Avant-première : la nouvelle couv' Glamour

C’est le jour J ou (G comme Glamour). Pour notre numéro Spécial Mode, nous avons invité Diane Kruger et Karl Lagerfeld en couverture. Les deux Allemands les plus hot du moment nous dévoilent tous leurs secrets de style.

Diane Kruger et Karl Lagerfeld
© -

Deux mois pour monter le projet, une journée pour tout mettre en boîte ! Réunir deux célébrités de l’envergure de Diane Kruger et Karl Lagerfeld pour un shooting, c’est aussi compliqué que de trouver un sarouel qui fait de belles fesses.

14 h : Arrivée au studio de Karl Lagerfeld situé derrière sa libraire, rue de Lille dans le 7è arrondissement de Paris. En attendant Diane Kruger que je dois interviewer avant la séance photo, je me retrouve seule dans ce haut lieu saint de la mode. Joie ! Des livres du sol au plafond, des piles de magazines qui recouvrent les tables, des tirages photos dans chaque recoin, je me dis que je resterais bien dormir ici cette nuit.

14h30 : Diane débarque en robe Chanel longue et bottines cabaret. Son sac orange néon siglé des deux C entrecroisés me fait de l’œil. Toujours aussi belle, toujours aussi chouette, Diane parle de mode avec passion et humour. Preuve qu’on peut être une artiste et une fan de fringues.

15h30 : Call Time ! Le jargon modeux pour dire « heure où toute l’équipe se retrouve ». En même temps, c’est plus court. Choix des tenues, maquillage, coiffure, tout le monde s’affaire sur le look de Diane. Ce sera une robe Chanel à plumes, des cheveux légèrement ondulés et un make-up léger. Beau, chic et aérien.

16h : "Karl arrive, Karl arrive" … branle-bas de combat chez les assistants, frémissement dans le studio, plus personne ne moufte. C’est dans ces moments-là qu’on se dit que l’on a affaire à un grand.

16h02 : Première blague de Karl. C’est dans ces moments-là qu’on se dit qu’on a de la chance de faire ce job !

16h10 : Karl et Diane papotent en allemand. J’essaie de me rappeler mes cours de 5e avec le livre "Treffpunkt Deutsch". À part, "Ich habe Hunger" ("j’ai faim"), rien ne me revient.