• covfefe-GLAM-snippet-LVV

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Septembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
“Big Little Lies”, une série réussie avec un beau casting
1 /4

“Big Little Lies”, une série réussie avec un beau casting

C'est l'événement de ce début d'année. A partir du 20 février, HBO et OCS diffusent "Big Little Lies", une mini-série avec Reese Witherspoon, Nicole Kidman, Shailene Woodley et Zoe Kravitz. A ne pas rater !

De la vie, des mystères, mais aussi des monstres… Alors que sa fille lui demande ce que contient l'océan, Madeline (Reese Witherspoon) se lance dans une vague énumération, avant de se ressaisir : “mais qui sait vraiment ce qui se trouve sous la surface ?”. Si cette interrogation en forme d'avertissement a tant de résonance, c'est qu'elle symbolise l'esprit de Big Little Lies : montrer que derrière les sourires de façade se cachent des êtres meurtris.

 

Créée par David E.Kelley (showrunner d'Ally McBeal), la mini-série événement de HBO est adaptée du best-seller éponyme de Liane Moriarty. Prenant pour cadre la charmante ville côtière de Monterey, l'intrigue met en scène cinq mères dont les enfants fréquentent la même école. Madeline, femme au foyer caractérielle, Bonnie (Zoe Kravitz), la nouvelle épouse baba cool de son ex-mari, Celeste (Nicole Kidman), ex-avocate au mariage (en apparence) parfait, Jane (Shailene Woodley), une maman solo tout juste installée, et Renata (Laura Dern), femme d'affaires à qui tout réussit.  

Contrairement aux apparences, Big Little Lies n'est pas une chronique de la vie dans une banlieue chic. Dès la scène d'ouverture, on comprend que la série prend pour fil rouge un meurtre, dont on ne connaît même pas la victime. Les flashbacks permettent toutefois de remonter à l'incident déclencheur : la fille de Renata est attaquée en classe par le fils de Jane. Les sept épisodes dévoilent comment cet incident balaye le voile des faux-semblants et provoque une véritable guerre des clans.

 

A coups de flashbacks, la série vogue entre le présent (l'enquête et les interrogatoires qui offrent un point de vue omniscient), les événements ayant conduit au meurtre, et des visions qui hantent les personnages. Les va-et-vient dans le temps sont parfois maladroits, mais ils génèrent aussi une vraie impression de fatalité. “Si elle n'était pas tombée à ce moment-là, peut-être que rien ne serait arrivé, personne n'aurait été tué”, relate par exemple un des témoins. Les personnages semblent d'autant plus s'avancer vers une destinée tragique que les épisodes sont ponctués de flashs prémonitoires. Coutumier de ce genre d'effets de style dans Wild (avec Reese Witherspoon, tiens), le réalisateur Jean-Marc Vallée s'en est donné à coeur joie dans le style sensoriel et parfois épileptique.

Avec ses plans d'océan déchaîné, de villa au bord de l'eau, de discussions sur la plage, Big Little Lies n'est pas sans rappeler le Montauk de The Affair. Et ce n'est pas la seule similitude : la série de Showtime s'appuyait sur une intrigue policière pour explorer le mariage et l'adultère. Celle-ci, l'utilise pour dresser des portraits de femmes dans toute leur complexité, confronter les on-dit à la réalité.

 

Ainsi, les interrogatoires des témoins, entrecoupant le récit, font écho aux ragots ponctuant des petites bourgades comme Monterey. Mais ils s'entrechoquent et sont immédiatement contredits par des scènes remémorées, faisant la part belle aux conversations intimes et aux moments silencieux. Dans l'apparent confort du foyer, à l'abri des regards, on découvre la violence du quotidien, les relations malsaines, les angoisses et les rancoeurs. Madeline apparaît comme une femme pêtrie d'inquiétudes, Celeste, complètement anéantie par son époux, Renata, en rupture avec le monde qui l'entoure. Des moments caractérisés aussi par des images de solitude, un gros plan sur un visage soucieux, une héroïne filmée de dos alors qu'elle observe seule les vagues.  

Notons aussi que Big Little Lies ne serait rien sans son casting cinq étoiles. On aurait aimé davantage de diversité, mais toutes les actrices sans exception se fondent parfaitement dans leurs rôles, en particulier Reese Witherspoon qui apporte une touche d'humour salutaire. En produisant cette mini-série, la star de La Revanche d'une blonde souhaitait faire bouger les lignes, proposer des rôles plus consistants aux femmes, souvent reléguées aux rang de faire-valoir. Elle nous offre plus que cela, une fiction brillante, profonde et haletante.  
 

Big Little Lies de David E. Kelley avec Reese Witherspoon et Nicole Kidman. Diffusion à partir du 20 février sur OCS City génération HBO.

Loginnn

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.