• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

L'agenda pop culture Paris de la semaine du 25 février

Un album spectral : La bande-originale des Revenants par Mogwai Une expo lointaine : "Paul Jacoulet, un artiste voyageur en Micronésie" au Musée du Quai Branly Un film d Une BD libertine : "Mélody" de Sylvie Rancourt 5

Cette semaine, on écoute une bande-originale troublante signée Mogwai, on part en Micronésie avec les estampes de Pierre Jacoulet, on découvre Jean Dujardin et Cécile de France intimes, on dévore une BD libertine et on se fait un burger d’ogre. C’est l’agenda de la semaine du 25 février.

LIRE LA SUITE
1 /5

Un album spectral : La bande-originale des Revenants par Mogwai

Un album spectral : La bande-originale des Revenants par Mogwai

On ne présente plus Les Revenants, série française diffusée en novembre dernier sur Canal + qui impressionna par l’originalité de son scénario et la justesse de ses acteurs. Aussi troublante qu’effrayante, à l’image de la série, la musique, dans le rôle du fil conducteur, a été commandée au groupe écossais Mogwai, spécialiste de l’instrumental. Tantôt criarde, fantomatique ou berçante, cette B.O. est l’une des plus justes et entêtantes de ces dernières années.

La bande-originale des Revenants composée par Mogwai, parue le 25 février.

A retrouver aussi sur Glamour.fr : l'interview de Mogwai.
 

2 /5

Une expo lointaine : "Paul Jacoulet, un artiste voyageur en Micronésie" au Musée du Quai Branly

Une expo lointaine : "Paul Jacoulet, un artiste voyageur en Micronésie" au Musée du Quai Branly

Paul Jacoulet (1896-1960), bien que né en France, passa la majorité de sa vie dans son pays d’adoption et de cœur, le Japon. Très jeune, il voyagea dans de lointaines contrées à l’heure où le tourisme était loin d’être de masse : Corée, Chine, et surtout Micronésie, destination phare de l’exposition qui débute cette semaine au Quai Branly. A travers ses estampes ukiyo-e (une technique japonaise), ses aquarelles et autres dessins, Paul Jacoulet nous montre sans filtre culturel ce monde asiatique si méconnu à l’époque. Au-delà du caractère documentaire de son œuvre, le sens de l’esthétisme et la singularité de Jacoulet font de lui un artiste à découvrir absolument. Avalanche de couleurs assurée.

"Paul Jacoulet, un artiste voyageur en Micronésie" au Musée du Quai Branly à partir du 26 février et jusqu’au 19 mai. http://www.quaibranly.fr/

3 /5

Un film d'espionnage (et d'amour) : "Möbius" d'Eric Rochant

Un film d

Il est de retour et il ne rigole plus du tout. Un an après avoir connu le triomphe international que l’on sait avec The Artist, puis avoir fait mumuse avec son complice Gilles Lellouche dans un film à sketches qui égratignait les diverses facettes de la mâle attitude (Les infidèles), Jean Dujardin accomplit son come-back et, colossale surprise, il parle le russe couramment. Dans Möbius, un film d’espionnage signé Eric Rochant, Jean incarne Grégory Lioubov, alias Moïse, un officier des Services Secrets de Moscou envoyé à Monaco pour suivre à la trace les faits et gestes d’un homme d’affaires (Tim Roth) qui épouse toutes les caractéristiques du mafieux infréquentable et patibulaire.

Un troisième personnage se mêle à l’affaire un tantinet compliquée et, bonne nouvelle, c’est une fille. Elle, c’est Alice (Cécile De France), une héroïne qui n’ignore rien des secrets de la finance internationale et se retrouve au cœur d’un imbroglio ultra-tordu où plus personne - ni les protagonistes ni les spectateurs - ne sait très bien qui manipule qui et pourquoi. A vrai dire, peu importe, car l’essentiel est peut-être bien niché ailleurs, par exemple dans les relations sentimentalo-érotiques entre Grégory et Alice, irrépressiblement aimantés l’un par l’autre, malgré les multiples chausse-trappes induites par leur mission respective. A ce petit jeu du trouble et de la passion qui, sous la couette, entraine les deux personnages à oublier la chasse aux mafieux, Jean Dujardin et Cécile De France révèlent une conviction qui fait plaisir à voir. Ce qu’il y a de mieux dans l’espionnage, serait-ce l’amour ? Poser la question, refrain connu, c’est déjà y répondre…

"Möbius", de Eric Rochant, avec Jean Dujardin, Cécile De France…  Sortie le 27 février.
Olivier De Bruyn
 

4 /5

Une BD libertine : "Mélody" de Sylvie Rancourt

Une BD libertine : "Mélody" de Sylvie Rancourt

Les éditions ego comme x publient pour la première fois l'intégralité des histoires de Mélody, alter ego d'une danseuse érotique québecquoise qui a débuté dans les années 80, Sylvie Rancourt. Racontant ses petites histoires telle une novice à ses propres frais, et ayant comme premiers lecteurs ses clients les plus fervents, Sylvie Rancourt est un ovni dans le milieu de la bande-dessinée. Pourtant, c’est bien l'une des pionnières de l'autobiographie dessinée et de l'autoédition au Canada. Les aventures de Mélody, où "ce n'est pas le commencement ni la fin mais bel et bien le milieu", livrent un point de vue à la fois naïf et frais du milieu libertin de Montréal avec une finesse et une véracité inédite.

"Mélody" de Sylvie Rancourt, éditions ego comme x, 19 €.
Bethsabée Krivoshey.


A retrouver aussi sur Glamour.fr : 10 BD récentes à lire.

5 /5

Une adresse US : Lefty

Une adresse US : Lefty

Fraîchement installé rue Vivienne, en face du célèbre bar de nuit Chez Carmen, Lefty fait partie de ces nouvelles enseignes qui soignent avant tout leur intérieur : papier peint cosy, bibliothèques, objets déco et mobilier design… A peine entrés, le style et surtout l’espace impressionnent. Du côté de l’assiette, on a été moins convaincues, mais pas non plus déçues : les burgers, au nombre de six, ont le mérite de sortir des sentiers battus, comme le Dry Burger, à base de saumon cru et de crème au raifort étalés sur un pain à l’encre de seiche. Les formules midi à 16 € (entrée-plat, plat-dessert) sont généreuses et permettent de goûter aux starters qu’on n’aurait pas forcément commandés (mozzarella panée, onion rings, nachos…). Toujours tentants, le fish and chips ou le NYC Steak Black Angus. Niveau dessert, pour ceux qui ont encore de la place, ce sera un cheesecake de She’s Cake. Pas de vagues donc : on dira que Lefty est le lieu idéal pour les noctambules désireux de se mettre quelque chose sous la dent.

Lefty, 36, rue Vivienne, Paris 2ème. Du lundi au dimanche de 11h30 à 15h00 et de 19h à 23h, jusqu’à 2h le samedi et le dimanche. Plats de 13 € à 26 €, à partir de 15 € le burger.

A retrouver aussi sur Glamour.fr : les meilleurs burgers de Paris.
 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.