• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Dans l’appart’ d'Inès-Olympe Mercadal

Rencontre avec Inès-Olympe Mercadal Dans le salon d Dans le salon d Dans le salon d 14

La créatrice de la ligne d’escarpins vintage Atelier Mercadal Vintage nous a ouvert les portes de son appartement et de son dressing.

LIRE LA SUITE
1 /14

Rencontre avec Inès-Olympe Mercadal

Rencontre avec Inès-Olympe Mercadal

Créatrice/fashionista/chanteuse, Inès-Olympe Mercadal le dit elle-même : "Je suis l’exemple parfait de la génération slash. Tout se complète, habille mon univers". Fraîche et bronzée, toujours en train de proposer un café, un granola, la petite fille du célèbre chausseur ne tient pas en place. A peine est-elle allée chercher le gâteau d’anniversaire de ses 25 ans -une petite sauterie à laquelle 3 000 invités Facebook ont répondu présent - qu’elle doit déjà partir à sa répèt’ de musique, dans le sud de Paris. "Bon, je ne suis pas chanteuse hein, mais j’adore l’idée de chanter sur une scène pour mon anniversaire. Surtout que la chanson Je te prends, écrite par Alex Rossi est vraiment jolie, douce et sulfureuse, très new wave." Ah oui, les années 80… Inès s’est construite dedans, avec pour modèle sa maman. En même temps, lorsqu’on appartient au clan des chausseurs Mercadal, difficile d’échapper au destin familial. Pourtant, après ses études de Lettres, Inès ne se prédestinait pas vraiment à être créatrice de chaussures.  Et puis voilà, il y a 3 ans, ça a été plus fort qu’elle, le virus familial l’a rattrapée. "Lors d’un apéro, une copine me montre des escarpins Mercadal vintage achetée 20 euros aux Puces. C’est le déclic." Six collections plus tard, Atelier Vintage cartonne et la jeune femme jubile. Elle appelle ses copains graffeurs ou photographes pour customiser ses escarpins, passe du temps, beaucoup de temps dans sa nouvelle usine d’Alicante, surveille les cuirs, plaît aux Japonaises et rêve d’être distribuée chez Kiliwatch "le temple du vintage haut de gamme".  En attendant ce moment, c’est dans le 18ème arrondissement de Paris, plus exactement dans le quartier coloré de Barbès que la créatrice nous accueille, chez elle. Bienvenue chez l’exubérante Inès-Oympe Mercadal.

A lire aussi sur Glamour.fr : Inès et ses chaussures vintage

2 /14

Dans le salon d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le salon d

"En fait, je n’ai pas vraiment de salon, juste cette petite pièce à l’entrée, qui fait vestibule, et où je stocke mes livres. Et mes affiches… de vieilles pubs Mercadal pour des magazines féminins des années 80. La femme un peu pouf tu sais, déco, complètement assumée ! J’adore acheter des lots de vieux magazines aux Puces aussi, VSD, Paris Match, mines d’or de visus et de styles comme j’aime. L’affiche du tournoi de golf est une commande de mon grand-père à Aslan, THE dessinateur de pin-up du magazine Lui. Pas mal… Aslan quand même !"

3 /14

Dans le salon d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le salon d

"Une photo de moi prise par Danakil, qui a été exposée au Musée d’art contemporain de Shanghai en 2006, dans un format beaucoup plus grand. Il fallait voir la taille de mes yeux ! C'était pour une expo qui s’intitulait "Le désespoir de ceux qui ont tout", un travail sur le corps de la femme en souffrance. Moi j’étais ado à cette époque-là, dans ma période un peu trash. Lenny Kravitz en a acheté une, trop la classe ! Et un jour, je le croise aux Puces, il m’a reconnue direct ! Notre disque, c’est Gaspard Leclerc qui en a réalisé la pochette, esprit années 80 label indépendant, toujours. Le masque est d’un ami, Jonas Sunset, avec qui on a collaboré sur une collection de chaussures. On avait un atelier en commun quand je faisais de la peinture. C’est le premier d’une série de masques maliens graffés, et il me l’a offert, une belle preuve d’amitié. Le titre du livre est Des anges dans la ville, de Castelbajac. Il me l'a dédicacé, c'est une amie qui nous a présentés…"

4 /14

Dans le salon d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le salon d

"Un vieille affiche Laurent Mercadal, typiquement années 80, avec la petite robe moulante, le petit sac Chanel, les bijoux fantaisie, le petit escarpin arrière ouvert, une femme que j’aime quoi. Les lampes, façon architecte, c’est du IKEA."

5 /14

Dans la chambre d'Inès-Olympe Mercadal

Dans la chambre d

"Je trouve ça super beau, ce sont des malles avec lesquelles mes parents sont partis en voyage de noce, et puis des chaussures vintage de chez… Mercadal, encore encore, encore ! La commode style Louis-Philippe, elle me suit partout. J’y expose des photos de famille, maman, mes petits frères. Et puis Gainsbarre, Gainsbarre, mon chanteur quoi ! J’ai trouvé ce portrait aux Puces. Le miroir à droite était chez ma grand-mère. Je l’ai récupéré, et lors d’une soirée, tout le monde s’en est emparé pour le customiser au poska et au rouge à lèvres. Mettre un peu de couleur quoi."

