Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Les hot spots de Toronto en hiver

Pour bruncher : le Beaver Pour manger dans la rue : Pour boire un chocolat maison : Soma Pour se refaire une garde-robe vintage : les boutiques vintage 10

Avec ses faux airs new-yorkais, ses magasins vintage et ses bonnes tables, la deuxième ville du Canada s’expose sans complexe, même en hiver ! Alors on sort les moufles, on se jette à l’assaut des patios de Queen Street West et on respire beaucoup d’air frais sur le lac Ontario… avant qu’il ne gèle.

LIRE LA SUITE
1 /10

Pour bruncher : le Beaver

Pour bruncher : le Beaver

Le Beaver : non, le film de Jodie Foster avec Mel GibsonLe Complexe du Castor, en français – n’a rien à voir avec le nom de l’endroit. Toujours est-il que c’est l’institution de Parkdale depuis bientôt dix ans. Sur Queen Street West, résolument le coin le plus cool de la ville, on y prend son petit dej' jusqu’à 16h, tous les jours ! Les brunchs ont des saveurs inattendues, à base de quesadilla à la pomme et au poulet fumé, ou de burger à l’agneau et au fromage de chèvre, et c’est pour ça qu’on y retourne. Salades, desserts gluten-free, ou un simple cappuccino pour regarder la neige tomber par la baie vitrée, on ne se lasse pas des endroits beaux et bons.

Le Beaver, 1192 Queen Street West,Tél. : 416 537 2768, www.thebeavertoronto.com. Plats entre 4 et 10 .

2 /10

Pour manger dans la rue : Gourmet Bitches et les autres food-trucks

Pour manger dans la rue :

Qu’importe la saison, Toronto, c’est l’Amérique. Bravant la poudreuse et le froid, la ville n’a pas envie de s’enterrer à l’heure du déjeuner. La solution ? Les food-trucks, déclinés à toutes les sauces. Selon la rue, on déguste des risotto balls bien croustillantes et crémeuses chez Dobro Jesti, des tacos au poulet mariné et guacamole maison chez Gourmet Gringos, ou encore des cupcakes fondants chez Pretty Sweet Cupcakes… La dernière sensation sur quatre roues s’appelle Gourmet Bitches, et transcende presque le genre avec ses recettes healthy dignes d’un vrai bistrot Fooding : ceviche, igname au sel de l’Himalaya et aux herbes, poulet à la balinaise… Yummy.

Pistez votre recette préférée sur le site www.torontofoodtrucks.ca.

3 /10

Pour boire un chocolat maison : Soma

Pour boire un chocolat maison : Soma

Poussez les grilles du Distillery District, et pénétrez dans monde… parfait ! Imaginez les briques rouges d’une ancienne distillerie, abritant maintenant la quintessence des galeries d’art contemporain, des petits créateurs, et des terrasses chauffées toutes plus mignonnes les unes que les autres. D’une échoppe à l’autre, c’est le ravissement des sens. Mais hiver oblige, après un peu de shopping, rien de tel qu’un bon chocolat chaud maison, non ? Chez Soma, on se retrouve projeté dans une petite usine de douceurs. Entre les pralines au caramel à la fleur de sel, les truffes au vinaigre balsamique, on oublie le froid grâce aux élixirs 100% réconfort. Un Mayan Hot Chocolate à base de gingembre et de vanille de Madagascar, ou un Dark Side of The Mug 200% pur cacao, on ne vous promet rien d’autre que des goûters prolongés à volonté.

www.somachocolate.com
Nouveau ! Soma vient d’inaugurer une nouvelle adresse au 443 King Street West.

4 /10

Pour se refaire une garde-robe vintage : I Miss You, Courage My Love et les autres...

