• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Mon dressing en mode développement durable

Mode et développement durable : de quoi on parle ? Et si on fréquentait les bonnes adresses vintage ? On y réfléchit à deux fois avant d On donne une deuxième vie à nos fringues 8

Du 1er au 7 avril 2012, c’est la semaine du développement durable en France, une occasion de revenir sur toutes ces petites et grandes choses qu’on peut faire au quotidien pour rendre notre placard plus « eco friendly » et solidaire. Car si le développement durable n’est pas qu’une mode, ça ne veut pas dire qu’il ne la concerne pas, bien au contraire : la preuve en 8 leçons.

LIRE LA SUITE
1 /8

Mode et développement durable : de quoi on parle ?

Mode et développement durable : de quoi on parle ?

Développement durable, éthique, biologique, solidaire… en 2012 ces mots et expressions sont au premier plan de nos préoccupations, et c'est une bonne chose, même s'il faut bien avouer qu'on n’utilise pas toujours le bon vocabulaire, croulant sur les informations et les "concepts" souvent mal définis. Du coup, difficile de faire le tri entre les différentes pratiques mises en avant par les marques. Si l’on essaie de faire le bilan, ça veut dire quoi tout ça ?

Le développement durable est un principe de mise en place de processus de fabrication utilisant les ressources disponibles de manière à préserver l’environnement tout en répondant aux besoins des hommes, aujourd’hui mais aussi pour les générations futures.
C’est donc un concept global qui peut s’exprimer de différentes manières.

L’Ethical Fashion Show (dont on reparlera plus tard) fournit une grille lexicale assez pratique pour classifier les différents types d’initiatives existantes, qui participent toutes plus ou moins au développement durable : les matières biologiques, les matières naturelles, le recyclage, les projets sociaux, le commerce équitable, et le savoir-faire.
Ces initiatives peuvent évidemment se combiner, et d’ailleurs les marques jouent souvent sur différents tableaux. Le problème est qu’elles emploient parfois un terme pour un autre pour faire simple, quitte à tromper un peu sur la marchandise.

Mais maintenant que vous maîtrisez les définitions, on ne pourra plus vous raconter n'importe quoi, n'est-ce pas ?

 

2 /8

Et si on fréquentait les bonnes adresses vintage ?

Et si on fréquentait les bonnes adresses vintage ?

On ne va pas commencer à vous faire culpabiliser en vous disant que consommer c’est mal, ça serait stupide. En revanche, on peut vous donner des pistes pour consommer raisonnablement, en se faisant plaisir tout en faisant des affaires et en ménageant la planète.
Les vêtements de seconde main en font partie. On vous voit déjà lever les sourcils en disant  : "Ok, mais je ne veux pas des fringues qui sentent la cave". Nous non plus !
C’est d’ailleurs pour ça qu’on partage régulièrement avec vous nos bonnes adresses vintage, de la friperie la plus basique au vintage shop le plus chic.
S’il vous faut encore une preuve que la fripe, c’est pas crado, on vous invite à faire un tour sur le site de Bis Boutique Solidaire, une nouvelle friperie qui vient d‘ouvrir dans le 11e arrondissement de Paris : vitrine arty, fringues triés et jolies photos, cette boutique n’a rien à envier aux autres boutiques branchés du quartier. Surtout que ça doit bien être la seule à reverser ses bénéfices au Secours Catholique...

A lire aussi : Je veux du vintage qui plaît aux garçons !
 

3 /8

On y réfléchit à deux fois avant d'acheter un nouveau jean

On y réfléchit à deux fois avant d

Ah le jean ! S’il y a bien une  fringue à laquelle on ne renoncerait jamais, c’est lui, et loin de nous l’idée de vous en priver. Maintenant, certains jeans délavés ou qui ont subi des traitement spéciaux sont de vrais plaies pour l’environnement mais aussi pour les êtres humains : le délavage des jeans consomme des quantités astronomiques d’eau, une ressource qui devient rare, et le sablage qui donne un aspect usé au jean, est très dangereux pour les ouvriers qui le pratiquent.
Heureusement des initiatives existent : on vous a déjà parlé du traitement à l'ozone qui reproduit l'usure naturelle du soleil ou de la campagne "Il est mortel ce jean" pour lutter contre la pratique du sablage. Regardez cette vidéo faite par Levi's qui a lancé une ligne waterless  plus économe en haut. C'est fort instructif.
Et souvenons-nous que pour avoir un jean used sans faire mal à la planète, il y a une méthode 100% gratuite et écologique : la patience…(oui on sait, c'est dur).

A lire aussi : 10 manières cool de porter du denim.
 

