70
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Love trip : 5 idées de week-ends avec mon mec

Les Cinque Terre, pour vivre la Dolce Vita Barcelone, pour faire le plein de soleil La Normandie, pour un weekend cocoon Saint-Pétersbourg, pour se prendre pour des Tsars 5

Envie d'un break en amoureux ? On vous propose 5 idées de voyages originaux et dépaysants à offrir ou à se faire offrir.

LIRE LA SUITE
1 /5

Les Cinque Terre, pour vivre la Dolce Vita

Les Cinque Terre, pour vivre la Dolce Vita

C'est où ? Nichés au cœur des falaises, surplombant la mer, les Cinque Terre apparaissent comme l'ultime fort retranché de la civilisation. Petites maisons colorées placées les unes sur les autres, rues pavées étroites, bateaux de pêche et vignobles en terrasse se détachant au loin, on est là dans l'Italie des cartes postales. Situés entre Pise et Gênes, classés au patrimoine mondial de l'Unesco, les Cinque Terre se composent de cinq villages médiévaux coupés du monde construits directement dans la montagne escarpée, qui dégringolent dans la mer Ligure. Ici, pas de voiture. Pour rejoindre l'un des villages, on abandonne donc sa voiture en dehors du centre, et on continue à pied.

On y fait quoi ? Manarola, Riomaggiore, Vernazza, Corniglia ou Monterosso, on passe d'un village à l'autre à pied, en empruntant la magnifique et assez physique Via del Amor et sa vue à couper le souffle, ou on prend le train qui s'arrête dans chacune des terres. Une fois dans un village, on flâne dans les petites rues, on paresse au bord de la mer... Bref, on n'a rien à faire à part contempler la beauté alentour. Plongés dans un décor de film des années 50, on savoure la Dolce Vita et le farniente avec son amoureux.

Niveau gastronomique, peu oseraient rivaliser avec l'Italie : Linguine nere alle vongole à la Trattoria dal Billy à Manarola, poisson et fruits de mer grillés au Campu Magru in Casa di Marin à Riomaggiore ou encore verre de vin local sur la terrasse de l'Enoteca da Eliseo à Monterosso... Et si l'on veut emporter un peu de Cinque Terre chez soi, on ramène un bonne bouteille de blanc sec des vignobles voisins, des trofie ligure et du pesto (Gênes n'est pas loin) ou des anchois à tomber.

On loge où ? Pour profiter au mieux des Cinque Terre, on choisit de dormir dans l'un des villages. Situé au bord de la mer, Manarola est le plus photogénique d'entre eux, mais pas le plus grand. Les hôtels sont rares et vite pleins, raison de plus de réserver rapidement, surtout à l'hôtel Arpaiu, petit établissement de charme peu cher. Avec ses jolies chambres ou ses studios assez modernes mais surtout grâce à sa terrasse littéralement sur la mer, c'est un point de chute idéale. On n'oublie pas d'acheter du vin et quelques antipasti pour un apéro improvisé sur les chaises longues devant le coucher du soleil.

Combien ça coûte ? Le prix des chambres démarre à 85 € par nuit. Côté transport, on s'envole pour Pise avec Ryanair (billets dès 50€ allers-retours depuis Paris) et on prend le train jusqu'à Manarola (compter une vingtaine d'euros l'allers et retours). Sans compter le billet deux jours de train touristique (10 €) les repas bon marchés et copieux, le total s'élève à 310 € pour deux jours en amoureux, soit 155 € par personne. Raison de plus de se lâcher sur les gelati...

2 /5

Barcelone, pour faire le plein de soleil

Barcelone, pour faire le plein de soleil

C'est où ?
Fiesta, tapas, et playa, on connait surtout la capitale de la Catalogne pour être la destination favorite des groupes d'amis. Mais Barcelone peut aussi être une destination de couple. Loin des boîtes de nuits à la clientèle internationale, on sort du trip "Auberge Espagnole"-Erasmus pour apprécier la ville de Gaudi en duo.