6 /14

Dans la chambre d'Inès-Olympe Mercadal

Dans la chambre d

"Comme je n’ai pas de salon, je passe tout mon temps ici. Et puis j’adore être dans mon lit. Même quand il y a un peu de monde, on s’installe dessus, on regarde la télé, on fume des clopes. Ah… la toile de Jouy… Oui je me rends compte que j’en ai partout, du lit aux abats-jours en passant par les rideaux. J’adore chiner des tissus au marché Saint-Pierre, j’en achète tout le temps, je les stocke… et puis je ne sais plus quoi en faire. On verra plus tard, si je peux racheter mon appart et celui d’en face. Là je pourrai m’exprimer un peu plus ! Sinon en ce moment je lis Comment réussir à échouer, un traité sur la compréhension de son malheur pour être heureux. C’est super drôle !"

7 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

"Clairement la pièce où je passe le plus clair de mon temps. J’y entrepose tous mes escarpins, presque tous des Mercadal… vintage ou pas. Paillettes, python, couleurs flashy, je ne m’arrêterai jamais ! J’ai la même passion pour les baskets d’ailleurs. Les fringues, ça va du Leonard Vintage pour les robes au vison pour les manteaux… Ce qui me plaît en fait, c’est d’acheter quelque chose que je vais oublier dans mon placard et de rentrer dedans 2 ans après ! Le portrait de moi a été réalisé par Tristam. Il va d’ailleurs en dessiner un de toute la famille en mode Mercadal Airlines, avec ma mère et moi en hôtesses de l’air sexy, mon père pilote, les petits frères stewards, je suis impatiente de le voir…"

8 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

"La série de photos a 5 ou 6 ans, alors que ma mère et moi étions à l’hôtel à Bangkok. Tous les esprits vicieux me demandaient qui était la troisième personne, en train de prendre les clichés (rires). Non, c’était juste le minuteur de mon appareil. C’est exactement le genre de moment que j’adore partager avec ma maman, lorsque tu te prépares avant d’aller dîner, l’ambiance d’une chambre de filles quand tu te coiffes, que tu es pleine de crème… "Tu vas mettre quoi ce soir ? Tu peux me faire les yeux ?" Tout ça…"

9 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

Ses chaussures fétiches

"Ce sont les Wonderwoman, un modèle dessiné par ma maman. Je les porte beaucoup, en satin ou doré pour le soir. C’est la collection permanente, pas du vintage. Il y a de nouveaux coloris chaque année. C’est un peu ça mon petit rêve, qu’un modèle devienne LA référence emblématique de la marque Atelier Mercadal Vintage, et qu’il soit décliné dans différents tons chaque année et devienne un classique. Un peu comme le sac Vanessa Bruno, qui ne change jamais, sans pour autant rester le même."

10 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

Au quotidien

"Je suis toujours habillée cool pour la vie de tous les jours. Là, c’est un petit short vintage Levi’s, un 501 coupé, des escarpins Oasis, un chemisier Zara, et de la belle lingerie en dessous. Et puis bon, le chignon que je porte depuis que j’ai 15 ans. Au lycée quand tu portes une telle coiffure, t’as intérêt à assumer ! Maintenant, je ne me vois plus sans. "

11 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

"Des bijoux de mon amie Sylvie Toledano. Que des pierres, de l’agathe et de la malachyte. J’adore ses créations."

12 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

Dernier achat

"Une veste vintage Claude Montana que j’ai achetée dans une brocante il y a 2 semaine. J’ai très bien négocié : le mec en voulait 150 euros, je lui en ai donné 80. C’est bon je suis une bonne commerçante, je peux continuer à faire ce que je fais, hein ! Elle est canon, toute pailletée, épaulée, col rond… l’univers que j’aime."

13 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

Tenue de scène

"Alors là, c’est une combinaison Alexandre Vauthier, la ceinture aussi. Les chaussures, des Wonderwoman, et le collier vient de chez Topshop. Ma maman me l’a rapporté de Londres la semaine dernière : retour aux années Mugler !"

14 /14

Dans le dressing d'Inès-Olympe Mercadal

Dans le dressing d

Tenue de soirée

"Fantastique robe à franges Jimmy Choo pour H&M achetée à Hong Kong il y a quelques années. Chaussures, devinez… des Wonderwoman, et une pochette Inès de chez Atelier Mercadal. Les lunettes ? Emmanuelle Khane, voyons ! Et un petit foulard Hermès. Le bracelet est sur mesure, par mon pote Jacques Ferran. En fait, je n'ai pas beaucoup de pièces chères, je suis plutôt une grosse consommatrice de fringues, Zara, Mango, H&M et Topshop. Par contre, j’ai BEAUCOUP d’accessoires, qui permettent de parfaire l’allure et d’avoir toujours le petit truc en plus."

 

 

 

A voir aussi sur Glamour.fr :
Dans la maison de Gabriella Cortese, créatrice d’Antik Batik
Dans l’appart de Nadège Winter
Dans l’appart de Fafi, dessinatrice
Dans l’appart de Juliette Swildens
Dans l’appart d’Amélie Pichard

Jérôme Becquet
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.