• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

Les pires couples des séries

Carrie et Aleksandr Petrovsky dans "Sex and the City" Dawson et Joey dans "Dawson" Rachel et Joey dans "Friends" Blair et le prince Louis dans "Gossip Girl" 9

Dans la fiction comme dans la vie, certaines histoires d'amour sont des évidences… et d'autres, pas du tout. Retour sur ces couples de séries qui, le temps d'un épisode ou d'une saison, nous ont sérieusement tapés sur les nerfs.

LIRE LA SUITE
1 /9

Carrie et Aleksandr Petrovsky dans "Sex and the City"

Carrie et Aleksandr Petrovsky dans "Sex and the City"

Entre le politicien aux pratiques sexuelles surprenantes (Bill), le romancier qui la plaque par post-it (Berger) et son amoureux de lycée interné en hôpital psychiatrique (Jimmy aka David Duchovny), Carrie s'est coltinée pas mal d'énergumènes. Le pire restant son dernier compagnon dans la série, Aleksandr Petrovsky, l'artiste russe prétentieux qui la pousse à déménager à Paris. Entre le mépris qu'il affiche pour ses amis lors de la scène du dîner, son insupportable assistant et son encore plus insupportable fille, difficile de lui trouver le moindre attrait. Il nous fait presque regretter la goujaterie de Big qui, lui au moins, avait de l'humour et du charisme. 
 
© HBO
 

2 /9

Dawson et Joey dans "Dawson"

Dawson et Joey dans "Dawson"

A force de voir Joey monter dans la chambre de Dawson par la fameuse échelle, on se disait bien qu'ils allaient finir par fricoter devant un énième visionnage des Dents de la mer. Et effectivement, après avoir été obsédé par la blonde Jen (Michelle Williams), le réalisateur en herbe craque pour son amie d'enfance à la fin de la première saison. Le hic ? Comme toujours dans ces cas (cf New Girl), ces deux-là forment un piètre couple, soporifique et sans aucune alchimie. Heureusement qu'on pouvait compter sur Pacey pour apporter un brin de romantisme.
 
© The WB
 

3 /9

Rachel et Joey dans "Friends"

Rachel et Joey dans "Friends"

Il arrive toujours un moment dans les séries où les scénaristes sont en manque d'inspiration pour booster la vie sentimentale de leurs héros. C'est aussi le moment où les pires idées surgissent : l'idylle improbable entre Rachel et Joey qui retombera comme un soufflé. Après s'être tournés autour pendant trois saisons, les deux personnages rompent à la fin de leur premier rencard raté. La preuve, s'il en faut, que cette intrigue servait simplement à remplir le vide jusqu'aux retrouvailles finales entre Rachel et Ross. D'autant que Joey devait être célibataire pour les besoins de son spin-off, lancé quelques mois après l'arrêt de Friends. Une vraie perte de temps. 
 
© NBC
 

4 /9

Blair et le prince Louis dans "Gossip Girl"

Blair et le prince Louis dans "Gossip Girl"

Au contact du Monégasque, Blair est devenue une princesse en détresse, bien loin de la manipulatrice à serre-tête flippante des premières saisons. Non seulement Louis a fait ressortir les aspects les plus ternes de sa personnalité, contrairement à Chuck, mais il était d'un ennui mortel, affichant constamment un visage mono-expressif. On préfère largement Hugo Becker en cuisinier dans Chefs ou en assistant parlementaire dans Baron Noir. Les séries françaises lui réussissent bien mieux...
 
© The CW
 

5 /9

Piper et Larry dans "Orange is the New Black"

Piper et Larry dans "Orange is the New Black"

D'un côté, une fille de bonne famille autocentrée qui passe son temps à pleurer ou à se prendre pour une pseudo-gangster. De l'autre, un journaliste raté qui utilise sa copine pour se faire mousser, puis la trompe avec sa meilleure amie (mariée aussi). Piper et Larry sont les pires êtres humains d'Orange is the New Black dans une série regorgeant pourtant de criminels (fantastiques). Heureusement (attention petit spoiler), les scénaristes ont eu la bonne idée de mettre un terme à notre supplice à la fin de la saison 2. 
 
© Netflix
 

6 /9

Mickey et Gus dans "Love"

Mickey et Gus dans "Love"

Pour son retour au format sériel, Judd Apatow a imaginé une anti-romcom mettant en scène la rencontre entre Mickey, une programmatrice radio, et Gus, professeur pour des enfants-stars, dans une épicerie de Los Angeles. Sans surprise, une histoire naîtra entre les deux trentenaires célibataires, mais sur un mode très tumultueux, fait de hauts et de coups bas, de sexe et de crises de colère. En misant sur des personnages polarisants, le roi de la comédie trash aurait pu réussir le cocktail drôle et irrévérencieux de You're the Worst. Mais ses deux héros, paumés et parfois antipathiques (surtout le nerd faussement gentil), sont les preuves vivantes que le célibat vaut mieux qu'une relation toxique. 
 
© Netflix
 

7 /9

Izzie et George dans "Grey's Anatomy"

Izzie et George dans "Grey

Après une soirée trop arrosée, Izzie et George se réveillent dans le même lit. Leur amitié est alors ruinée par des atermoiements amoureux et autres sentiments inavoués qui traversent les saisons 3/4. Au lieu d'une belle love story, les spectateurs découvrent un couple sans aucune étincelle, qui se sépare, comble de l'ironie, pour cause d'incompatibilité sexuelle. Shonda Rhimes avait surtout compris, un peu trop tard, le désamour des spectateurs pour cette intrigue secondaire.
 
© American Broadcasting Company
 

8 /9

Willow et Kennedy dans "Buffy contre les Vampires"

Willow et Kennedy dans "Buffy contre les Vampires"

A la fin de la saison 6, Willow perd son âme sœur Tara, tuée accidentellement par Warren dans une scène choc (les fans s'en souviennent encore). Après une phase de deuil de seulement quelques mois, elle cède rapidement aux avances de Kennedy, une tueuse de vampires, capricieuse et agaçante, arrivée depuis peu à Sunnydale. Une romance forcée et prématurée, qui ne tenait pas la comparaison avec les précédentes histoires de la sorcière, y compris avec Oz. 
 
© The WN
 

9 /9

Olivia Pope et Fitz dans "Scandal"

Olivia Pope et Fitz dans "Scandal"

Fil rouge de Scandal, la liaison entre Olivia Pope et le président Fitz a été ponctuée de rebondissements et de drames. Le prix à payer pour avoir un happy end ? Non, plutôt un schéma répétitif et épuisant : ils s'aiment, ils se cachent, ils se crient dessus, puis ils rompent (encore une fois). De quoi rendre fou même le personnage féminins le plus badass de la télévision. Espérons qu'on en a fini pour de bon avec Olitz.
 
© American Broadcasting Company
 

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.