Sandro, une mode haut de gamme chic et romantique

Plus rock’n’roll que Comptoir des Cotonniers, plus chic que Vanessa Bruno, plus colorée que Les Petites : Sandro est la marque qui monte dans l’univers du prêt-à-porter féminin haut de gamme.

Sandro
© -

Les origines de Sandro

La marque Sandro est née de l’imagination de deux sœurs d’origine marocaine, Évelyne Chétrite et Judith Milgrom. Dans les années 1980, ces habitantes du Marais commencent à dessiner des vêtements pour femme sous la marque Sandro, qu’elles font distribuer par des enseignes multimarques. Sandro reste alors inconnue du grand public. En 1998, Judith Milgrom décide de se démarquer de sa sœur et crée sa propre marque, Maje, développant un style proche de celui des collections Sandro mais qui se veut plus bohème et poétique. De son côté, Évelyne Chétrite continue de créer seule sous la marque Sandro et ouvre finalement la première boutique Sandro en 2004, rue Vieille-du-Temple dans le 3e arrondissement parisien – une rue branchée et proche de l’univers de la marque. L’avenir de Sandro prend ensuite un tournant décisif avec l’arrivée en 2007 de Frédéric Biousse et Elie Kouby, qui acquièrent 25 % du capital de Sandro et deviennent respectivement directeur général et directeur commercial. Les deux hommes ne sont autres que deux anciens du… Comptoir des Cotonniers, la célèbre marque de prêt-à-porter moyen haut de gamme féminin. Leur arrivée permet le développement d’une vraie stratégie d’expansion pour Sandro, et rapidement les boutiques Sandro essaiment sur les artères commerciales des villes françaises et européennes. Sandro se lance aussi dans la diversification pour conquérir un nouveau public et lance en 2008 sa première collection pour hommes (conduite par Ilan Chétrite, fils d’Évelyne), puis une collection pour enfants en 2009.

 

Le concept Sandro

Sandropropose une mode haut de gamme et se positionne dans le secteur du luxe accessible. La mode Sandro s’adresse à des femmes jeunes, actives et branchées, exigeantes sur la qualité de leurs vêtements et qui cherchent avant tout à se démarquer des collections à l’identique des enseignes grand public. C’est une mode qui se veut à la fois originale et osée, mais aussi portable dans la vie de tous les jours. La mode Sandro se situe donc à mi-chemin entre les créations extravagantes des jeunes créateurs et les styles trop sages proposés par d’autres enseignes qui visent le même public. Pour parvenir à ce cocktail audacieux, Sandro propose les toutes dernières tendances mode associées à des tissus très chics (comme la soie ou le cachemire), mais toujours confortables : la mode Sandro est une mode qui se porte ! Sandro joue notamment sur le style hippie chic, avec robes longues, imprimés et ponchos revisités. D’autres pièces comme les vestes en cuir Sandro jouent plutôt la carte du rock’n’roll. Mais toutes les silhouettes Sandro dégagent avant tout cette idée de féminité élégante et romantique. La robe Sandro et la marinière Sandro sont ainsi devenues des pièces phares de chaque collection, car elles expriment souvent au mieux cette légèreté gracieuse caractéristique de la mode façon Sandro.

 

Sandro aujourd'hui

Grâce à son positionnement de marque de luxe accessible, Sandro a très bien résisté à la crise et ses ventes ont même continué à augmenter pendant cette période. La stratégie d’expansion de la marque semble bien fonctionner : de sept boutiques en 2007, Sandro comptait 153 points de vente fin 2010, un chiffre qui devrait passer à 232 d’ici 2013. Sandro est aujourd’hui présente dans quinze pays et rencontre notamment un grand succès au Japon et en Corée. Les grandes villes européennes comme Londres, Madrid et Rome ont bien sûr déjà adopté Sandro. La marque cherche maintenant à conquérir les États-Unis et aurait prévu d’ouvrir plusieurs boutiques à New York en 2011. Frédéric Biousse et Elie Kouby ont également investi dans la marque sœur de Sandro, Maje, en 2009, et conduisent le développement des deux marques en parallèle. Une troisième marque, Claudie Pierlot, étiquetée plus « BCBG », a également rejoint le groupe en 2009 avec l’espoir de connaître le même essor que Maje et Sandro. En 2010, le groupe LVMH est devenu l’actionnaire principal (à 51 %) des trois marques et devrait lancer un concept de boutique commune pour Sandro, Maje et Claudie Pierlot.

Avec ses silhouettes raffinées à la pointe de la mode et ses jeux de matière délicats, Sandro a su se créer une place de choix dans le cœur des jeunes femmes branchées. En proposant des collections originales et agréables à porter vendues dans des boutiques à taille humaine, Sandro a réussi à se distinguer des enseignes grand public et à séduire les clientes avec son univers haut de gamme, mais sans prétention.