• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Léa Seydoux/Kristen Stewart : le match

Léa Seydoux/Kristen Stewart : le match

D’un côté, Léa Seydoux, de l’autre, Kristen Stewart, la star de Twilight. Elles sont toutes les deux à l’affiche cette semaine, respectivement dans Belle épine. et Welcome to the rileys. Qui est la plus forte ?

LEUR ACTU

Léa. Dans « Belle épine », le premier film de Rebecca Zlotowski, elle incarne Prudence Friedman, une fille de 17 ans qui habite seule son appart parisien depuis que sa maman est morte. Son père, lui, a disparu et donne des nouvelles épisodiques par téléphone. Quant à sa sœur, elle vit sa vie ailleurs... Prudence, la mal nommée, conjure sa solitude en faisant n’importe quoi, par exemple en essayant de s’incruster dans une bande de motards qui ne jurent que par leurs engins pétaradants. No fun.

Kristen. Plus déjantée, tu meurs... Stripteaseuse dans une boîte torve de la Nouvelle-Orléans, Mallory arrondit ses fins de mois en se prostituant. Le reste du temps, elle se came et survit dans un squat. L’apparition inopinée d’un homme qui a l’âge d’être son père transformera peut-être son destin. Dans « Welcome to the Rileys », de Jake Scott, Kristen Stewart donne la réplique à l’impeccable James Gandolfini (« Les Soprano ») et interprète une partition plus que grave. No fun itou.

Et alors ? Pas de doute, le noir leur va très bien au teint... Léa Seydoux, dans « Belle épine », occupe tous les plans avec une énergie butée qui est pour beaucoup dans la réussite du film. Kristen Stewart, elle, illustre la trilogie « sexe, drogue et rock’n’roll » avec une conviction borderline assez impressionnante. « Welcome to the Rileys », néanmoins, s’abîme dans des surenchères larmoyantes toujours évitées par « Belle épine ».

Avantage : Léa Seydoux.   

LEUR C.V

Léa. Elle a rapidement fait oublier son encombrante généalogie... Petite-fille de Jérôme Seydoux (boss de Pathé) et petite nièce de Nicolas (boss de Gaumont), Léa avait a priori le pedigree de la pistonnée idéale. Oui, mais non. Cinéphile, exigeante et talentueuse, la jeune comédienne (25 ans) promène depuis ses débuts son charme et son mystère dans des films joliment choisis. Elle est aussi convaincante dans le cinéma d’auteur hexagonal (« La belle personne », de Christophe Honoré) que dans les blockbusters (« Robin des bois », de Ridley Scott).   

Kristen. Elle n’avait que 12 ans quand le grand public l’a découverte dans le « Panic Room » de David Fincher où elle interprétait la fille mal en point de Jodie Foster. Née dans une famille de cinéma (papa est producteur, maman scénariste), Kristen a effectué ses premiers castings dès 8 ans et n’a jamais connu un autre univers que celui du spectacle. Aujourd’hui, alors qu’elle vient de fêter ses 20 ans, sa filmo s’enorgueillit de quelques titres conséquents (dont le « Into the Wild » de Sean Penn et, plus récemment, « Les Runaways »). L’actrice bénéficie surtout du carton planétaire de la franchise « Twilight » où elle donne la réplique à l’incontournable Robert Pattinson. Son minois s’affiche sur tous les murs de toutes les chambres de tous les ados du monde.

Et alors ? Même si elle ne tourne pas seulement avec des cinéastes français, Léa Seydoux n’a pas encore atteint la notoriété internationale de sa consoeur. Forte de son succès et de son potentiel « bankable », cette dernière se voit offrir des rôles majeurs dans des films qui ne le sont pas moins.

Avantage : Kristen Stewart.   

LEUR AVENIR

Léa. On la retrouve dès la semaine prochaine dans « Les mystères de Lisbonne », le film labyrinthique et fleuve (4 h 30 !) de Raoul Ruiz. La suite ? Internationale, puisqu’on la verra successivement chez le Tadjik Djamshed Usmonov (« Le roman de ma femme »), aux côtés de Tom Cruise dans le 4 ème volet de « Mission Impossible » et, enfin, chez un certain Woody Allen dans « Midnight in Paris ».

Kristen. Elle va enfin en finir avec la série « Twilight ». Le quatrième volet en deux parties (« Révélation ») sera en effet le dernier, au grand désespoir des fans. En guise d’enchaînement, Kristen ne peut pas se plaindre, puisqu’elle sera l’une des héroïnes de « On the road », l’adaptation très attendue du bouquin culte de Kerouac que prépare Walter Salles.

 

Et alors ? Programme alléchant pour l’une comme pour l’autre.

Avantage : néant.

BILAN

Match nul... pas nul du tout.

Belle épine, de Rebecca Zlotowski, avec Léa Seydoux, Anaïs Demoustier, Johan Libereau...

Welcome to the Rileys, de Jake Scott, avec Kristen Stewart, James Gandolfini, Melissa Leo...

En salles le 10 novembre.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.