• glamour-snippet-ysl-blackopium
  • Fashion Week Glamour

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir
joursheuresminutessecondesdécouvrir

Les 10 expos à voir d’urgence

Une expo décoiffante : Cheveux chéris au Musée du Quai Branly Une expo choc : Adel Abdessemed au Centre Pompidou Une expo de stars : la Belle et la Bête à L Une expo ciné : Les Enfants du Paradis à la Cinémathèque 10

De Paris à Bordeaux en passant par Lyon, Glamour a sélectionné pour vous les 10 expos à ne pas louper d’ici la fin de l’année.

LIRE LA SUITE
1 /10

Une expo décoiffante : Cheveux chéris au Musée du Quai Branly

Une expo décoiffante : Cheveux chéris au Musée du Quai Branly

Objets de coquetterie ou de fétichisme, de séduction ou de revendication, d'appartenance ou d'indiscipline... Le musée parisien des quais de Seine passe au peigne fin nos "Cheveux chéris" dans une exposition frivole mais pas seulement. Au croisement de l’anthropologie, de l’histoire de l’art ancien et contemporain, des coiffures traditionnelles de la Papouasie Nouvelle-Guinée aux tresses des citadines africaines, on observe avec ravissement le poil noble dans tous ses états.

Cheveux chéris au Musée du quai Branly du mardi 18 septembre 2012 au dimanche 14 juillet 2013
Musée du quai Branly 37, quai Branly, 75007 Paris - 01 56 61 70 00

2 /10

Une expo choc : Adel Abdessemed au Centre Pompidou

Une expo choc : Adel Abdessemed au Centre Pompidou

"Presser comme on écrase un citron, presser le sens". Avec "Je suis Innocent", Pompidou présente la première grande rétrospective de l'artiste français originaire de Constantine Adel Abdessemed qui, depuis sa première expo personnelle en 2000, donne le ton avec ses œuvres uppercut parfois monumentales. Dénonçant notre lot de violence quotidienne omniprésente avec des installations de clous pointus géants ou des Christ crucifiés en barbelés -peu importent les supports (vidéos, sculptures, installations...)- l'idée reste la même : présenter des créations sans concession qui nous fouettent le regard. D'ailleurs, sur le parvis du Centre Pompidou trône déjà la statue géante en bronze de plus de cinq mètres de hauteur qui a fait râler le milieu du football français, : Coup de tête, c’est ce fameux geste de Zinedine Zidane figé en plein élan dans son attaque physique envers Marco Materazzi…  soit la déchéance d'une icône du football immortalisée par l’art. En bref, Adel Abdessemed questionne notre approche indolente, joue avec nos nerfs, et on en redemande.

"Je suis innocent", Adel Abdessemed du 3 octobre 2012 au 7 janvier 2013 / Galerie SUD, NIVEAU 1
Centre Pompidou, Place Georges Pompidou 75004 Paris - 01 44 78 12 33

 

3 /10

Une expo de stars : la Belle et la Bête à L'institut culturel Bernard Magrez

Une expo de stars : la Belle et la Bête à L

Se référant à l'histoire du conte, mais surtout au film éponyme de Jean Cocteau de 1946, l'exposition La Belle et la Bête, "Regards croisés sur la Beauté" confronte des regards d’hommes et de femmes sur ce thème toujours à redéfinir, aux frontières floues et contradictoires. Avec la participation des vedettes internationales de l'art contemporain, de Xavier Veihlan à Adel Abdessemed en passant par René Magritte, Yves Klein, Martial Raysse ou encore Germaine Richier, ce sont plus de trente œuvres réunies pour questionner l'esthétique de la Beauté, notion toute en dualité.

La Belle et la Bête, Regards croisés sur la Beauté à l'Institut Culturel Bernard Magrez du 13 octobre 2012 au 27 janvier 2013.
Institut Culturel Bernard Magrez, Château Labottière, 5, rue Labottière, 33000 Bordeaux - 05 56 81 72 77.

