• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir

8 web-séries géniales à rattraper

La plus ambitieuse : "High Maintenance" La plus connectée : "Les textapes d La plus hilarante : "The adventures of Awkward Black Girl" La plus élégante : "The Impossibilities" 8

Des mini-formats, mais de grandes idées... Avec leurs concepts audacieux, les séries made in internet séduisent à la fois les internautes et les chaînes de télévision. Florilège des web-fictions à ne pas rater.

LIRE LA SUITE
1 /8

La plus ambitieuse : "High Maintenance"

La plus ambitieuse : "High Maintenance"

Dealer n'est pas un job de tout repos comme le prouve cette web-serie, créée par Ben Sinclair et Katja Blichfeld. A Brooklyn, un livreur de cannabis à domicile se retrouve confronté à des clients pas toujours commodes. Loin d'être un simple stoner show rempli de junkies, High Maintenance met en scène des personnages du quotidien. Chaque portrait est l'occasion d'aborder de sujets plus ou moins graves, allant de la solitude à l'identité sexuelle. En deux saisons, la production de Vimeo s'est fait un nom sur la toile, attirant même l'attention de HBO. La chaîne câblée a commandé 8 épisodes pour son service à la demande.

2 /8

La plus connectée : "Les textapes d'Alice"

La plus connectée : "Les textapes d

"Je crois que les likes me font plus d'effet que les cunnilingus", "Un mec qui a son propre Wikipédia ne peut pas vraiment être honnête"... On passerait la journée à citer toutes les punchlines dont regorge Les Textapes d'Alice. Inspirée du Tumblr d'Angela Soupe, cette coproduction France Télévisions raconte les tribulations amoureuses d'une trentenaire accro à Facebook, Twitter et Adopte un mec. La loose du célibat a été maintes et maintes fois exploitée dans les séries, mais rarement avec autant de cynisme et d'audace formelle.

3 /8

La plus hilarante : "The adventures of Awkward Black Girl"

La plus hilarante : "The adventures of Awkward Black Girl"

"Je m'appelle Jay, je suis bizarre et noire". En 2011, Issa Rae est devenue une star de YouTube en narrant les péripéties d'une vingtenaire socialement inadaptée. Cette pépite du web d'une grande intelligence met en scène des personnages loufoques et s'amuse des préjugés auxquels sont confrontés les afro-américains. Si on regrette le côté amateur de la réalisation, difficile de ne pas saluer l'humour ravageur de la créatrice et actrice principale qui planche d'ailleurs sur un projet de show pour HBO. Aurait-on trouvé la future Lena Dunham ?

4 /8

La plus élégante : "The Impossibilities"

La plus élégante : "The Impossibilities"

Willa est une future prof de yoga adepte de la zen attitude. Springer, un magicien pour enfants à l'ego démesuré. Le chemin de ces deux individus, à la personnalité diamétralement opposée, va se croiser au détour d'une soirée. The Impossibilities raconte une histoire assez banale, celle d'une amitié improbable entre deux individus qui voguent entre galères de boulot et échecs amoureux. Sa mise en scène soignée, digne d’un grand network, servi par une brochette d'acteurs talentueux, la classe toutefois au panthéon des meilleures nouveautés de l'année.

5 /8

La plus engagée : "Le Meufisme"

La plus engagée : "Le Meufisme"

Une web-série "par, pour, et avec d'la meuf". A travers le personnage de JF, une nana lambda, les comédiennes Camille Ghanassia et Sophie Garric dégomment avec beaucoup de second degré les stéréotypes et les diktats de la société. Les tutos beauté infaisables, le harcèlement de rue à 1h du mat', l'envers des soirées entre filles, le tabou des règles... Toutes les problématiques féminines sont passées à la moulinette avec un ton faussement girly, mais vraiment irrévérencieux. L'utilisation de la voix-off et le montage nerveux rappellent beaucoup Bref. Pas étonnant donc que Canal + ait été séduit par le concept et produise désormais le projet.

6 /8

La plus rétro : "Whatever Linda"

La plus rétro : "Whatever Linda"

New York, 1978. Après un divorce, Linda se retrouve seule et fauchée. Embauchée comme secrétaire dans une banque à Wall Street, elle imagine un plan pour voler de l'argent à des riches clients. Une arnaque de grande ampleur qui ne va pas tarder à se retourner contre elle. Inspirée par l'arrestation de Bernard Madoff, les Canadiennes Julian De Zotti et Hannah Cheesman, ont voulu revisiter cette histoire de criminel en col blanc d'un point de vue féminin. Le résultat ? Une web-série d'époque, filmée comme un mauvais rêve, qui vous tiendra en haleine dès les premières minutes.

7 /8

La plus réaliste : "Authentik"

La plus réaliste : "Authentik"

Rares sont les fictions télé françaises qui s'aventurent au-delà du périphérique. Pour une peinture fidèle – comme son nom l'indique – de la banlieue, il faut regarder du côté d'Authentik réalisé par Anthony Lemaître. Dans ce feuilleton, Ben, Carine, Puma, Culioli et Nawel parlent d'amour, de 2Pac et du droit de vote, assis sur un banc. Vous l'aurez compris, on est loin des fantasmes sur les jeunes des quartiers et le résultat est très réussi. A tel point que la web-série a été primée au Web Fest de Los Angeles et au Festival de La Rochelle.

8 /8

La plus grandiloquente : "Break-ups"

La plus grandiloquente : "Break-ups"

Des cœurs brisés, des crises de colère, des soupçons d'adultère... Produite par la chaîne RTS, Breaks-up propose dix variations sur le thème de la rupture. Le réalisateur Ted Tremper capture les derniers moments d'une relation qu'elle soit entre deux colocataires qui regrettent un coup d'un soir, un couple marié depuis des années ou une prostituée et son client. Les pastilles sont inégales, mais souvent surprenantes, drôles ou touchantes.

Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.