• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Dans l'appart de Juliette Swildens

Rencontre avec Juliette Swildens Dans l Dans l Dans le salon d 17

La créatrice de la marque Swildens nous a reçues dans son loft du 7ème arrondissement de Paris. Elle nous y a fait découvrir l'histoire de ses objets fétiches et insolites dans une ambiance aussi décontract' que son style.

LIRE LA SUITE
1 /17

Rencontre avec Juliette Swildens

Rencontre avec Juliette Swildens

Juliette Swildens nous accueille à la cool aux côtés de sa chienne Hindi. Il faut dire que la styliste tient au confort et n'est pas du genre à faire des manières. C'est d'ailleurs comme ça qu'elle définit son style : "J'aime les trucs confortables et je n'aime pas les talons. Si on a des jambes fuselées, c'est tellement plus sexy d'être à plat... alors que si on a les jambes rondes, ça fait vite Lucy Ewing". Celle qui a commencé ce métier avec des aiguilles dans le corps en jouant les mannequins cabine pour sa mère et sa tante, les créatrices de Bonpoint, a décidé de créer sa propre marque quand elle a commencé à ressentir un manque dans son vestiaire et que plus rien ne lui plaisait. "J'ai commencé à m'habiller de plus en plus avec des fripes. Je me suis dit qu'il y avait un créneau, et j'ai créé Swildens." Pendant son enfance, elle a appris les formes, le tomber, les jolies matières, le mélange des couleurs mais aussi à se tenir grâce au meilleur conseil de sa mère : "Rentre ton ventre, serre tes fesses et tes épaules en arrière." Pourtant, aujourd'hui, l'ancienne petite fille Bonpoint n'est pas du genre à être tirée à quatre épingles, et que ce soit dans son style ou dans sa déco, tout est question d'inspiration, de bien-être, d'histoire et de mood. "La fille Swildens aime bien être à l'aise, être embellie par ses vêtements, sans se poser trop de questions... " Elle applique cet état d'esprit à sa déco : "Si je devais ne donner qu'un conseil, ce serait d'abord de savoir dans quel genre d'univers on se sent bien."
Bienvenue donc, dans l'univers de Juliette Swildens.

2 /17

Dans l'entrée de Juliette Swildens

Dans l

"J'adore cette photo prise par Vincent Perez. Je l'ai repéré dans le film Si j'étais toi qu'il a réalisé et que j'ai adoré avec David Duchovny en acteur principal. A un moment, il est devant une porte et parle à sa fille. Derrière, on voit une photo sur laquelle je suis restée bloquée et que j'ai immédiatement adorée... Alors je me suis débrouillée pour l'avoir."

3 /17

Dans l'entrée de Juliette Swildens

Dans l

"On a acheté cette commode à Clignancourt et on l'a repeint.  Les chapeaux qu'il y a dessus sont ceux qu'il restait en trop dans la boutique. Tout ce qu'on ne m'a pas offert, je l'ai acheté dans des brocantes, des vide-greniers, aux puces... Je me rends régulièrement aux puces, c'est hyper sympa mais faut y aller tôt. Dernièrement j'ai découvert une appli sur iPhone qui s'appelle "Bric à Broc" et qui géocalise tous les vide-greniers des alentours. Du coup, partout où je vais, je suis toujours sûre de trouver un truc."

4 /17

Dans le salon d'hiver de Juliette Swildens

Dans le salon d

"J'adore cet arbre que m'a cousine a fabriqué. C'est une vraie branche morte, avec dessus des fausses fleurs. J'en ai fait faire un pour ici et un pour mes boutiques."

5 /17

Dans le salon d'hiver de Juliette Swildens

Dans le salon d

"J'avais une collection de chiens quand j'étais petite. En voici les vestiges. Il reste notamment le sel et le poivre que j'ai trouvé à New York. Ce sont des aimants, ils sont trop mignons."

6 /17

Dans le salon d'hiver de Juliette Swildens

Dans le salon d

"C'est un moule du visage de Gérard Depardieu parce que j'ai travaillé sur Cyrano de Bergerac quand j'avais 18 ans. J'avais aussi un nez, mais il a disparu."

7 /17

Dans le salon d'hiver de Juliette Swildens

Dans le salon d

"C'est l'objet auquel je suis le plus attachée : une lampe en forme d'œuf dessinée par mon père."

8 /17

Dans le jardin d'hiver de Juliette Swildens

Dans le jardin d

"Cette lampe, c'est mon père qui l'a construite. Il a trouvé des anneaux en acétate qu'il a empilés parce qu'il y avait des trous au milieu."

