• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

WorkinGirls : la guerre des meufs

WG

WorkinGirls, la nouvelle comédie de Canal+, se fiche des bonnes manières. Sketches délirants sur la vie au bureau de six femmes, des héroïnes caricaturales, la série ose des blagues politiquement incorrectes, et nous donne autant de raisons d’en rire.

Stéréotypes délirants
Les six héroïnes de WorkinGirls feraient hurler d’horreur toute téléspectatrice non prévenue : il y a Karine, la patronne, despote narcissique, méprisant et raciste, Nathalie, son assistante, mère de famille nombreuse le nez dans les couches et qui pue le lait caillé, Déborah, la DRH nymphomane, qui couche avec tous les hommes de la boîte, Hélène, chef de projet neurasthénique, vieille fille aux tendances suicidaires, et Sophie et Sophie, les filles de l’accueil, qui passent leur temps à cloper et à picoler sans décrocher le téléphone. Bref, une belle brochette de stéréotypes féminins, tous hystériques… et tous hilarants, car tellement excessifs et caricaturaux qu’il faudrait être dingue pour prendre leur folie au premier degré.

Féminité affirmée
Les héroïnes de WorkinGirls sont des femmes libérées, indépendantes. Sous la caricature, elles affirment leur féminité, celle de la quadra dynamique, celle de la mère de famille ronde, même celle de la célibataire dépressive, qui cherche à faire le deuil de son hamster pour enfin s’épanouir sexuellement. Si elles ne changent jamais de costume – un étonnant choix des scénaristes – elles n’en revendiquent pas moins leurs personnalités à part, chamarrées, leur humanité face à des seconds rôles masculins réduit au rang de souffre-douleurs, d’objets sexuels ou, pire, de plantes vertes.

Les femmes aussi ont le droit de péter
Elle a beau jouer sur les stéréotypes, WorkinGirls n’est pas loin d’être une série féministe. Un féminisme scato, trash, qui dit haut et fort ce que la plupart ne disent que sous la couette : les femmes aussi ont le droit de péter. Les femmes aussi ont le droit d’uriner dans les parkings souterrains. Les femmes aussi peuvent être des patronnes méprisantes. Les femmes aussi peuvent être méchantes, fumer comme des pompiers, picoler comme des trous et parler cul dans l’ascenseur. Un féminisme par le négatif, donc, pour que la télé arrête de jouer les saintes-nitouches en ne mettant en scène que des filles lissées, parfaites, qui n’ont leurs règles que tous les dix ans et ne sont jamais constipées !

Nains, roulants et chinetoques
WorkinGirls ose aussi une bonne dose de politiquement incorrect. Si les femmes en prennent pour leur grade et que les hommes sont – parfois littéralement – piétinés, les blagues limite limite visent aussi les personnes de petite taille (Karine en a une trouille bleue et préfère les appeler des nains), les handicapés (la patronne, décidemment une femme raffinée, parle de "roulants" et s’étonne "on en a tant que ça !?"), les Asiatiques (quand un homme d’affaire Chinois se présente à l’accueil, on lui commande un menu B12, des nems et des litchis en plissant les yeux), les Africains (quand un Mr. M’Bobo se présente à son tour, Sophie et Sophie éclatent de rire et Karine prend un accent africain digne de Michel Leeb) et… à peu près tout le monde. Evidemment, tout manque de second degré entrainerait là encore une grave confusion…

Les joies de l’open space
S’il fallait trouver un modèle à WorkinGirls – outre Toren C, série hollandaise dont elle est une adaptation – ce serait The Office et sa boîte de doux dingues martyrisés par un patron tellement fier qu’il en oublie qu’il est une buse. Peu de séries osent plonger dans l’open space, cette quatrième dimension dans laquelle plus de 60% d’entre nous travailleraient aujourd’hui, royaume de la proximité et de l’intimité quasi inexistante. Un monde tellement cruel qu’on s’y fait des croche-patte, qu’on s’y jette à la figure toutes sortes d’objets plus ou moins contondants – téléphones, agrafeuses, rouleaux de scotch – et qu’on finit même par s’y entretuer pour de bon ! L’ascenseur, la machine à café, les toilettes, la salle de réunion, grâce à WorkinGirls, vous pourrez enfin vous défouler sur le décor merveilleux de votre journée de boulot.


WorkinGirls, c’est le jeudi vers 22h15 sur Canal+, après les Desperate Housewives.
 

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.