Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Séries : notre top 5 des plus belles performances d'acteurs...
1 /5

Séries : notre top 5 des plus belles performances d'acteurs de 2017

On jette un dernier coup d'œil dans le rétroviseur sur l'année 2017 avec cinq performances d'actrices et d'acteurs qui nous ont bluffées dans des séries. Ils ont su convoquer toutes sortes d'émotions, nous surprendre mais ils ont surtout apporté ce petit supplément d'âme qui a fait toute la différence.

5. Sterling K. Brown dans "This Is Us", saison 2

5. Sterling K. Brown dans "This Is Us", saison 2

Série lacrymale par excellence, This Is Us a attendri notre petit cœur dès son premier épisode. Difficile de choisir un chouchou chez les Pearson tant ils sont tous attachants. Mais dans cette saison 2, c'est peut-être Sterling K. Brown (Randall) qui a réussi à nous émouvoir le plus. Après la mort de son père biologique, il veut à tout prix accueillir dans son foyer un nouvel enfant mais issu de l'adoption, comme lui. C'est sa façon à lui de transmettre un héritage, des valeurs mais aussi de faire son deuil de ses deux pères. Dans cette quête, Sterling K. Brown compose un Randall qui perd tous ses repères face à Déjà, une pré-ado trimballée de foyer en foyer. Violentée dans sa précédente famille d'accueil par le père, elle est particulièrement mal à l'aise en présence de Randall. On le voit alors tout tenter pour l'apprivoiser, se faisant tout petit, essayant de la faire rire puis en se montrant protecteur... Il délivre un jeu tout en retenue et pourtant d'une immense générosité. Et face à lui, ce sont nos larmes qu'on ne retient pas.

4. Kyle MacLachlan dans "Twin Peaks : The Return"

4. Kyle MacLachlan dans "Twin Peaks : The Return"

Existe-t-il une performance plus schizophrène que celle de Kyle MacLachlan dans le retour de Twin Peaks ? On le connaissait déjà dans la peau de l'agent Dale Cooper. Affable, brillant, fin limier, grand romantique, branché ésotérisme tibétain et avec une faiblesse pour le café et la tarte aux cerises. 25 ans plus tard, on retrouve Cooper scindé en deux. L'un est Bob, l'esprit maléfique qui s'est emparé de son corps à la fin de la saison 2. L'autre est Dougie Jones, l'esprit de Cooper enfin réchappé de la Black Lodge mais pas encore tout à fait en phase avec cette dimension. Sous l'apparence de "Bad Coop", le visage mat et buriné, les cheveux longs et les yeux noirs glaçants, Kyle MachLachlan incarne l'essence du Mal. Sa simple présence suscite l'effroi. A contrario, sous les traits de Dougie, il est tel un nouveau né dans le corps d'un quinquagénaire. La candeur s'affiche sur son visage à chaque scène. Tantôt ridicule, drôle ou terriblement émouvant, il nous a certainement offert dans cette incarnation la plus belle performance de sa carrière.

3. Audrey Fleurot dans "Un village français", saison 7

3. Audrey Fleurot dans "Un village français", saison 7

Au fil des sept saisons d'Un village français, Audrey Fleurot nous a fait vivre des émotions dignes des montagnes russes en incarnant Hortense. Au début de la guerre, on la découvre en grande bourgeoise de province. C'est la femme du médecin qui, comme Emma Bovary, s'ennuie dans sa grande demeure et auprès de son mari. Puis on la surprend dévorée par la passion, inconsciente et désarmante d'avoir succombé ainsi à l'odieux Heinrich Müller. Dans cette dernière saison, alors que la guerre est finie et après l'humiliation de sa tonte en place publique, elle sombre dans la folie. Tous les acteurs s'accorderont à dire qu'il n'y a rien de plus difficile à jouer. La paranoïa, les hallucinations auditives, la confusion... Audrey Fleurot joue sa partition à la perfection. On la voit littéralement s'enfoncer dans les méandres de son esprit. Jusque dans sa dernière scène, elle n'a cessé de légitimer toute la complexité de son personnage, de lui rendre justice avec force et élégance.

 

2. Aubrey Plaza dans "Legion", saison 1

2. Aubrey Plaza dans "Legion", saison 1

On savait déjà que son talent était dément mais c'est devenu une assertion définitive grâce à Legion. Elle y est plusieurs choses à la fois. D'abord Lenny, l'amie toxico du héros David Haller, enfermée avec lui dans un hôpital psychiatrique. Mais Lenny meurt dès le premier épisode. Alors le puissant mutant Amahl Farouk revêt de temps à autres son apparence pour torturer l'esprit confus de David. C'est alors un festival de personnalités en tous genres qui défile sous nos yeux ébahis. Femme fatale, elle se lance dans une scène de danse ultra sexy sur du Nina Simone. L'épisode suivant, elle adopte les manières et le langage d'un vieil homme libidineux et vulgaire. La fois d'après, elle semble tout droit sortir d'un des pires cauchemars de Tim Burton. Absolument imprévisible, on retient notre souffle à chacune de ses apparitions. Avec Legion, Aubrey Plaza a enfin pu décoller son étiquette de "comique". Elle a non seulement élargi le spectre de son jeu, mais elle a surtout démontré qu'il n'y a rien qu'elle ne saurait faire... Tout simplement bluffante.

 

1. Carrie Coon dans "The Leftovers", saison 3

1. Carrie Coon dans "The Leftovers", saison 3

Dès la première saison de The Leftovers, Carrie Coon est devenue le maître-étalon de la performeuse. Dans le rôle de Nora Durst, elle réalise une véritable prouesse en interprétant une femme dont le mari et les enfants ont disparu lors du "Sudden Departure" mais qui réfute son sort. Nora Durst défie tout : la mort, son deuil, la fatalité de la vie. Elle refuse farouchement d'accepter l'inacceptable. Le brio de Carrie Coon, c'est de ne pas la jouer comme une victime, voire de consentir par moments à la rendre antipathique. Dans la troisième saison, Nora décide de se la jouer en solo quitte à sacrifier son couple avec Kevin Garvey (Justin Theroux). Dans une succession de scènes toutes plus intenses les unes que les autres, on ne sait même plus laquelle retenir... Celle de la dispute avec Kevin qui se finit avec un incendie, ses adieux à son frère, celle où elle rentre dans la machine pour retrouver ses enfants dans une autre dimension ou alors celle de ses retrouvailles avec Kevin à la toute fin ? Dans chacune d'elles, Carrie Coon semble tenir notre cœur entre ses mains et elle seule décide à quel rythme le faire battre. Elle nous propulse dans un tourbillon d'émotions violentes et complexes que seule la subtilité de son jeu permet d'éclaircir. Injustement snobée par les cérémonies majeures, nous, on a juste envie de lui décerner tous les prix du monde.

 

Emilie Semiramoth

Dans ce diaporama :

Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.