• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

"The Honourable Woman" : 4 raisons de regarder la série avec Maggie Gyllenhaal

Parce que c Parce que c Parce que Maggie Gyllenhaal est bluffante Parce que les femmes ont le pouvoir 4

L'excellente mini-série "The Honourable Woman" débarque enfin en France. Maggie Gyllenhaal y joue une femme d'affaires israélo-britannique embourbée dans le conflit au Proche-Orient. Un thriller haletant sur fond de politique et d'espionnage à ne pas rater dès le 29 juin sur Canal+.

LIRE LA SUITE
1 /4

Parce que c'est une version plus subtile de "Homeland"

Parce que c

Il faut du courage pour prendre comme toile de fond un sujet aussi brûlant que le conflit israélo-palestinien. Pourtant, le showrunner Hugo Blick (The Shadow Line) relève le défi sans tomber dans le manichéisme ou les clichés faciles. Tous les personnages de cette fiction de 8 épisodes made in BBC sont écrits avec nuances, à commencer par la femme ''respectable'' du titre. Fraîchement anoblie, l'israélo-britannique Nessa Stein (Maggie Gyllenhaal) œuvre pour la paix au Proche-Orient. Alors que son père Eli était un marchand d'armes fournissant l'armée israélienne, la baronne s'évertue, de son côté, à combattre la pauvreté sur les territoires palestiniens. Son entreprise pilote un projet visant à connecter la Cisjordanie à la fibre optique. D'un côté, on estime qu'elle trahit les siens. De l'autre, on n'oublie pas que son patronyme était inscrit sur ''des fusils, des tanks et des mortiers". À l'image de son héroïne prise entre deux feux, la série met un point d'honneur à ne prendre aucun parti. Un vrai numéro d'équilibriste où personne n'est totalement innocent ou coupable. Pas de réponses toutes faites, mais la conclusion cynique tend à confirmer l'impossibilité de mettre fin à cette spirale de violence.

2 /4

Parce que c'est le règne des faux-semblants

Parce que c

"A qui accorder sa confiance ? Comment le savoir ? En se fiant à l'apparence ? Aux paroles ? Aux actes ?" Voilà les premières paroles qui résonnent dans The Honourable Woman. Et pour cause, plus qu'une fiction politique, cette mini-série se révèle être un thriller assez traditionnel, mêlant espionnage à grande échelle et trahisons personnelles. Si Nessa Stein répète que son entreprise "ne doit pas être compromise", elle est vite rattrapée par ses secrets et des jeux de pouvoirs qui la dépassent. Dès l'épisode pilote, on assiste au meurtre du père de Nessa lors d'un flashback, au prétendu suicide de son nouvel associé, puis à un kidnapping d'enfant... Après ce préambule sur les chapeaux de roue, le suspense est savamment entretenu grâce à une narration morcelée, riche en retour en arrière et autres ellipses. Un puzzle géant où chaque détail a son importance, des indices nichés dans le générique aux mouvements de caméra. Hugo Blick introduit, dès la première scène, des éléments-clé qui ne feront sens que bien plus tard. Un conseil : restez attentifs !

3 /4

Parce que Maggie Gyllenhaal est bluffante

Parce que Maggie Gyllenhaal est bluffante

Choisir une Américaine pour incarner une femme d'affaires britannique... Le choix d'Hugo Blick était audacieux, mais s'est révélé payant. Si Maggie Gyllenhaal ne semblait pas être la candidate idéale pour jouer Nessa Stein, elle livre pourtant une des meilleures performances de sa carrière. Comme Kevin Spacey (House of Cards) et Matthew McConaughey (True Detective), c'est à la télévision que l'actrice de 37 ans a trouvé le rôle de sa vie. D'une scène à l'autre, elle est capable de passer du rire aux larmes, de dévoiler la femme torturée sous la froideur de façade. Si sa classe naturelle et son jeu versatile ont été unanimement applaudis, un élément a particulièrement bluffé les spectateurs : son accent british impeccable. Consécration ultime, elle a remporté en janvier dernier le Golden Globe de la meilleure actrice dans une mini-série. Une preuve supplémentaire que le cinéma n'est plus la voie royale pour les comédiens.

4 /4

Parce que les femmes ont le pouvoir

Parce que les femmes ont le pouvoir

De sa robe Roland Mouret qui ferait pâlir d'envie Claire Underwood à son éloquence naturelle, Nessa Stein a un charisme inégalable, magnifié par la présence de Maggie Gyllenhaal. Une héroïne forte, mais féminine comme la télévision nous en a offert ses dernières années, à l'image de Stella Gibson (Gillian Anderson) dans The Fall ou Alicia Florrick (Julianna Margulies) dans The Good Wife. Mais hormis sa protagoniste principale, The Honourable Woman regorge de femmes de poigne, assumant leurs ambitions ou leurs idéaux. Il y a bien sûr la directrice du MI-6 Julia Walsh et sa rivale Monica Chatwin, aussi brillantes et manipulatrices l'une que l'autre. Le personnage le plus intriguant reste toutefois Atika Halibi, la baby-sitter palestinienne d'Ephra Stein. À travers sa relation particulière avec Nessa et son frère, la discrète domestique montre au fur et à mesure un visage plus complexe jusqu'à une fin en apothéose. A tel point qu'on se demande si ce n'est pas elle finalement l'honourable woman évoquée dans le titre.

"The Honourable Woman", à partir du 29 juin à 20h55 sur Canal+.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.