• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"The Comeback" : le (deuxième) retour gagnant de Lisa Kudrow ?

"The Comeback" : le (deuxième) retour gagnant de Lisa Kudrow ?

Créée et incarnée par l’ex-Friends Lisa Kudrow en 2005, cette comédie très noire était la plus pertinente de la télévision américaine. Près de dix ans après son annulation : HBO offre un come-back à "The Comeback". Retour gagnant ?

5 juin 2005 : un an après la fin larmoyante de Friends, Lisa Kudrow, éternelle copine américaine aussi étrange qu’attachante, se reconvertit en martyr d’un show business au sommet de son cynisme.

La télé-réalité d’avant la télé-réalité

Dans The Comeback, elle campe Valerie Cherish, ex-tête d’affiche d’une sitcom populaire des années 1980 prête à vendre son âme pour retrouver sa place sous le feu des projecteurs. Valerie devient alors l’héroïne d’une émission de télé-réalité également baptisée The Comeback qui suit ses tentatives désespérées et autres échecs cuisants. Les rush non montés de moments ultra-gênants (qui devraient être coupés… mais sont finalement, dans la plus pure tradition de la télé-réalité, utilisés et amplifiés) constituent le prisme à travers lequel on regarde la série.

Pendant 13 épisodes, il devient alors difficile de savoir qui de Lisa Kudrow - actrice cannibalisée par le succès de Friends - ou de Valerie Cherish - contrainte d’accepter un rôle de faire-valoir grotesque dans une mauvaise série comique - est en train de s’exprimer. D’une cruauté rare, dénuée de personnages sympathiques, la série en devient presque difficile à regarder : pour illustrer l’hypocrisie du milieu, sa misogynie et son obsession de la jeunesse, Lisa Kudrow, qui co-écrit The Comeback avec Michael Patrick King (auteur et réalisateur de Sex and The City) n’hésite pas une seconde à prendre tous les coups. Le duo livre alors la première méta-série, une critique d’Hollywood aussi brillante qu’acerbe.

Chronique d’un échec annoncé

Mais face aux audiences médiocres et aux critiques dubitatives, HBO décide de ne pas reconduire la série sur une seconde saison. "Le public n’est pas prêt", estime la chaîne câblée. Logique : nous sommes en l’an 2 avant la sextape de Kim Kardashian, l’incarcération de Paris Hilton et la boule à zéro de Britney Spears.

Annulée, The Comeback se voit pourtant nominée trois fois aux Emmy Awards; un hommage posthume mais bien réel qui prouve que la série avait rencontré son public : les professionnels de l’entertainment américain, parmi lesquels Lena Dunham et Kevin Smith, David Bowie (qui demanda à HBO de lui envoyer un DVD de la saison 1 avant même la fin de sa diffusion) et Seth Rogen, qui apparaîtra dans la saison 2.

À l’époque, ils sont à peu près les seuls sensibles aux différents niveaux de lecture de The Comeback : assoiffée d’exposition médiatique, une ex-gloire de sitcom se fait le jouet d’une émission de télé-réalité trash sous le faux prétexte de vouloir initier le public aux dessous du petit écran. Hissée au rang de série culte par une poignée de connaisseurs (le Guardian la cite parmi les séries beaucoup trop en avance sur leur temps et Entertainment Weekly la classe dans les 10 meilleures séries des années 2000), The Comeback est très vite oublié par le reste du monde.

Le comeback de The Comeback

Dix ans plus tard, l’audience - biberonnée à la mauvaise télé-réalité sous toutes ses formes - est mûre, et le marché aussi. De Arrested Development à Twin Peaks (prévu pour 2016) en passant par Dallas et 24h Chrono, on n’avait jamais vu autant de shows ressusciter. Alors quand des employés de HBO proposent de combler une case de programme vide par une nouvelle saison de The Comeback, la chaîne câblée n’hésite pas longtemps à rappeler Lisa Kudrow et Michael Patrick King.

Diffusé dimanche 9 novembre, le premier épisode de la saison 2 enfonce le clou de son esprit méta, en tapant sur les doigts de la chaîne qui lui a donné la vie (avant de la lui reprendre 13 épisodes plus tard) : HBO. Clichés avant-gardistes, obsession pour l’humour dark - qui ne fait pas rire mais fait pleuvoir les récompenses, complicité paresseuse des médias, cadres fumeurs de clopes électroniques… tous les travers de la chaîne y passent.

Valerie Cherish a quant à elle fait une apparition dans Les Experts, un “film indé” (comprenez : un projet d’étudiants sans budget), et failli échouer dans le cimetière indien de la dignité : l’émission The Real Housewives of Beverly Hills. The Comeback n’a rien perdu de sa cruauté, et fait même dans la surenchère en envoyant la pauvre héroïne chercher un retour de hype sur la chaîne câblée, laquelle s’apprête à lancer une dramedy (“c’est comme une comédie mais sans les rires”, explique naïvement Valerie Cherish) directement inspirée de sa propre descente aux enfers. Moins innocente mais tout aussi zélée qu’il y a dix ans, elle n’a pas perdu sa soif de gloire et se retrouve finalement à auditionner pour jouer son propre rôle. Une spirale d’humiliation qui résonne joliment avec l’actualité de ces derniers jours.

Deuxième saison de The Comeback, de Lisa Kudrow et Michael Patrick King avec Lisa Kudrow, Malin Akerman et Robert Bagnell, diffusion prévue courant 2015 sur Orange OCS.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.