• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

3 bonnes raisons d’aller voir Blanche Gardin dans “Je parle toute seule“

blanche gardin

Après "Il faut que je vous parle", Blanche Gardin remonte sur les planches de la Nouvelle Seine pour un second one woman show toujours aussi cinglant. Glamour a été applaudir la comédienne et vous donne trois bonnes raisons de faire de même.

1- Pour (vraiment) rire de tout

En abordant des sujets trash, sensibles voire même scato, Blanche Gardin est clairement là pour tester les limites de son public. Force est de constater que ça marche : il parvient à rire même des thèmes les plus sensibles. De la sodomie au terrorisme en passant par la torture des animaux (si, si), Blanche assume des textes crus et hilarants servis par un ton monocorde dont elle seule a le secret. “Je parle toute seule“, son deuxième one woman show, est le pamphlet d’une anti-trentenaire névrosée qui n’a rien fait comme tout le monde. Célibataire, solitaire et sans enfants à 38 ans, Blanche se contemple dans un miroir déformant très drôle qui pose de vraies questions.

2- Pour tester son pied marin

La Nouvelle Seine est l’une des rares salles de spectacle sur l’eau à Paris. Amarrée en face de Notre Dame, cette péniche propose une programmation très fraîche. L’année dernière, Blanche Gardin avait déjà investi la cale du bateau pour débiter son texte brut avec “Il faut que je vous parle“. Malgré le succès, elle est restée fidèle à cette petite salle. Il faut dire que cet endroit fantasque, authentique et un peu tordu lui va comme un gant. Et si certains ont un peu la nausée en sortant de là, promis ce ne sera pas à cause de la houle du fleuve.

3- Parce que Blanche gagne a être connue

Le grand public l’a découverte grâce à Jamel qui lui a donné sa chance au Comedy Club, puis à Hélène, son formidable personnage de looseuse suicidaire dans Workingirls. Son grain de folie s’est confirmé dans le film 20 ans d’écart où elle incarnait avec brio Patrick, un photographe androgyne déjanté. Alors, Blanche, serait-elle la dernière punk ? Son ton cinglant, en tout cas, détonne dans un monde où les femmes (même humoristes) veillent particulièrement à leur image. Sans filtre aucun, elle dresse un portrait d’elle-même impitoyable, vicieux et totalement impudique comme on en a rarement vu ailleurs.

Pour connaître les prochaines dates de Blanche Gardin et réserver vos billets, c'est par ici.

LIRE LA SUITE
Margaux Grancher
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.