• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

L'agenda pop culture Paris de la semaine du 4 mars

Un objet sonore : la compilation du Bonbon de Nuit Une expo féerique : "Paris Haute Couture" à l’Hôtel de Ville de Paris Un conte de fées ou presque : "Au bout du compte" d’Agnès Jaoui Un bar à jus ultra-sain : Bob’s Cold Presslieu 5

Cette semaine, on écoute une compil’ de nuit, on pénètre dans les coulisses de la Haute Couture, on s’offre un jus frais et détox et on va voir le nouveau Jaoui-Bacri. C’est l’agenda de la semaine du 4 mars.

LIRE LA SUITE
1 /5

Un objet sonore : la compilation du Bonbon de Nuit

Un objet sonore : la compilation du Bonbon de Nuit

"On le trouve à Paris dans les bars, les galeries d’art, les clubs où l’on se couche tard…" L’équipe du Bonbon Nuit (le versant noctambule mensuel du petit guide des quartiers de Paris depuis 2009, Le Bonbon) voulait en toute logique créer sa bande-son emblématique, son "Objet Sonore". C’est chose faite : de David Lynch à Sylvie Vartan, en passant par Christophe et Koudlam, les oiseaux de nuit sortent en collaboration avec Roy Music leur première compilation, majoritairement composée de titres en français. Chic, intimiste et pas toujours cohérente, elle est à l’image d’une belle fin de soirée (arrosée).

Objet Sonore, Le Bonbon/Roy Music, paru le 4 mars.

2 /5

Une expo féerique : "Paris Haute Couture" à l’Hôtel de Ville de Paris

Une expo féerique : "Paris Haute Couture" à l’Hôtel de Ville de Paris

Organisée par l’Hôtel de Ville avec le soutien de Svarowski, cette nouvelle exposition gratuite de la salle Saint-Jean ravira les yeux de bon nombre d’entre nous. Balenciaga, Chanel, Madeleine Vionnet, Courrèges... Près de 100 robes et autres parures ont été sélectionnées parmi les collections prestigieuses du Musée Galliera et retracent l’histoire d’un domaine de création qui fait depuis plus d’un siècle la renommée de la France. Pour appuyer le tout, des dessins et autres documents expliquent le parcours de ces œuvres, de leur conception à leur destinée. Une exposition incontournable pour toutes les friandes de robes de princesses et de savoir-faire.

"Paris Haute Couture" à l’Hôtel de Ville de Paris, du 2 mars au 6 juillet, de 10h à 19h, gratuit.
 

3 /5

Un conte de fées ou presque : "Au bout du compte" d’Agnès Jaoui

Un conte de fées ou presque : "Au bout du compte" d’Agnès Jaoui

Il était une fois… des gens en crise de foi. Une jeune fille qui croit éperdument au grand amour et s’aperçoit que ce dernier tire une drôle de tronche. Une fille plus très jeune qui croit toujours en son avenir de grande comédienne alors que, depuis des lustres, elle enfile les échecs comme d’autres les perles. Un type ronchonnant qui ne croit plus en rien, mais se met à flipper comme une bête sauvage le jour où une voyante lui apprend qu’il va passer de vie à trépas le 14 mars prochain. Ces trois personnages, ainsi que quelques comparses tout aussi paumés, entrecroisent leur destin et s’aperçoivent que l’existence n’est pas seulement peuplée par de très gentilles fées, mais aussi par de très vilaines sorcières. Du déjà-vu, déjà entendu ? Rien du tout. Dans Au bout du conte, son nouveau film en forme de merveille, Agnès Jaoui dynamite les tristes figures imposées et signe une comédie irrésistible où l’humour ravageur n’est jamais l’ennemi des sentiments et de la profondeur.