9 /17

Dans le salon d'hiver de Juliette Swildens

Dans le salon d

"Les portraits de mon mari et moi-même peints par ma mère à la façon d'un peintre hollandais. On m'appelle "la Vilaine" sur ce tableau, car à l'époque les femmes se rasaient le début du cuir chevelu et ne s'épilaient pas les sourcils. Elle m'a aussi fait les yeux assez globuleux. En bref, elle a fait mon mari très beau et moi très moche !"

10 /17

Dans le salon d'été de Juliette Swildens

Dans le salon d

"Cette pièce était un ancien dépôt dans laquelle il n'y avait pas de verrière et il faisait complètement noir. C'était une sorte de cave et on a mis longtemps avant d'avoir eu le droit d'y mettre des fenêtres. Aujourd'hui, c'est la pièce la plus lumineuse de la maison, celle j'aime passer le plus de temps en été."

11 /17

Dans le salon d'été de Juliette Swildens

Dans le salon d

"Ce lapin est ma dernière acquisition, moi il me met en transe, mais il fait peur à tout le monde. C'est une création de Paul Toupet que j'ai repérée en passant devant une galerie éphémère. Cet artiste fait des objets assez effrayants mais moi, c'est tout ce que j'aime. Il créé des êtres avec des nattes qui sortent des yeux, met de vraies chaussures, genre des Star Right, sur ses sculptures... Il a un univers vraiment étrange. La Tour Eiffel, c'est un cadeau de mon mari. Je suis une grande fan de la Tour Eiffel et on a trouvé celle-là qui était un prototype pour l'Expo Universelle."

12 /17

Dans le salon d'été de Juliette Swildens

Dans le salon d

"Cette statue est une reproduction qu'on a chinée. On lui a mis une des perruques que les mannequins portaient à un défilé Vuitton. Je ne dirai pas comment je l'ai récupérée..."

13 /17

Dans la cuisine de Juliette Swildens

Dans la cuisine de Juliette Swildens

"C'est le lieu la famille se réunit. On ne se voit que quand on mange, vu que les enfants grandissent et que s'ils ne dînent pas , on ne les voit pratiquement pas. Notre cuisine vient de chez Ikea mais on l'a repeinte et poncée. On a aussi changé les poignées : c'est un détail mais ça change tout."

14 /17

Le blouson de Juliette Swildens

Le blouson de Juliette Swildens

"J'ai réalisé un partenariat avec Schott, et on a fait un bombardier que je trouve super."

15 /17

Le jean fétiche de Juliette Swildens

Le jean fétiche de Juliette Swildens

"Le jean a été une véritable révolution pour moi, car j'étais la petite fille Bonpoint habillée à smoke et que je n'ai pas eu le droit de m'acheter des jeans avant un certain âge. Il y avait un jean de la marque Liberto qui était vendu à la boutique de ma mère, mais il était brut et il ne ressemblait pas du tout à ceux de mes copines. Un jour, quand j'avais 14 ans, ma mère m'a dit : "Bon, bah, on va t'acheter un jean alors". J'étais comme une dingue, je l'ai emmené chez Creeks et j'ai acheté un 501 que j'ai encore. Il représente énormément pour moi. Globalement, j'aime bien les jeans, au grand désespoir de mes filles..."

16 /17

Les chaussures fétiches de Juliette Swildens

Les chaussures fétiches de Juliette Swildens

"Ma paire de chaussures fétiches sont des bottines Swildens que je trouve tout simplement parfaites. Je déteste les petits pieds donc j'achète des chaussres trop grandes et je mets des semelles."

17 /17

Le tatouage de Juliette Swildens

Le tatouage de Juliette Swildens

"J'ai commencé à vouloir me faire tatouer à 20 ans, mais j'aurais sans doute mis un truc qui ne me plairait plus aujourd'hui. Quand ma mère a vu ça, elle a halluciné. Mon mari, lui, a trouvé ça absolument ridicule. J'ai une de mes ados qui adore et l'autre m'a dit : "Maman, mais c'est JUSTE mais ridicule quoi...". Cette phrase, "On peut aimer la même personne toute sa vie", est écrite un peu partout chez moi, sur mes coussins, mes fringues, sauf que la phrase complète est : "On peut aimer la même personne toute sa vie, mais pas tout le temps". J'ai coupé la phrase parce que je trouvais ça pas très sympa pour mon mari."

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.