• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

JR investit la BNF avec un photomaton XXL

"Inside Out" : un photomaton pour se faire tirer le portrait en XXL

Après s’être emparé du Palais de Tokyo il y a une semaine, la star française du street-art JR a installé un photomaton géant au pied de la Bibliothèque Nationale de France, pour son projet "Inside Out". Alors, œuvre engagée ou simple attraction ?

Il y a deux ans, le street-artist français JR élaborait un projet participatif au Centre Pompidou de Paris qui consistait à réaliser des portraits de personnes en noir et blanc dans un photomaton et à les imprimer au format XXL (90 cm sur 135 cm).

Ce mois-ci, l'artiste contemporain réitère son projet baptisé "Inside Out" et s'installe au pied de la Bibliothèque Nationale de France. Comme en 2011, les personnes ont le choix de coller leur photo dans des endroits publics, à la vue de tous, ou simplement de les ramener chez eux. Une œuvre qui se dit "engagée" et qui permet "à chaque personne de transmettre son propre message", comme nous l'explique l'artiste.

Après avoir investi Times Square (New York) en mai et la Somerset House (Londres) en octobre, l’artiste contemporain a décidé de poser ses valises une nouvelle fois à Paris : le Palais de Tokyo, du 6 au 8 novembre 2013, puis le parvis de la Bibliothèque Nationale de France, du 10 au 12 novembre 2013. Avec son camion transformé en photomaton géant, JR a attiré la foule : "C’est la force des réseaux sociaux, explique-t-il. Beaucoup ont vu l’annonce sur Instagram, où je publie régulièrement. D’autres étaient juste de passage et ont été curieux de voir de quoi il s’agissait." 

Il est 15h. Sur le parvis de la BNF, plusieurs centaines de personnes font la queue depuis des heures, dans le froid, attendant patiemment de se faire prendre en photo : "C’est très long, mais cette année je refuse de repartir sans ma photo !", s’exclame une jeune fille, tenant un café chaud entre les mains pour tenter de se réchauffer. Comme elle, beaucoup sont venus dans l'unique but d'imprimer leur portrait en grand format et de le ramener chez eux. Alors que certaines personnes finissent par se décourager, d'autres refusent de baisser les bras, car "avoir une photo tirée par JR, c'est une énorme fierté et ça vaut même le coup de tomber malade." Vraiment ?

Au Palais de Tokyo, l’affluence était pire : la file d'attente a été fermée au bout de seulement une heure. "C’est là où réside toute la force de mon projet. Des centaines de personnes se réunissent afin de participer à une même action, même si elle est éphémère", explique JR. Dans la rue, la durée de vie des affiches est en effet très courte : certaines sont complètement détruites au bout de quelques jours, principalement à cause du vent. Un court instant de gloire qui demande donc beaucoup de patience...

Caché sous un chapeau et des lunettes noires, comme à son habitude, JR explique pourquoi il se sert des murs et du sol pour exposer son œuvre : "Il s’agit de supports que les gens peuvent s’approprier et qui ne sont pas utilisés par la publicité". Puis ajoute, en rigolant : "Le sol est un endroit qu’on pense rarement à utiliser, mais heureusement qu’il existe, sinon on n’aurait pas assez de place pour coller toutes les photos !"

Si pour cette fois on a du mal à voir l'aspect "engagé" de son œuvre, on peut au moins lui attribuer une dimension publicitaire. Car comme tout artiste de street-art, JR essaye tant bien que mal de vivre de son art éphémère.

C'est pour cela que le camion photo (gratuit) n'est qu’une petite partie du projet "Inside Out". D'autres gens se rabattent sur le web, payent 20 dollars et envoient leur photo au studio new-yorkais de JR, pour qu’elle leur soit réexpédiée au format géant. Ils décident ensuite de l’endroit où coller leur photo, même s’il est toujours préconisé de choisir un lieu bien visible. Un moyen pour l'artiste de renflouer les caisses et de pouvoir organiser des projets plus audacieux, à l'étranger ?

Ainsi, le projet "Inside Out" a fait le tour du monde avec la participation de plus de 170 000 personnes, venues de 120 pays différents. "Le message que veulent faire passer les gens diffère selon les pays. En Tunisie, certains ont recouvert le portrait de leur dictateur avec leur photo. D'autres en Russie ont été mis en prison pour avoir déambulé avec. Chacun explique à sa façon le contexte dans lequel il vit", explique JR. Mais cet après-midi, à Paris, on a surtout l'impression que les gens veulent repartir avec un portrait d'eux un peu atypique...

Times Square, la Somerset House, le Palais de Tokyo, le parvis de BNF… Toutes ces performances accompagnent la sortie du documentaire intitulé "JR - Inside Out" et qui sera diffusé dans les salles des cinémas MK2 à partir du mercredi 13 novembre. Ce long-métrage reviendra sur l’évolution du projet de l’artiste, depuis sa création en 2011.

JR, dont la véritable identité est encore inconnue, s'est fait connaître en 2007 avec l'impressionante performance "Face 2 Face". Ce projet (illégal) consistait à coller face à face des portraits de Palestiniens et d'Israéliens afin de les aider à mieux s'accepter. Autre œuvre marquante : "Women are heroes", en 2009, qui consistait à afficher d’immenses photos de femmes sur les murs de favelas à Rio, ou encore de bidonvilles au Kenya, en Inde et au Cambodge. Et lorsqu’on lui demande quels sont ses projets dans le futur, l’artiste répond en rigolant : "Je ne sais pas, je ne prévois rien".

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.