• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

10 expos à voir avant janvier

Munch à Beaubourg Metropolis à la Cinémathèque Française Les Finlandais à table à l Ainsi soit-il au musée des Beaux-Arts de Lyon 10

Vous avez quelques jours de vacances à Noël ? Profitez-en pour courir voir l'une de ces 10 expos qui s'achèvent bientôt et qui valent le détour.

LIRE LA SUITE
1 /10

Munch à Beaubourg

Munch à Beaubourg

A travers près de 140 œuvres, dont une soixantaine de toiles, une cinquantaine de photos en tirage d'époque, des œuvres sur papier et des films, le Centre Pompidou a tenté de montrer à quel point le peintre norvégien le plus intriguant de sa génération était un artiste moderne. Même si le fameux Cri n'est pas au rendez-vous, cette exposition haute en couleurs vaut le détour.

Edvard Munch, jusqu'au 23 janvier au Centre Georges Pompidou, Paris 4ème, M° Châtelet ou Rambuteau.

 

2 /10

Metropolis à la Cinémathèque Française

Metropolis à la Cinémathèque Française

Le chef-d'oeuvre de Fritz Lang n'a jamais été autant regardé à la loupe. Grâce à la collection unique de la Cinémathèque, le scénario de ce film de 1927 est décortiqué, analysé et mis en lumière comme jamais il ne l'avait été auparavant. Le visiteur se déplace ainsi à travers les six grandes séquences du film (La Cité des Fils, La Ville Ouvrière, La Ville Haute, Le Laboratoire Rotwang, Les Catacombes, La Cathédrale) tout en découvrant  plus de 800 photographies de plateau originales, des dessins de décorateurs, des costumes...

Metropolis, jusqu'au 29 janvier à La Cinémathèque Française, 51 rue de Bercy, Paris 12ème.

3 /10

Les Finlandais à table à l'Institut Finlandais

Les Finlandais à table à l

"Je mange, tu manges, il mange, nous mangeons tous. Mais nous ne mangeons pas tous de la même manière", écrit Stéphanie Lacombe, une jeune Française qui a reçu en 2006 le Prix spécial du jury de la Fondation Lagardère et, en 2009, le Prix Niépce. À l’occasion d’une résidence à Helsinki, l'artiste a photographié une vingtaine de familles finlandaises à l’heure du repas pour extirper l’extraordinaire d’un instant banal. Esthétique, amusant et dépaysant.

Les Finlandais à table, de Stéphanie Lacombe jusqu'au 7 janvier à L'Institut Finlandais, 60, rue des Ecoles, Paris 5ème.

4 /10

Ainsi soit-il au musée des Beaux-Arts de Lyon

Ainsi soit-il au musée des Beaux-Arts de Lyon

En écho à la Biennale d'Art Contemporain de Lyon (du 15 septembre au 31 décembre), le musée des Beaux-Arts de la ville a donné carte blanche pour cette exposition au galeriste et collectionneur d'art contemporain Antoine de Galbert. 60 de ses pièces (Christian Boltanski, Arnulf Rainer, Hermann Nitsch, Lucio Fontana, Dieter Appelt, Pierre Molinier, Annette Messager...) ont ainsi été mises en regard avec 7 chefs-d'œuvre des collections permanentes du musée pour un dialogue artistique intergénérationnel.  

Ainsi soit-il, jusqu'au 2 janvier au musée des Beaux-Arts de Lyon, 20, place des Terreaux, Lyon 1er.

5 /10

Arnulf Rainer à la Maison de Victor Hugo

Arnulf Rainer à la Maison de Victor Hugo

Figure majeure de la scène artistique autrichienne, Arnulf Rainer (né en 1929), essentiellement connu pour sa série de portraits raturés Faces Farces, a commencé à travailler en 1998 à partir des dessins de Victor Hugo. En recouvrant les œuvres de l'écrivain de peinture et en agrandissant des détails, selon sa pratique caractéristique de la "surpeinture" (Übermalungen), il s'approprie et met en avant la modernité du poète français. La Maison de Victor Hugo a choisi une soixantaine de "surdessins" qui seront présentés aux côtés de certaines des œuvres originelles de Victor Hugo.