4 /10

Une expo ciné : Les Enfants du Paradis à la Cinémathèque

Une expo ciné : Les Enfants du Paradis à la Cinémathèque

La nouvelle expo de la Cinémathèque, après Kubrick et Tim Burton, se concentre cette fois sur un seul sujet, cependant ultra riche : le film de Marcel Carné, Les Enfants de Paradis. Considéré comme l'un des plus grands chefs-d'œuvre du XXème siècle (avis à celles qui ne l'ont toujours pas vu, la Cinémathèqe propose en parallèle une rétrospective Marcel Carné), l'expo présente de belles archives sur ce film fleuve qui a réuni les grands talents de l'époque. Arletty, Pierre Brasseur, Jean-Louis Barrault trouvent leur plus grand rôle dans le scénario romantique de Prévert, qui transforme chaque banalité en phrase culte ("Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment, comme nous, d'un aussi grand amour") et on retrouve avec plaisir les archives du film, comme les dessins des costumes du peintre Mayo, et les partitions de musique de Joseph Kosma. Tous les originaux sont là, retraçant avec fierté et nostalgie l'histoire de ce film tourné pendant la Seconde Guerre Mondiale qui a pu sortir en salles, comme Marcel Carné le désirait, à la Libération, comme un grand souffle de poésie et de créativité pour les Français. "Les seuls films contre la guerre, ce sont les films d’amour", disait Jacques Prévert : on est bien d'accord.



Les Enfants du Paradis, L’Exposition à la Cinémathèque du 24 octobre 2012 au 27 janvier 2013.
La Cinémathèque, 51 Rue de Bercy, 75012 Paris - 01 71 19 33 33.

5 /10

Une expo exotique : Van Gogh, rêves de Japon

Une expo exotique : Van Gogh, rêves de Japon

Quel est le point commun entre Van Gogh et le Japon ? C'est le thème audacieux et osé de l'exposition présenté à la Pinacothèque, Van Gogh, rêves de Japon. Pour la première fois depuis des décennies, une exposition uniquement consacrée à l'artiste Hollandais met en parallèle ses toiles colorées d'âme torturée à celles, pleines de maîtrise et de sérénité du Maître d'Edo, l'artiste Hiroshige. Si l'on pensait que seulement quelques toiles de Van Gogh s'inspiraient des estampes et gravures japonaises, l'expo Van Gogh rêve de Japon insiste, approfondit et prouve la relation évidente du peintre aux artistes asiatiques, qu'il avait découvert dans les placards de la boutique de Siegfried Bing, rue de Provence. A voir !

Van Gogh, rêves de Japon à la Pinacothèque 2 - 3 octobre 2012 au 17 mars 2013
La Pinacothèque 2 - 8, rue Vignon 75009 Paris - 01 42 68 02 01.

6 /10

Une expo nostalgique : Bohèmes au Grand Palais

Une expo nostalgique : Bohèmes au Grand Palais

"L'amour est enfant de Bohème, il n'a jamais jamais connu de lois..." chantait Carmen dans l'Opéra de Bizet. Le Grand Palais inaugure une exposition croisée, Bohèmes, sur ce thème intriguant et mythique, la Bohème. Nostalgie chantée par Aznavour, la Bohème c'est ce temps du XIXème siècle où, entre le Romantisme et le Réalisme, l'artiste quitte progressivement son statut d'artisan protégé par son mécène et encaisse son rôle de créateur pauvre et maudit qui erre au gré de sa création. Ce monde tant imaginé et marginal, du Quartier Latin à Montmartre, a gagné l'inconscient collectif. Et pour l'exposition, la Bohème se conjugue alors au pluriel, car les artistes se laisseront fasciner par les Bohémiens, autrement aussi appelés Egyptiens, gitans, manouches, cagots, bref autant de termes pour un peuple qu'ils fantasment libre et sans attache, comme eux. Le Grand Palais revient donc vers ces mondes croisés de Bohèmes avec des œuvres de Van Gogh, Van Dongen, Renoir… Un regard sur cinq siècle où, de Léonard à Picasso, s'illustre avec sensualité ces fantasmes de liberté.

Bohèmes au Grand Palais, du 26 septembre 2012 au 14 janvier 2013.
Le Grand Palais, entrée Clémenceau, place Clemenceau, Paris 75008 - 01 44 13 17 17.