Pour se refaire une garde-robe vintage : les boutiques vintage

Des robes Yves Saint Laurent et Dior rangées par couleur chez I Miss You, des fripes ethniques pas chères chez Courage My Love, des boots et santiags par dizaine chez House of Vintage, il est enfin temps de se lâcher ! À Toronto, le vintage a été érigé en véritable style de vie. Chiner ses vêtements, jongler avec les looks sans se ruiner, le phénomène semble être né ici ! Et les boutiques disséminées dans chaque quartier constituent un itinéraire tout trouvé pour visiter la ville. De Parkdale à Ossington Avenue en passant par les joyeuses échoppes de Kensington Market, on peut passer des jours et des jours à arpenter les rues à la recherche d’un petit blazer Thierry Mugler ou d’une robe Peggy Olsonesque fin des 50's… même sous la neige.

Nos boutiques préférées :
House of Vintage : 1239 Queen Street West
I Miss You Vintage : 63 Ossington Avenue
Courage My Love : 14 Kensington Avenue
Cat’s Meow : 180 Avenue Road
Cabaret : 672 Queen Street West

5 /10

Pour prendre l’air : le ferry du lac Ontario et la Canadian National Tower

Pour prendre l’air : le ferry du lac Ontario et la Canadian National Tower

Le Canada, c’est la santé, on le sait tous. Alors le week-end, on suit le flot intarissable de locaux sans se poser de question, direction les îles du lac Ontario. En seulement dix minutes depuis le centre-ville, on se retrouve sur le Queen Quay West pour prendre le ferry, et on se laisse faire. En observant la skyline une fois sur le lac, on comprend pourquoi Toronto est souvent évoquée comme une ville aux milles influences. Shanghai, New York, Singapour... Les tours donnent au paysage un air aussi cosmopolite que ses habitants. Une fois sur l’île, on pique-nique sur la plage (évitez la partie nudiste, surtout l’hiver), on fait de la Rosalie comme en Bretagne, du vélo, et on repart avec une mine superbe se calfeutrer dans les bars downtown.

Pour prendre de la hauteur
C’est peut-être l’attraction à touristes par excellence, mais une fois arrivé au sommet de la Canadian National Tower, tout le monde s’incline. Car avant que le Burj Khalifa de Dubai ne la détrônne, la CN Tower était la tour autoportante la plus haute du monde. Depuis le belvédère, situé à 346 m au-dessus du sol, c’est tout Toronto que l’on voit se déployer, et l’on comprend que la deuxième ville du Canada est en pleine expansion. Toutefois, on déconseille l’étage d’en dessous et son plancher de verre à ceux qui ont le vertige…

CN Tower, 18 pour pour accéder au belvédère et au plancher de verre. www.cntower.ca.

6 /10

Pour se cultiver au chaud : l'AGO et le ROM

Pour se cultiver au chaud : l

Avouez que par grand froid, après avoir glissé dix fois sur le trottoir verglacé, l’option musée s’impose presque comme un bon feu de cheminée. D’ailleurs, vous saviez, vous, que l’architecte Frank Ghery était d’ici ? Plus connu pour avoir réalisé le spectaculaire Guggenheim de Bilbao, son Art Gallery of OntarioAGO – tout en verre et bois incurvé est une étape indispensable de votre voyage. Et si on vous parle du ROM de Toronto, ce n’est pas une prise de position, mais une manière de vous inviter à visiter le Royal Ontario Museum. Bâtisse de style néo-roman italien, on la repère à son extension toute neuve, en forme de diamant.

www.ago.net et www.rom.on.ca.

7 /10

Pour prendre l’apéro : Bellwoods Brewery et Black Hoof

Pour prendre l’apéro : Bellwoods Brewery et Black Hoof

Une petite terrasse privée, c’est le must de la ville pour boire un verre ou grignoter des petites tapas sur le pouce. Premiers à débusquer les patios les plus cool de Toronto, les bobos de Queen Street West ont jeté leur dévolu sur Bellwoods Brewery et Black Hoof. Le premier, avec ses tables de pique-nique en bois et son barbecue allumé 24/24, sert de terrasse à une brasserie aux airs de resto organique. Un spot très prisé à n’importe quelle heure de la journée, surtout par les chemises à carreaux du quartier. Le second, beaucoup plus intime et planqué, est l’adresse parfaite pour un verre en tête à tête. Derrière une devanture assez banale, on craque littéralement pour l’élégant petit cube de bois qui sert de terrasse secrète à ce temple de l’apéro. Avec ses lucarnes ouvertes sur la forêt et ses banquettes en chêne, on se prendrait presque pour une Laura Ingalls 2.0.