On y fait quoi ?
On commence par déambuler dans les ruelles du Gotico, le quartier historique de la ville. Touristique mais encore populaire, la vieille-ville de Barcelone conserve un charme authentique. De petites boutiques au restos cachés au fond des cours, on découvre les places en mosaïques peuplées de palmiers et les façades coloniales, comme la Plaça Reial. Là, on trouvera le Pipa Club, un bar clandestin dans un vieil appartement. Lumière sombre et clientèle d'habituée, on en oublierait presque qu'on est dans le centre du Barcelone touristique. On fuit aussi rapidement les Ramblas, cette grande avenue semi-piétonne qui attire autant les badauds que les pickpockets, pour passer au Vieux Marché de La Boqueria. Au milieu des poissons frais, jambons serrano, turron et vins espagnols, on peut même s'attabler.

Mais Barcelone est aussi la ville de Gaudi, cet architecte fou qui a laissé sa patte dans toute la ville. Impossible d'échapper à la célèbre Sagrada Familia, cette cathédrale inachevée qui ressemble à un château de sable moderniste. Une fois les visites essentielles terminées (Passeig de Gracia ou llla de la Discordia, avec l'inratable toit surréaliste de la Casa Milà ou le musée du Barça si votre mec est fan de foot), on s'égare dans le parc Güell. La vue sur Barcelone y est imprenable et c'est là que se trouve le fameux banc qui joue les figurants dans tant de films.

De retour dans le centre de la ville, on court boire un verre à la Champaneria, dans le quartier du Born. Ici, on paye sa coupe de cava (le champagne ibérique, plus doux) à peine 2 €, qu'on accompagne de tapas préparés minutes. Chorizo grillé, morcilla, calamars, ou monchego, on s'accoude au comptoir dans l'effervescence barcelonaise. Si l'endroit est généralement plein à n'importe quelle heure, on y trouve toujours le moyen de s'y frayer un passage. Envie de plus de raffinement ? On réserve (plusieurs mois à l'avance, à moins de d'espérer une annulation de dernière minute) chez Tickets, le elBulli accessible, où toute la gastronomie traditionnelle espagnole est revisitée à la sauce moléculaire. Et pour clore ce week-end, on grimpe au sommet de Montjuic pour admirer un coucher de soleil sur la mer depuis la forteresse médiévale.

On loge où ? Dans un appartement de vacances dans le quartier du Raval, en voie de branchitude. Très centraux et pas chers, leurs murs pop accueillent confortablement un couple (attention à l'avalanche de couleurs). Les prix démarrent à 30 € la nuit, mais sont bien plus élevés en période de vacances...

Combien ça coûte ? Les compagnies low-cost sont nombreuses à rejoindre Barcelone. Depuis Paris, Ryanair propose des tarifs autour de 70 € aller-retour en cette période. Avec la location de l'appartement, Barcelone s'offre à nous pour un total de 200 € pour deux personnes, soit 100 € par personne.

3 /5

La Normandie, pour un weekend cocoon

La Normandie, pour un weekend cocoon

C'est où ? Au cœur de la Basse-Normandie, dans le région verdoyante du Perche, on fait un break à La Maison d'Hector (du nom du Jack Russel mascotte) dans une ancienne faïencerie du 18ème siècle revisitée dans un esprit contemporain. Avec son jardin apaisant, ses parties communes douillettes et ses trois chambres à la déco chinée et chic, on se coupe intégralement de la ville le temps d'un week-end.

