• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Rentrée séries : le bilan de la 5ème semaine

On zappe : "Constantine" On zappe: "Benched"

A l’affiche de la rentrée séries cette semaine : un comic fantastique et une comédie de barreau. A voir ou à éviter ? Nos premières impressions.

LIRE LA SUITE
1 /2

On zappe : "Constantine"

On zappe : "Constantine"

Le pitch :
Hanté par la damnation d’une fillette qu’il n’a pas pu sauver, l’iconoclaste John Constantine, exorciste de son état, sort de l’asile psychiatrique où il s’était fait interner et repart à la chasse aux démons.

Tirée de la BD déjà adaptée au cinéma avec Keanu Reeves, Constantine est, après Gotham et The Flash, le troisième pion avancé sur l’échiquier de la rentrée par DC Comics. Autant les deux premières séries ont des arguments (et même une véritable identité en ce qui concerne The Flash), autant cette nouvelle proposition se distingue par sa vacuité. Positionnée entre Gotham pour l’esprit comic et Sleepy Hollow pour le spiritisme popcorn, la série créée par David Goyer (le scénariste des "Dark Knight") n’a ni la solidité narrative de la première, ni la fraîcheur fantaisiste de la seconde. Se reposant sur l’humour cynique de son héros en imper chiffonné (campé par l’agaçant Matt Ryan), Constantine fait preuve d’une paresse effarante lorsqu’il s’agit de créer des personnages singuliers et de raconter une histoire qui ne ressemble pas à une photocopie lessivée de tout ce qui s’est fait dans le genre (caster le Jeremy Davies de Lost dans la peau d’un énième scientifique borderline n’est qu’un des nombreux signes de cette fainéantise) Rien à voir donc dans cette série dépourvue à la fois de jouissance immédiate et d’horizon mythologique. Un conseil : revoir Angel qui, sur un pitch et dans un esprit similaire, faisait mille fois mieux il y a déjà 15 ans.

Note : 3/10

"Constantine" avec Matt Ryan, Harold Perrineau, Charles Halford ... Sur NBC.


 

2 /2

On zappe: "Benched"

On zappe: "Benched"

Le pitch :
Larguée par son mec, Nina Whitley, avocat dans un prestigieux cabinet, voit sa promotion lui passer sous le nez. Après une crise de nerfs au bureau, elle se retrouve avocat commis d’office à l’aide juridictionnelle.

Lancée sur la chaîne USA, qui héberge notamment les savoureuses Suits et White Collar, Benched n’a malheureusement pas le charme spirituel de ses deux aînées. Si l’énergie fébrile de l’interprète principale Eliza Coupe (vue dans Happy Endings) est plutôt communicative, l’humour est désuet et les gags pèsent des tonnes. Parfois à la limite du mauvais goût, Benched ne tire rien de nouveau de sa situation classique de "poisson hors de l’eau". Dans le genre judiciaire décalé, on préfère encore la pourtant faiblarde Bad Judge. C’est dire.

Note : 3/10

"Benched" avec Eliza Coupe, Jay Harrington, Carter MacInttyre ... Sur USA.

 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.