Bellwoods Brewery, 124 Ossington Avenue. www.bellwoodsbrewery.com
Black Hoof, 928 Dundas Street West. www. theblackhoof.com

8 /10

Pour se régaler : chez Terroni et chez Foxley Bistro

Pour se régaler : chez Terroni et chez Foxley Bistro

On a beau être serrés comme des sardines chez Terroni, au bar comme en salle, il faut avouer qu’une fois le trio de raviolis maison à la sauge servi accompagné d’un bon verre de vin des Pouilles, on ne pense plus à rien d’autre. On joue des coudes comme à Naples, mais on finit toujours par trinquer avec les voisins. Changement d’ambiance chez Foxley Bistro, l’un des restos asiatiques les plus frais de la ville : une table ouverte par Tom Thai, qui se fera une joie de vous préparer un bon poisson de rivière à l’huile de truffe blanche. Entre autres…

Terroni, 720 Queen Street West, plats entre 7 et 18 .
Foxley Bistro, 207 Ossington Avenue, plats entre 4 et 17 .

9 /10

Pour faire la tournée des bars : le Sweaty Betty's et le Communist's Daughter

Pour faire la tournée des bars : le Sweaty Betty

La rumeur court que Feist et Ellen Page auraient leurs quartiers au Sweaty Betty’s. Par contre, on tient de source sûre qu’en 2009, Drew Barrymore avait séché la première de son propre film Whip It pour passer derrière le comptoir et y servir des shots toute la soirée à une foule hallucinée. Bref, ce bar est un must pour toute personne considérant que la journée ne commence réellement qu’à 18h… Pour y entrer, on se faufile entre les fixies entassés le long d’Ossington Ave, puis on essaie d’accéder au bar, et à la fin, on devient pote avec tout le monde. Moins survolté, le Communist’s Daughter n’en reste pas moins un spot où toute la ville s’arrête. Avec son décor vieillot-arty-bohème, son juke-box plein de bon rock et ses concerts le week-end, le bar ne désemplit jamais.

Sweaty Betty’s, 13 Ossington Avenue.
Communist’s Daughter, 1149 Dundas Street West.

10 /10

Pour dormir (peu mais bien) : le Drake et le Gladstone Hotel

Pour dormir (peu mais bien) : le Drake et le Gladstone Hotel

Le Drake et le Gladstone Hotel, aux façades d’anciens cinés et aux intérieurs légèrement déjantés, sont les bastions de la scène alternative qui n’aime pas dormir. Pourtant, quand on regarde les chambres, avec leurs vieilles briques, leurs papiers peints Brit’, leurs photos signées et leurs vieilles valises… on souhaiterait juste ramener toute la déco chez nous. Mais voilà, les nuits sont courtes, avec une mention spéciale pour les fêtes du Drake. Car entre les dj set sur le roof top, ou les concerts au Lounge on se croirait dans Fame en version rock… et avec quelques degrés de moins. Et pour faire ses emplettes sans se geler le nez, Le Drake General Store est à 200 mètres. Le Gladstone, plus arty – histoire de changer de communauté sans trop forcer non plus – sera parfait pour bruncher.

Drake Hotel, www.thedrakehotel.ca.
Le Crash Pad, littéralement pour s’écrouler après une soirée, est à 145 .
Gladstone Hotel : www.gladstonehotel.com.
La déco de chaque chambre a été pensé par un artiste différent. Chambre double dès 140 .

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.