On y fait quoi ? Rien ! Et c'est ça l'idée. On débranche son portable et on jette la télécommande de la télé par la fenêtre pour profiter d'être juste à deux. Si la perspective de passer quelques jours à se reposer avec son amoureux sans activité nous fait peur, on s'autorise des excursions. Balade dans superbe forêt de Réno Valdieu à 100 mètres à peine, fouilles dans les brocantes alentours, petits restos ou même massages dans le Spa du château de Villeray à quelques kilomètres, il y a de quoi se détendre. En bonus, la table d'hôtes le soir, éclairée à la lueur des bougies. Et si on a envie d'un grand bol d'air iodé, on roule une petite heure jusqu'aux côtes normandes. L'avantage de loger en maison d'hôtes, c'est que nos hôtes justement, Pierre-Yves et Alain, prennent leur rôle très au sérieux et s'improvisent guides pour nous conseiller les meilleures adresses.

On dort où ? A La Maison d'Hector donc, et plus particulièrement dans la chambre "Belles de Nuit" avec ses multiples appliques-chandeliers accrochées au mur. Après une grasse matinée dans le lit moelleux, on se dirige vers la salle à manger ou le jardin si le temps le permet pour un petit déjeuner copieux.

Combien ça coûte ? A 93 € la nuit dans la chambre "Belles de Nuit" (petit déjeuner compris), plus le trajet en voiture (environ 50 € aller-retour depuis Paris), le week-end cocoon revient à 143 € environ, soit 71,50 € par personne, plus les éventuels déjeuners et dîners.

4 /5

Saint-Pétersbourg, pour se prendre pour des Tsars

Saint-Pétersbourg, pour se prendre pour des Tsars

C'est où ?
Quoi de plus romantique que la Venise du Nord ? A quelques heures de Paris en avion, Saint-Pétersbourg charme pour son romantisme d'une autre ère. Si le froid sibérien peut effrayer, c'est aussi lorsqu'elle est figée dans la glace que la ville du très grand Nord se révèle. Alors on sort sa chapka et on fonce en Russie !

On y fait quoi ?
Fondée sur des petites îles, Saint-Pétersbourg se découvre au bord de l'eau. Après une balade le long des canaux jusqu'au pont des Baisers où on accrochera un cadenas pour sceller notre amour (c'est plus exotique qu'à Paris), on se réfugie au Palais d'Hiver qui abrite le célèbre Musée de l'Ermitage, au bord de la Neva. Aussi célèbre que le Louvre, le lieu met à l'honneur la peinture européenne classique. Pour se la jouer poupée russe, on flâne sur l'immense Perspective Nevsky, l'avenue principale de la ville, en faisant quelques détours par la galerie marchande Le Passage et par l'Amirauté qui domine l'avenue.

Si le froid est trop perçant, direction les nombreuses églises russes, comme la Cathédrale baroque Saint-Isaac inspirée de la Cathédrale Saint-Paul de Londres, ou l'impressionnante Cathédrale Saint-Sauveur-sur-le-Sang-Versé et sa façade féérique. Mais si Saint-Pétersbourg est connue pour son inspiration européenne et pour avoir été la ville des Tsars, le passé soviétique du pays a laissé des traces dans la ville. Pour preuve, la gare de Finlande, où est arrivé Lénine depuis l'Allemagne pour mener la Révolution d'Octobre, ou même le métro, surprenant pour sa profondeur. Et pour renouer avec le glamour d'Anastasia, on réserve des billets pour un ballet russe au théâtre Mariinski. Si votre amoureux n'est pas sensible à la tragique histoire d'amour d'Odette et de Siegfried ni à la musique de Tchaïkovski, l'argument "jolies russes en tutu" devrait suffire à le convaincre... Et entre deux visites, on se réchauffe avec un bon borchtch, quelques vareniki (des gros raviolis farci à la viande, à la pomme de terre, au chou ou aux champignons), bref, avec des plats qui tiennent au corps. Envie de luxe ? On fond pour quelques grammes de caviar sur des blinis avec de la smetana (crème fraîche), avec de la vodka. Da !

On dort où ? Saint-Pétersbourg se découvre à pied, donc mieux vaut loger au centre. Lits immenses, lustres modernes et luxe à la russe, le tout à un prix plus qu'abordable, on aurait presque envie de ne pas quitter le Ligovsky Crowne Plaza. Si l'hiver russe nous fait vraiment peur, mieux vaut découvrir Saint-Pétersbourg en juin, lors des Nuits Blanches, lorsque que le soleil ne se couche presque pas.

