• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

La rentrée des séries US, épisode 2

On teste: "Scream Queens" On garde : "Limitless" On teste : "Minority Report" On teste : "Blindspot" 5

Des "Scream Queens", les adaptations des films "Minority Report" et "Limitless"... Un air de déjà vu plane sur cette rentrée séries. Mais que valent les pilotes de ces shows ? Voici notre verdict.

LIRE LA SUITE
1 /5

On teste: "Scream Queens"

On teste: "Scream Queens"

Le pitch

En 1995, un membre de la sororité Kappa Kappa Tau décède lors d'une soirée. Vingt ans plus tard, un tueur en série déguisé en diable rouge terrorise le campus et particulièrement les étudiantes de ce club très select, dirigé par l'odieuse Chanel Oberlin (Emma Roberts).

Notre avis

Avec Scream Queens, Ryan Murphy s'autoproclame l'inventeur d'un nouveau genre, celui de ''la comédie horrifique''. En vrai, rien dans sa nouvelle création ne brille vraiment par son originalité. On retrouve un clin d'œil à Carrie, le côté rose bonbon/90s de Clueless ou l'absurdité de Fatal Games. Prenez tous ces éléments, rajoutez-y un personnage principal exécrable, quelques caricatures ambulantes et une bonne dose d'hémoglobine... Et vous aurez le cocktail surprenant de ce mix entre Glee et American Horror Story, un slasher assumé où les têtes tombent comme dans un épisode de Game of Thrones. Le principal défaut du pilote est d'être trop centré sur Chanel, l'archétype de la peste superficielle, dont la majorité des répliques suscitent le malaise. Après des débuts too much, la série s'améliore toutefois dans le deuxième épisode, nous offrant de bons moments de rire grâce au talent de Jamie Lee Curtis (la doyenne Cathy Munsch), Nasim Pedrad (Gigi) et Niecy Nash (Denise Hemphill).

Note: 6/10

"Scream Queens" de Ryan Murphy avec Emma Roberts et Jamie Lee Curtis, sur "Fox".

2 /5

On garde : "Limitless"

On garde : "Limitless"

Le pitch

À presque 30 ans, Brian Finch (Jake McDorman), un chanteur raté, ne sait toujours pas quoi faire de sa vie. En se rendant à un entretien d'embauche, il rencontre un de ses amis d'enfance. Ce dernier lui fait découvrir la NZT, une drogue qui lui permet d'utiliser 100% de ses capacités cérébrales.

Notre avis

Attendu comme un vulgaire recyclage du film du même nom, Limitless est plutôt une bonne surprise. Réalisé par Marc Webb (500 jours ensemble, The Amazing Spider-Man), le premier épisode s'enchaîne au rythme du cerveau dopé de Brian Finch. Pour immortaliser les nouveaux superpouvoirs du musicien, la série multiplie les gros plans, les montages rapides et les scènes d'action. Le tout, accompagné d'une voix off au débit effréné à la manière de The Flash. Une folle énergie se dégage de ce pilote qui s'offre, de surcroît, une guest-star de luxe. Toujours aussi charismatique, Bradley Cooper, qui reprend le rôle d'Eddie Morra, fait une apparition remarquée dans une séquence où il vole complètement la vedette à Jake McDorman. La suite s'annonce prometteuse.... A condition que la série ne devienne pas un énième cop show de CBS.

Note: 7/10

"Limitless" de Craig Sweeny avec Jake McDorman et Jennifer Carpenter, sur "CBS".

3 /5

On teste : "Minority Report"

On teste : "Minority Report"

Le pitch

2040. L'unité Pré-crime de la police de Washington avait pour mission d'arrêter les tueurs avant qu'ils ne passent à l'acte. Le programme était basé sur les visions de trois précogs, des enfants ayant la capacité de prévoir le futur. Quinze ans plus tard, cette division a été dissoute suite à des dysfonctionnements et les trois cobayes ont été libérés. Mais l'un d'entre eux, Dash, continue d'être hanté par ses prémonitions. Il s'allie donc à la détective Lara Vega pour partir à la chasse aux meurtriers.

Notre avis

Adapté d'un roman de Philip K.Dick, Minority Report de Steven Spielberg, sorti en 2011, était un vrai chef d'œuvre de science-fiction. Rien d'étonnant donc que l'annonce d'une suite télé ait été accueillie avec beaucoup de réserve. La série, imaginée par Max Borenstein, se déroule onze ans après les événements du film. Washington en 2055 pullule de drones, d'hologrammes et d'autres gadgets qui rendraient n'importe qui épileptique. Au cas où vous auriez oublié que l'action sé déroule dans le futur, quelques rappels sont glissés ici et là ( ''A notre époque, il y avait un truc qui s'appelait Tinder. C'est comme ça qu'on s'est rencontré ton père et moi'', dit la mère de Lara). Dépourvu de véritable signature esthétique, le show tend vers le procédural avec son duo habituel : Dash, le héros aux capacités hors-normes, et Lara, la jolie flic. Mais quelques éléments laissent espérer que ce sequel a de l'ambition. Au détour de quelques scènes, il est question du problème éthique et moral posé par le programme Pré-crime. Un sujet qui était au centre de l'œuvre d'origine. De même, la relation entre Dash, sa sœur Agatha et son frère jumeau Arthur promet quelques tensions dramatiques.

Note: 5/10

"Minority Report" de Max Borenstein avec Meagan Good et Stark Sands, sur "Fox".

4 /5

On teste : "Blindspot"

On teste : "Blindspot"

Le pitch

Une jeune femme (Jaimie Alexander) est retrouvée nue, dans un sac, en plein milieu de Times Square à New York. Elle n'a aucun souvenir de son identité, mais son corps entier est recouvert de mystérieux tatouages. Sur l'un d'eux figure le nom de Kurt Weller (Sullivan Stapleton), un détective du FBI.

Notre avis

Une vision surréaliste de Times Square, un gros plan sur un sac posé au milieu de nulle part, une femme qui surgit, sous le choc... Blindspot soigne son entrée en matière et distille, dès les premières minutes, une bonne dose de suspens. Sans être révolutionnaire, l'épisode pilote de ce thriller est solide grâce à de nombreuses scènes d'action, un couple d'acteurs qui fonctionne et assez de mystère pour donner envie au spectateur de revenir au prochain round.

Note: 5/10

"Blindspot" de Martin Gero, avec Jaimie Alexander, Sullivan Stapleton, Audrey Esparza... sur "NBC".

5 /5

On zappe : "Life in Pieces"

On zappe : "Life in Pieces"

Le pitch

La série suit le quotidien de la famille Short. Dans l'épisode pilote, Greg, le cadet, assiste à l'accouchement de sa femme. Matt, le deuxième de la fratrie, a un premier rencard désastreux, tandis que Tim, l'aîné, accompagne son fils à la journée portes ouvertes d'une université.

Notre avis

''Une grande famille. Quatre petites histoires''. Nouvelle comédie de CBS, Life in Pieces fait un choix audacieux en matière de storytelling: diviser chaque épisode en quatre actes consacrés aux membres de la famille Short (les trois fils et les parents). Une naissance, un anniversaire, un début de relation... Le premier épisode se concentre sur des étapes décisives de la vie d'adulte, mais privilégie des situations assez convenues. Ce format segmenté, calibré pour nos cerveaux de zappeurs, empêche tout approfondissement des personnages. Au jeu des comparaisons, Modern Family gagne haut la main dans la catégorie série intergénérationnelle.

Note: 4/10

"Life in Pieces" de Justin Adler avec Dianne Wiest, James Brolin et Colin Hanks, sur "CBS".

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.