Dans ce formidable jeu de dupes, excitant pour les zygomatiques comme pour l’intellect, tout se conjugue au plus que parfait : le scénario, suprêmement malin, la mise en scène, excellemment inventive et, last but not the least, les acteurs, génialement géniaux. Si Agathe Bonitzer, dans la jolie peau de la demoiselle passionnée, et Benjamin Biolay, dans celle moins aimable du grand méchant loup, surprennent et épatent, la palme de la joie est décernée à l’immense Jean-Pierre Bacri qui, sous les traits du type convaincu qu’il va bientôt mourir, entraine le film dans des directions délirantes du meilleur goût. Un immense merci à tous pour ce vrai/faux conte qui bouscule les us et coutumes du cinéma français.   

"Au bout du conte", d’Agnès Jaoui avec Agathe Bonitzer, Jean-Pierre Bacri, Agnès Jaoui…  Sortie le 27 février.
Olivier De Bruyn
 

4 /5

Un bar à jus ultra-sain : Bob’s Cold Presslieu

Un bar à jus ultra-sain : Bob’s Cold Presslieu

Envie d’une bonne cure détox qui change du poireau-vapeur ? Rendez-vous dans la toute nouvelle échoppe du bien-faisant Marc Grossman, Bob’s Cold Press, qui propose des jus healthy ultra-frais à emporter uniquement ou à se faire livrer chez soi. Encore mieux, les programmes détox quotidiens concoctés par l’équipe, avec à la clé réception de cinq bouteilles isotherme de jus fraîchement pressé à teneur réduite en sucres, une de boisson protéinée et un repas sain. Avant d’en faire un QG, on file tester ces breuvages green dans son pop-up juice bar installé dans les murs du Mary Céleste. Vite, il ne reste plus que deux jours !

Bob's Cold Press, 10 passage Rochebrune, Paris 11ème et Le Mary Céleste, 1 rue Commines, Paris 3ème.

A retrouver aussi sur Glamour.fr : encore plus d'adresses healthy !

5 /5

Un livre mordant : "Chéri, j'ai tué les chats" de Dorota Maslowska

Un livre mordant : "Chéri, j

Dorota Malowska est l'une des jeunes auteures les plus prometteuses de Pologne. Après un premier livre, Polocktail Party, écrit en un mois alors qu'elle était encore au lycée, elle a reçu le prix Niké pour son second roman, Tchatche ou crève. Comparée à une Sagan tant dans ses lignes résonne la voix de toute la jeunesse polonaise, Dorota Maslowska dans son Chéri, j'ai tué les chats met en scène deux copines opposées et touchantes, Joanna et Farah. L'une est rondelette, décomplexée et sexy, amoureuse sans arrière-pensées d'un pro de la robinetterie, tandis que l'autre peste et jalouse les cuissots de sa copine délurée, alors qu'elle se morfond dans la solitude de sa vie morne et de ses cours de yoga où personne ne la remarque. Des faubourgs purulents à leur studios de midinettes, on aime foncer dans leur quotidien torturé, décrit sans détour dans un style trash et percutant.

"L'amitié ou l'amour, ça ne fait qu'aggraver le tout, ça te donne des illusions. Tu penses que tu es proche de quelqu'un et quand tu le rencontres par hasard dans un magasin, tu lui dis "je vais au bord de l'océan" et lui, il ne se réjouit même pas pour toi. (…) Tu fais l'amour avec quelqu'un, et tu penses aussitôt qu'il va se mettre avec toi, que vous allez rester collés ensemble et que ce sera pour toujours, tête contre tête, cœur contre cœur, que tu feras brûler cette solitude, tout le gras de la vie, l'atrocité harassante de ta propre existence dans le grand brasier de l'amour ! Et en même temps, lui il se lève pour aller pisser dans la salle de bains et toi tu restes couchée et tu regardes ces bourrelets de cellulite qui ont un jour été tes cuisses." p.61

"Chéri, j'ai tué les chats" de Dorota Maslowska aux éditions Noir sur Blanc, 16 €.
Bethsabée Krivoshey

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.