Arnulf Rainer, jusqu'au 15 janvier à La Maison de Victor Hugo, 6, place des Vosges, Paris 4ème.

6 /10

Lewis Hine à la Fondation Henri Cartier-Bresson

Lewis Hine à la Fondation Henri Cartier-Bresson

L'exposition de la fondation rassemble environ 150 tirages originaux en noir et blanc de ce photographe humaniste du début du 20ème siècle. Des portraits d'immigrants débarquant à Ellis Island aux reportages en Europe à la fin de la Première Guerre mondiale, en passant par les enfants au travail ou la construction des gratte-ciels de New York, l'œuvre de Hine est couverte dans son ensemble. Un témoignage de toute une vie et de toute une époque.

Lewis Hine, jusqu'au 18 décembre à la Fondation Henri Cartier-Bresson, 2, impasse Lebouis, Paris 14ème.

7 /10

Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde à Orsay

Beauté, morale et volupté dans l

L'aesthetic movement, courant artistique de l'Angleterre de la seconde moitié du XIXe siècle, s'étaient donné pour vocation d'échapper à la laideur et au matérialisme de l'époque. Un mouvement au centre de cette exposition organisée par le musée d'Orsay, où l'on retrouve les artistes Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones et William Morris, James McNeill Whistler, Oscar Wilde ou encore Aubrey Beardsley. Tous avaient un même but : se libérer de la morale victorienne et parvenir à retranscrire une beauté idéalisée.

Beauté, morale et volupté dans l'Angleterre d'Oscar Wilde, jusqu'au 15 janvier au musée d'Orsay, 62, rue de Lille, Paris 7ème.
 

8 /10

Les éléments des frères Chapuisat au CCS

Les éléments des frères Chapuisat au CCS

Plus que quelques jours pour aller serpenter tout autour de la sculpture monumentale des frères Chapuisat, réalisée spécialement pour le Centre culturel suisse. Inspirée des brise-lames de type Acropode, cette structure géométrique évoque autant un vaisseau spatial que les rêves ou les peurs de l'enfance. Une œuvre éphémère de plus pour les frères Chapuisat, habitués aux réalisations pensées pour des lieux particuliers. Une visite poétique durant laquelle le spectateur est aussi acteur.

Les éléments des frères Chapuisat, jusqu'au 18 décembre au Centre culturel suisse, 32-38 rue des Francs-Bourgeois, Paris 3ème.

9 /10

Matisse, Cézanne, Picasso : l'aventure des Stein

Matisse, Cézanne, Picasso : l

Les Stein, collectionneurs avant-gardistes, sont au centre de cette exposition qui s'achève bientôt au Grand Palais. Premiers acheteurs de Matisse et de Picasso, leur appartement parisien était bien plus qu'un lieu où les toiles des plus grands maîtres du 20ème siècle se côtoyaient : c'était aussi le point de rendez-vous de l'intelligentsia de l'époque. A travers 248 œuvres signée Cézanne, Bonnard, Picabia ou Le Corbusier, les portraits de Gertrude, Michael Leo et Sarah Stein sont brossés afin de mieux cerner cette famille de visionnaires hors-normes.

Matisse, Cézanne, Picasso : l'aventure des Stein, jusqu'au 16 janvier au Grand Palais, Paris 8ème, M° Champs-Elysées Clémenceau.

10 /10

La Cité Interdite au Louvre

La Cité Interdite au Louvre

Grâce à un prêt exceptionnel accordé au Louvre par le musée de la Cité Interdite à Pékin, cette exposition invite le visiteur à découvrir les précieuses collections des empereurs de Chine du milieu du 13ème siècle au milieu du 19ème siècle. Au total, plus de 130 œuvres telles que des peintures, des vases, des coupes, des laques, des costumes d’apparat, des tenues militaires ou encore des calligraphies. Un évènement artistique et une collaboration inédits.

La Cité Interdite au Louvre, jusqu'au 9 janvier au musée du Louvre, Paris 1er, M° Palais-Royal-Musée du Louvre.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.