• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Série : The Hour, pile à l’heure

The hour

Sur les pas d’un trio de journalistes londoniens en quête de vérité en pleine Guerre Froide, cette cousine britannique made in BBC de Mad Men mêle suspense, Histoire, politique et élégance. On vous donne 5 bonnes raisons d’y jeter un coup d’œil.

1. Parce que The Hour revient sur la naissance d’une certaine télévision.

Celle du journalisme télé d’investigation, d’un véritable contre pouvoir, par opposition aux bonnes vieilles actualités, platement récitées et sans recul critique. La série débute à l’été 1956, quelques jours avant le début de la guerre de Suez. Freddie Lyon, un reporter intrépide, Bel Rowley, sa productrice, et Hector Madden, un présentateur, lancent The Hour, la première émission de journalisme d’investigation de la BBC. La série recréée, avec une grande minutie, les plateaux de l’époque, les vieilles caméras, les téléviseurs tremblotants, etc. Surtout, elle confronte l’envie de vérité des journalistes et les tentatives de censure du gouvernement, qui voit d’un mauvais œil que le nouvel opium du peuple serve à contredire ses décisions et à contester ses opinions.

2. Parce que c’est un thriller captivant.

En pleine Guerre Froide, on ne laisse pas les journalistes mener tranquillement l’enquête. Surveillé, suivi, menacé, Freddie Lyon est d’autant plus en danger qu’il fouille dans une affaire d’assassinats qui pourrait être liées aux services secrets anglais et soviétiques : un professeur et une de ses proches sont victimes d’un « accident » et d’un « suicide » suspects. Rues sombres, téléphones sur écoute, fumées de cigarettes, insomnies sur fond de musique jazz, The Hour reprend avec élégance les codes des classiques du cinéma d’espionnage.

3. Parce que les 50s et les 60s sont irrésistibles.

Depuis l’arrivée sur les petits écrans américains de Don Draper et de ses collègues de Mad Men, la télé se replonge dans les trente glorieuses, avec un appétit particulier pour les années 1955-1965. Dans The Hour, comme dans Mad Men, on fume, on boit du whisky sans retenu, on conduit vite et sans ceinture, on jouit sans retenue – ou presque. Les hommes portent la cravate avec classe et nonchalance, les femmes sont belles en jupes tulipes, les montures de lunettes sont subtilement larges, les cheveux savamment gominés. N’est pas Don Draper qui veut, mais Hector Madden et Freddie Lyon confirment la tendance : les 50s et les 60s sont chic.

4. Parce que les femmes ne se laissent pas faire.

The Hour raconte aussi le combat de Bel, la productrice de l’émission, jeune femme indépendante qui tente de s’imposer dans un monde d’hommes. Une cousine de Peggy dans Mad Men, qui impose son caractère et ses décisions contre vents et marrées. A ses côtés, une féministe à l’ancienne, célibataire aventureuses, ancienne reporter de guerre, Lix. La subtilité de la série, c’est de ne pas leur opposer des personnages masculins aussi grossiers et agressifs que dans Mad Men, mais de faire sentir leur mépris ou la distance qu’ils mettent entre eux et les femmes dans des petits riens du quotidien.

5. Parce que ses acteurs sont formidables.

Ben Whishaw, qui incarne Freddie Lyon, vu dans Bright Star de Jane Campion et Le Parfum, est un futur grand. Regard profond, présence magnétique, il offre à son personnage une aura unique, fragile, passionnée et romantique. Aussi doué dans la comédie, il incarnera bientôt une version rajeunie de Q, le spécialiste des gadgets de James Bond. A ses côtés, Romola Garai, vue dans Scoop de Woody Allen, est parfaite de détermination et d’intelligence en Bel. On est enfin ravi de revoir Dominic West, héros de Sur Ecoute (la meilleure série de tous les temps, pour ceux qui ne la connaitrait pas encore), qui a troqué son accent de flic de Baltimore pour la subtile arrogance d’Hector, beau-fils de grande famille, au charme sans gène d’un disciple de Don Draper.                                                                                                                         

The Hour, le mardi à 20h40 sur Orange Cinémax. Une saison 2 est en préparation pour la BBC.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.