Actuellement en kiosque !

GL cover mag Novembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

"The Bold Type" : 6 contre-vérités sur le métier de journaliste de mode

"The Bold Type" : 6 contre-vérités sur le métier de journaliste dans une rédaction

Depuis le 11 juillet 2017 la série "The Bold Type" raconte le quotidien de trois jeunes femmes au sein d’un magazine féminin sur Freeform. L’occasion de faire le point sur les fausses vérités sur le métier de journaliste dans la presse féminine.

Inspirée de la vie de Johanna Coles, ancienne rédactrice en chef de l’édition américaine de Cosmopolitan, The Bold Type dresse à travers le personnage de Jane, une rédactrice en herbe de Scarlet Magazine, le métier de journaliste dans la presse féminine. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que certaines habitudes, loin de la réalité, nous on fait tiquer :


1. On ne se retrouve pas toutes les heures entre collègues dans le "Shopping"

"Le shopping", c’est le nom donné à la pièce où se trouve l’ensemble des vêtements reçus de la part des marques pour les shootings photos pour le magazine. Et même si on rêverait, à l’image de Sutton, Kat et Jane de pouvoir se retrouver toutes les heures à discuter entre collègues au milieu de manteaux en fausse fourrure et escarpins haute-couture, ce n’est pas le cas.  

2. On n’écrit pas un seul article par semaine

Eh non, le rythme n’est pas aussi "cool" que chez Scarlet. A l’inverse de Jane, qui depuis le début de la série n'en a écrit que seulement cinq, nous on est plutôt autour d’une dizaine d’articles par personne et par semaine.


3. Nous n’allons pas en "date" avec nos collègues masculins

 Au cas où vous ne seriez pas au courant, la rédaction de GQ magazine est juste à côté de la nôtre. Mais, ce n’est pas une raison pour sortir tous les soirs avec nos collègues masculins. Dans la série, Jane entretient une relation avec Ryan Decker, un rédacteur de Pinstripe Magazine.

 4. On n’envoie pas les assistantes (ou stagiaires) chercher des cafés et des jus detox à longueur de journée

Ici, les stagiaires (dont moi) participent activement à la vie de la rédaction mais ne vont jamais chercher des boissons pour toute l’équipe. Bon, il faut dire aussi que la machine à café est juste à côté de notre open space. On ne va pas abuser.


5. On ne s’habille pas en tenues de créateur

On déteste vous décevoir mais on ne fait pas un défilé de mode par jour. Le code vestimentaire est plutôt à la cool. En clair, chacun vient comme il le souhaite. On ne peut pas en dire autant pour les actrices de The Bold Type. Avec leurs sac Saint Laurent, leurs chaussures Miu Miu, leurs tops Zimmerman ou encore leurs vestes Gucci et Burberry, Jane, Kat et Sutton sont plutôt à la pointe des tendances.

6. Il n'y a pas de drogue dans les petits fours servis lors des présentations presse

Dans la série, Sutton fait ses premiers pas à un événement presse et se retrouve malade après avoir dégusté trop de gâteaux à base de marijuana. Nous, c’est plutôt la Guinguette d’Angèle qui nous régale de nourritures saines. On est loin du cannabis dans les petits fours…

LIRE LA SUITE
Ava Skoupsky
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.