• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
Inboard

Comptoir des Cotonniers : l'interview mère-fille de Charlotte Gainsbourg et Alice Attal

Comptoir des Cotionniers : l

Qui mieux que Charlotte Gainsbourg et Alice Attal pouvait incarner la relation mère-fille, signature de Comptoir des Cotonniers ? A l’occasion de cette histoire de mode et de famille, l’actrice, porte-parole du chic discret de la Française, se livre.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’idée d’incarner l’image de cette maison ?

La marque résonnait en moi parce que ma sœur Kate [la photographe Kate Barry, NDLR] a réalisé ses premières campagnes. Et j’aime le côté minimal et évident des vêtements qu’elle propose.
 

Etait-ce votre premier shooting avec votre fille ?

Oui. Même son premier shooting tout court !
 

Vous avez commencé à tourner dans des films à l’âge qu’a votre fille aujourd’hui, quels conseils lui avez-vous donné pour cette séance ? 

En effet, elle a 12 ans et j’avais le même âge au moment de mes essais pour Paroles et musique. Je lui ai donné peu de conseils si ce n’est peut-être de parler pendant les prises pour se détendre. Quand il me voyait mal à l’aise, mon père me disait de ne jamais regarder l’objectif, mais Alice était beaucoup plus détendue que je ne l’étais à l’époque.
 

Qu’est-ce que le rapport mère-fille a de particulier selon vous ?

C’est une complicité évidente mêlée à de la pudeur.
 

Quelles sont les valeurs les plus importantes que vous voudriez transmettre à Alice ?

Le respect des autres, mais elle l’a déjà compris.
 
 

Comment se passent les séances shopping avec votre fille ?

On part très excitées, mais ça ne dure qu’un temps. Au bout d’une heure, je m’impatiente et Alice se retrouve frustrée face à mon manque d’enthousiasme.
 

Comment lui avez-vous transmis votre sens du style ?

Je n’ai pas cherché à lui transmettre quoi que ce soit, elle s’est fait ses propres idées. Il lui arrive de se servir dans mon placard, ce qui est plutôt flatteur pour moi.
 

Un vêtement que vous avez " piqué " à votre mère ?

Un jean 501 quand j’avais 15 ans.
 

Vous souvenez-vous de votre première émotion " mode " ?

Ma mère en robe longue à paillettes bleu électrique, rue de Verneuil dans la cuisine. Je l’ai enlacée, ma tête devait arriver à hauteur de son bassin. Je me souviens de cette sensation collée à elle, le froid des paillettes et sa peau moulée en dessous. C’était comme des écailles de sirène !
 

C’est quoi votre uniforme en ce moment ?

Un jean, des Stan Smith et un débardeur ample.
 

Quel vêtement une femme doit-elle absolument avoir dans son dressing ?

Désolé, mais je n’en ai aucune idée [rires].
 
LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.