Combien ça coûte ? Avec la nuit dès 80 € et des vols autour des 200 €, on passe un week-end slave pour 560 € pour deux personnes, soit 280 € par personne, sans compter les éventuelles visites et les restos.
 

5 /5

Sur la route des châteaux écossais, pour se faire peur

Sur la route des châteaux écossais, pour se faire peur

C'est où ? Au pays du whisky, du saumon et des kilts, on tente l'expérience châteaux hantés au lieu de se cantonner à la simple visite d'Edimbourg. Car nichés au bord des falaises ou au creux des collines vertes, les anciennes demeures des rois continuent de fasciner les touristes... et les Ecossais.

On fait quoi ? Pour gagner du temps, on atterrit directement à Aberdeen. Après une rapide visite, on s'essaye à la conduite à gauche pour rejoindre la petite ville de Stonehaven et son célèbre château Dunnottar, un peu plus au Sud. Au bord de la mer, se dressant sur des falaises escarpées, ce premier château nous met tout de suite dans l'ambiance. Dans le coin, on en profite pour visiter le château de Drum et celui de Crathes qui serait hanté par une certaine Green Lady. Cette dernière, mère fusionnelle et étouffante, aurait empoisonné la fiancée de son fils qui continuerait à hanter les lieux. Pensez-y la prochaine fois que votre belle-mère vous gonflera !

Après une nuit passée dans un Bed & Breakfast de la région, direction les Monts Grampians. Promenade dans le parc naturel et visites des châteaux de Balmoral, Braemar ou Kildrummy, les activités ne manquent pas. Les châteaux sont nombreux et tous différents : en ruines, médiévaux, avec des tours fortifiées, habités ou hantés... Si on a plus de temps, on en profite pour faire un détour vers l'un des nombreux lochs environnants pour chercher une cousine à Nessy, et l'on se dirige ensuite vers Elgin au Nord-Ouest du conté d'Aberdeen. On y verra encore des châteaux, certes, mais ce sera aussi l'occasion de s'offrir une dégustation de whisky  à la distillerie Glennfiddish sur le chemin. On dispose de presqu'une semaine de vacances ? On atterrit alors à Edimbourg ou Glasgow, les deux plus grandes villes d'Ecosse ultra rivales, et on coupe la route par un après-midi à St. Andrews, une petite ville côtière ultra-romantique.

On dort où ? Les Bed & Breakfast sont nombreux dans la région et souvent bien mieux placés et plus jolis qu'un hôtel fade. On passe une première nuit vers Stonehaven, à l'Upper Crawton B&B, et la seconde proche des Monts Grampian dans un nouveau B&B. Déco typique ultra scottish mais modernisée, papiers-peints fleuris et moquette épaisse, à nous les soirées au coin du feu enveloppés dans un grand plaid. Le matin, notre hôte nous accueillera sans doute avec une tasse de thé et une assiette typiquement écossaise : des oeufs, du black pudding (boudin noir), du porridge salé et une tranche de Lorne sausage (sorte de pain de viande). Envie d'encore plus d'excentricité pour le dîner ? On tente le haggis, le plat typique d'Ecosse, soit de la panse de brebis farcie d'abats de mouton (miam). Les traditionnels préféreront sans doute un rôti de bœuf Angus-Aberdeen, du saumon ou des shortbreads, similaires à nos sablés bretons.

Combien ça coûte ? Si on choisit de gagner du temps en atterrissant à Aberdeen, on trouve des vols pas trop cher (dès 160 € aller-retour) avec Lufthansa (et escale). Avec deux nuits en B&B autour de 160 € et la location d'une voiture à environ 30 € par jour, pour un week-end de trois jours et deux nuits, le total s'élève à 410 € environ, soit 205 € par personne sans les visites.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.