7 /10

Une expo surréaliste : Dalí au Centre Pompidou

Une expo surréaliste : Dalí au Centre Pompidou

"A six ans je voulais être cuisinière. A sept ans Napoléon. Depuis, mon ambition n'a cessé de croître comme ma folie des grandeurs." Salvador Dalí, figure incontournable du Surréalisme, se décline dans la grande rétrospective que lui consacre le Centre Pompidou. Avec plus de 200 œuvres, on découvre un portrait multifacettes de l'artiste de génie Espagnol, qui s'exprime en peinture, au cinéma, en sciences, dans la publicité... Et surtout, on peut enfin admirer de vive vue son célébrissime tableau conservé au MoMA de New York, Les Montres molles.

Salvador Dalí au Centre Pompidou de Paris du 21 novembre 2012 au 25 mars 2013.
Centre Pompidou Place Georges Pompidou  75004 Paris - 01 44 78 12 33

8 /10

Une expo américaine : Edward Hopper au Grand Palais

Une expo américaine : Edward Hopper au Grand Palais

Depuis le 10 octobre, le Grand Palais expose l'une des rétrospectives les plus attendues de la saison : celle consacrée à Edward Hopper. On peut (re)découvrir en grandeur nature la peinture étrange et familière du peintre New-Yorkais, proche du quotidien des classes moyennes et pourtant résolument moderne. A contre-courant de son époque, réaliste à l’ère de l’abstractionnisme triomphant, les toiles d'Hopper célèbrent la beauté onirique et inquiète d’une Amérique dépeuplée et en mutation, qui, au-delà des arts plastiques, ont inspiré par leur esthétique le cinéma, d’Hitchcock à David Lynch.

Edward Hopper aux Galeries Nationales du Grand Palais, du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013.
Le Grand Palais, 3 Avenue du Général Eisenhower, 75008 Paris - 01 44 13 17 17.

9 /10

Une expo photo : Paul Graham au BAL

Une expo photo : Paul Graham au BAL

"Mon intention était de prendre les tropes les plus éculés du photojournalisme et de les faire entrer à coups de pieds et avec des pleurs dans une nouvelle ère photographique. Aller jusqu’au cœur épuisé des choses et lui redonner vie." Quelques mois après la rétrospective que lui a consacrée la Whitechapel Gallery de Londres et le Museum Folkwang à Essen, le photographe britannique Paul Graham s'expose au BAL avec deux collections, Beyond Caring (1984-85), travail réalisé au début de sa carrière dans les salles d’attente des services sociaux britanniques sous Margaret Thatcher (malgré l'interdiction de prendre des photos…) et The Present (2011), exposée pour la première fois en France, dernier volet de sa trilogie américaine. Utilisant la photographie comme un outil d'enquête sociale mais avec une esthétique criante de couleurs (peu courant pour ce type de reportage) Paul Graham déclenche sans viser, l’appareil posé par terre ou sur un siège à côté de lui, créant avec ses cadrages aléatoires aux lignes fracturées, un nouveau langage photographique. Avec un thème toujours d'actualité (le chômage) pour un rendu impressionnant, les plus sensibles pourront toujours se consoler en se goinfrant de gâteaux dans l'excellent café du BAL avant de partir !

Paul Graham au BAL du 14 septembre au 9 décembre 2012
LE BAL, 6, Impasse de la Défense 75018, Paris - 01 44 70 75 50

10 /10

Une expo noire : Soulages au Musée des Beaux-Arts de Lyon

Une expo noire : Soulages au Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

Pierre Soulages, c'est l'artiste français qui parvient magistralement à faire de la lumière avec du noir, par le travail de la matière. Cette fois, c'est au Musée des Beaux-Arts de Lyon qu'une trentaine de ses œuvres, dont plusieurs tableaux inédits, sont exposées. Présentées à l’occasion du nouvel accrochage des salles du XXe siècle, elles introduisent ou complètent une exposition qui ne tient pas lieu de rétrospective, contrairement à celle du Centre Pompidou en 2009, mais présente le travail plus récent de l'artiste abstrait, toujours autour de l'outrenoir. Noir c'est noir, et pourtant Soulages ne nous en lasse pas !

Soulages XXIème siècle au Musée des Beaux-Arts de Lyon, du 12 octobre 2012 au 28 janvier 2013.
Musée des Beaux-Arts de Lyon, 20 place des Terreaux, 69001 Lyon - 04.72.10.17.40.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.