4 /8

On donne une deuxième vie à nos fringues

On donne une deuxième vie à nos fringues

Des initiatives de collecte de vêtements, il y en a plein, partout, tout le temps. Sans parler des containers du Relais où vous pouvez déposer les vêtements propres et en bon état que vous ne mettez plus (trouvez le plus proche de chez vous en cliquant ici), les enseignes sont de plus en plus nombreuses à jouer le jeu de la récup' : Monoprix est partenaire d’Emmaüs et organise régulièrement des collectes dans ses supermarchés, Uniqlo reprend vos vielles fringues achetées dans leurs magasins pour les revaloriser, et la première Vide Dressing Week vient à peine de se terminer en partenariat avec tout un réseau de boutiques indépendantes dans toute la France.

Quand on sait que ce dont vous ne voulez plus permet à la fois de créer des emplois et réinsérer des personnes en difficulté, de fabriquer des nouvelles matières premières ou de nouveaux vêtements, et d'offrir aux plus démunis une offre vestimentaire à bas prix, on n’a plus trop d’excuse.

 

5 /8

On repère les marques "eco friendly" et/ou solidaires

On repère les marques "eco friendly" et/ou solidaires

On en connaît déjà quelques unes qui se sont fait connaître ces dernières années dans différents domaines : Ekyog (qui a lancé une collection capsule avec Lolita Lempicka), Golden Hook (qui fait tricoter des mamies pour les sortir de l'ennui et créer de belles pièces  en laine made in France), Bilum (qui vient de sortir une ligne d'accessoires fabriqués dans une bâche de protection de l'Hôtel de Crillon)...Mais si on veut en connaître plus, un  bon moyen est de se rendre sur les salons comme l’Ethical Fashion Show ou 1.618, le salon du luxe durable qui vient de se tenir à la Cité de la mode et du design. Les ventes éphémères spécalisées se sont également multipliées ces dernières années et les événements labelisés solidaires deviennent les nouveaux lieux cool, comme le Brunch Bazar et son Fashion Market.
Les people se mettent aussi à la mode éthique : Bono, le chanteur de U2 et sa femme ont lancé la marque Edun et Emma Watson est non seulement l'égérie mais aussi la créatrice de la collection Love from Emma, lancée par la marque anglaise People Tree.
 

6 /8

On arrête de confondre éthique et ethnique

On arrête de confondre éthique et ethnique

Depuis le boom de la mode éthique, les marques ont bien eu le temps de sortir des clichés du style babos à base de sarouel et de motifs indiens (et heureusement). On trouve donc des alternatives cool à la sempiternelle association orange/violet/marron. D’ailleurs, la mode solidaire a  même fait son entrée sur les tapis rouges, antre du glam : on vous a déjà parlé de la ligne Conscious Exclusive par H&M que Michelle Williams a quasiment inaugurée aux derniers Bafta Awards. Le lookbook de la nouvelle collection qui vient tout juste d’être lancée remet clairement les idées en place à celles qui ne sont pas convaincues. Cette robe fleurie moulante n’est-elle pas tout sauf post hippie ? Nous, on dit glam !

7 /8

On traîne sur Internet

On traîne sur Internet

On sait, on passe déjà beaucoup trop de temps sur Internet. Mais il y a peut-être un poil plus constructif que d'actualiser cinq fois par heure sa page facebook, non ? Par exemple, on se tient au courant de l'actu de la mode éthique sur le blog de Miss Tizia, les Pieds dans la toile, très souvent mis à jour ou bien sur My Green Lifestyle, ou sur Le comptoire d'Audrey, sans doute le plus modeux. Et si après tout ça on a des fringales shopping, on file sur la toute dernière boutique en ligne à la mode solidaire, Ben&Fakto, qui reverse 10% de chaque commande passée sur le site à un projet de micro-crédit.

8 /8

On se refait un carnet d'adresses

On se refait un carnet d

On ne va pas se mentir, on a souvent tendance à faire le même parcours shopping qui évolue progressivement au grès des découvertes qu’on fait plus ou moins par hasard quand on se balade.
Et si on ajoutait à notre carnet d’adresses quelques nouveaux spots qui jouent la carte du développement durable : on peut commencer par le temple parisien de la mode solidaire, Merci (111 boulevard Beaumarchais - 75003 Paris), boutique philantropique pensée comme une grande maison et qui reverse ses bénéfices à des associations caritatives. Certes, toutes les marques présentes ne sont pas forcément 100% éthiques ou solidaires, mais chacune a renoncé à une partie de sa marge pour reverser le plus possible d'argent aux associations, et c'est déjà pas mal.
Ensuite, on vous invite à  faire un tour sur le site www.bienbeau.fr qui répertorie "les bien belles adresses, qu’elles soient bio, éthiques, solidaires" à Paris et de plus en plus en province : vous y trouverez des adresses de boutique de mode (comme Paperdolls, dans le 18e à Paris, ici en photo), mais aussi des resto, des boutiques de déco, des lieux cool pour les enfants...

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.