La magie Maje : une mode romantique toute en finesse

Maje s’est taillée une part royale dans l’univers select du prêt-à-porter féminin haut de gamme. Les boutiques intimistes nous proposent des produits imaginés dans l’amour des matières et des tendances par la styliste fondatrice de Maje, Judith Milgrom.

Maje
© -

Maje, une histoire de famille

Les débuts de Maje sont d’abord une histoire de famille. La créatrice de Maje, Judith Milgrom, est née au Maroc elle apprend très jeune les ficelles de la couture auprès de sa grand-mère, elle-même couturière. Après avoir émigré à Paris, elle commence sa carrière de styliste dans les années 1980, dans le quartier du Marais. Elle y dessine alors, avec sa sœur Évelyne Chétrite, des vêtements pour femme qui sont commercialisés sous la marque Sandro. À la fin des années 1990, Judith Milgrom souhaite tenter une nouvelle aventure en solo et se sépare de sa sœur pour créer la marque Maje en 1998. Ce nom énigmatique est en fait un acronyme des prénoms de personnes chères à la créatrice : une jolie trouvaille qui correspond à l’atmosphère chic et mystérieuse que l’on retrouve dès les premières collections Maje. Maje n’en reste pas moins une affaire familiale : Judith crée seule, mais ses frères prennent en charge les aspects administratifs et financiers de la marque. Les premières boutiques Maje ouvrent en 2000 à Paris. Maje trouve très vite son public, des femmes jeunes et actives à la recherche d’une mode originale et raffinée. Jamais à court d’inspiration, Judith Milgrom profite du succès de la marque pour diversifier ses collections : c’est ainsi que Maje lance une ligne de lingerie féminine en 2005, puis de maroquinerie. Maje propose aussi une collection enfant qui complémente sans imiter l’univers de la collection femme. Et les hommes ? On veut bien croire que ça ne saurait tarder !

 

Le concept Maje

Alors que Judith Milgrom s’envolait en solo avec Maje, sa sœur Évelyne Chétrite a conservé la marque Sandro, dont les premières boutiques ont ouvert en 2004. Les deux enseignes ont un style assez proche et se sont positionnées sur le même secteur : le luxe accessible, à mi-chemin entre les boutiques de créateurs et les magasins de prêt-à-porter grand public, dans la lignée d’autres marques reconnues comme Les Petites, Vanessa Bruno ou Comptoir des Cotonniers. Maje tient cependant à son indépendance et affirme ses différences et son identité avec fierté. La mode Maje se veut ainsi plus jeune et rebelle que le style des collections Sandro. Maje veut créer pour tous les moments de la journée, comme en témoignent les lignes de lingerie et d’accessoires lancées en 2005. La mode Maje se veut chic et raffinée, mais facile à porter dans la vie quotidienne d’une jeune femme branchée. On retrouve dans les collections Maje un esprit romantique plein de poésie qui s’exprime à travers des matières légères et agréables à porter, comme la soie ou la dentelle. La mode Maje peut parfois rappeler le style de la marque Kookai en milieu de gamme. La robe Maje, aérienne et élégante, est souvent la pièce maîtresse des collections de la marque. Cet univers glamour et intimiste se retrouve dans les boutiques Maje, organisées à taille humaine et proposant un service client inexistant en entrée de gamme.

 

Majeaujourd'hui

Maje est aujourd’hui encore une jeune marque, mais elle a admirablement conquis sa place dans le monde de la mode en une petite décennie d’existence. En effet, Maje compte en 2011 plus de 150 points de vente répartis dans 19 pays (la marque cartonne notamment en Corée du Sud !), et n’est pas prête de s’arrêter . Prochaine étape, l’Amérique : des boutiques Maje devraient enfin ouvrir aux États-Unis en 2011. Frédéric Biousse et Elie Kouby, deux anciens du Comptoir des Cotonniers, avaient acquis une part majoritaire de Maje en 2009, la rapprochant ainsi de sa marque sœur, Sandro, qu’ils avaient acquis en 2007. Une troisième marque, Claudie Pierlot, a rejoint les deux sœurs en 2009 également. Les trois marques ont été intégrées au groupe LVMH à l’automne 2010 et une stratégie de développement commune devrait prochainement voir le jour, avec des boutiques proposant simultanément les collections Maje, Sandro et Claudie Pierlot.

Avec ses tendances bien à elle, ses belles matières et son univers raffiné, Maje a conquis les cœurs des jeunes femmes en quête d’originalité et d’élégance pour leur garde-robe. Et si les prix haut de gamme de la marque ne rendent pas la mode Maje accessible à toutes, il reste les soldes Maje pour profiter de ces beaux produits avec un excellent rapport qualité-prix !