• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Les femmes, sous-représentées à la Fashion Week

Victoria Beckham lors du final de son défilé printemps-été 2017 à la fashion week de New York

Dans un milieu qui s'adresse pourtant majoritairement aux femmes, une étude réalisée par le site Business of Fashion révèle que les hommes ont beaucoup plus accès à des postes de haut niveau. Un constat qui s'appuie sur plusieurs explications.

Selon une étude réalisée par le site Business of Fashion, plus de la moitié des marques féminines sont dirigées par des hommes. Si le constat est étonnant, les chiffres prouvent que parmi les 371 créateurs qui présentent leurs marques lors des fashion weeks de New York, Londres, Milan et Paris, seulement 40,2 % sont des femmes. Comme l'explique Julie de Libran, directrice artistique de Sonia Rykiel : "Les femmes sont malheureusement encore vues comme une minorité. Même si certaines maisons ont été créées à la base par des femmes, aujourd'hui elles ont très souvent des dirigeants qui sont des hommes." 

Un manque de diversité édifiant dans une industrie où les femmes sont pourtant les premières consommatrices visées. Pourtant, le milieu de la mode a toujours plus attiré la gent féminine : en 2014, 85% des étudiants inscrits à la Fashion Institute of Technology de New York, l'une des écoles de mode les plus réputées, étaient des étudiantes.

L'explication résiderait alors dans le fait que les hommes accéderaient plus facilement à des postes hauts placés, et selon Julie de Libran, souvent car ce sont des hommes qui en décident : "C'est une industrie principalement dirigée par des hommes qui font des choix... et quand le choix est entre un homme ou une femme, l'homme sera toujours choisi." On espère que cette industrie va de plus en plus donner sa chance aux femmes. A l'image de Dior qui a récemment nommé Maria Grazia Chiuri au poste de directrice artistique, première femme à exercer ce rôle pour la maison française. Une seule conclusion s'impose : le monde de la mode a besoin de bousculer les choses.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.