguer mode et rap.
En plus de jouer au créateur et de s’inviter aux premiers rangs des défilés, Kanye West figure aussi dans les campagnes de ses amis de la mode. La dernière en date ? Pour l’un des BFF de sa femme, Olivier Rousteing, le directeur artistique de Balmain. Kanye West y est bien accompagné, puisque pour l’occasion il entreprend une valse apocalyptique avec le top Joan Smalls.

Mais Kanye West et Pharrell Williams ne sont pas les seuls à s’offrir des excursions du côté du monde de la mode. Le rappeur californien Tyler, the Creator a lancé en juin dernier sa marque Golf Wang. Au programme, des couleurs psychédéliques, des imprimés pop… Une mode jouissive de cool kids made in Los Angeles, ville où a été présenté le défilé de la griffe.

Côté égéries, le rappeur A$AP Rocky, grand habitué des Fashion Week, qui a aussi travaillé pour Guess, a pris la pose pour la première fois pour Dior Homme. Vêtu d’un long manteau croisé écarlate ou d’une veste cintrée au délicat imprimé, deux silhouettes imaginées par Kris van Assche, le directeur artistique de la ligne masculine de la maison, le rappeur prouve que mode et rap ne riment pas forcément avec bling bling ou sportswear. A la place, élégance et raffinement sont les mots d’ordre de cette campagne léchée.


Les rappeurs français, eux aussi sapés comme jamais 
En France, les rappeurs se distinguent également. JoeyStarr et Nathy cultivent leurs dégaines de carribbean dandee, comme l’indique le nom de leur dernier album, tandis que le jeune groupe PNL a assuré l’ouverture de la boutique Supreme parisienne en mars dernier. Oxmo Puccino, très copain avec Agnès b. qui apparaît même dans le clip de sa chanson "Les potos", ne quitte plus le combo costume + chemise blanche sur scène depuis son troisième album, "Cactus de Sibérie". Sa dernière tournée, il l’a faite dans un joli complet bleu lin, veste à col Mao et pantalon droit de rigueur, total look imaginé par la créatrice parisienne.

En front row des défilés parisiens (Agnès b. à nouveau ou encore Hood by Air), il n’est pas rare non plus de croiser Sneazzy, du groupe 1995. Son acolyte Nekfeu a d’ailleurs lancé une collection en mai dernier avec Adèle Exarchopoulos (qui sort avec son BFF Doums du crew L’Entourage, vous suivez ?) pour la marque de streetwear Rad. Sweats, hoodies, casquettes et T-shirts composent la première collection des deux artistes.

 

Je suis devenu celui dont aurait rêvé celui que je rêvais d’être ???? ???? @neklefeu #RXNXA

Une photo publiée par Rad.co (@rad) le

Orelsan, de son côté, a imaginé une ligne unisexe intitulée Avnier, avec l’aide du styliste Sébastian Strappazzon. D’ailleurs, comme l’a si bien dit l'artiste lors d’une interview consacrée au Grazia.fr en mai dernier "Le rappeur baggy, c’est fini". Alors oui, les rappeurs font désormais partie de nos icônes de style au même titre que les it girls du moment. Mais surtout, on compte sur eux pour souffler un vent de fraîcheur sur les plus respectables maisons comme sur les griffes qui montent. Résultat : on se tient prêtes à être sapées comme jamais. Pas vous ?

 

À lire aussi

fuccboi
Tendance fuccboi : on veut en être ou pas ?

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.