• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Série : "Irresponsable", la comédie de la génération Y ?

La comédie régressive "Irresponsable"

Drôle, moderne, bien interprétée… "Irresponsable", diffusée à partir de ce lundi sur OCS, fait souffler un vent frais sur les séries françaises. A ne pas rater.

Les comédies françaises n’ont jamais autant brillé qu’en 2016. Après l’excellente Dix pour cent, c’est au tour du groupe OCS de créer la surprise avec leur nouvelle création originale, imaginée par un ancien élève de la filière séries de la Fémis, célèbre école de cinéma. Soit l’histoire de Julien, 31 ans, fauché, au chômage, et contraint de retourner vivre chez sa mère à Chaville. Il découvre alors, au détour d’un dîner au restaurant chinois, qu’il est papa d’un ado de 14 ans, conçu avec son amour de jeunesse Marie.

A l’instar de Bref à son époque, Irresponsable séduit par son aspect moderne et contemporain. Pas d’addiction au smartphone ou de date Tinder, mais une vision très juste de la difficulté à devenir adulte. "L’idée était de montrer ce que signifie être un trentenaire en 2016. J’ai l’impression qu’il y a davantage d’écart dans notre génération : d’un côté, ceux qui sont posés et mariés, de l’autre, ceux qui vivent encore comme des adolescents", explique Frédéric Rosset, créateur de la série. Terré dans une chambre dont la déco n’a sans doute pas changé depuis les 90s (photo de l’album de Nada Surf, figurines de dinosaures, et skate trônant au milieu de la pièce), Julien se fait chouchouter par une mère poule (qu’il appelle d’ailleurs 'mômannn'). Une femme typique de ces parents qui surprotègent leurs enfants au point de leur couper les ailes (aussi appelés parents hélicoptères). "J’ai l’impression que, beaucoup d’entre nous, ont été élevés par des parents soixante-huitard, mais qui ne nous poussaient pas assez à sortir du nid", affirme le scénariste. 

Un éternel ado

Julien a tout du boomerang kid typique, mais l’aspect générationnel s’arrête là : il fuit davantage les responsabilités que la crise économique. "Je me suis rendu compte, après coup, que la question du rapport au travail n’était pas vraiment abordée. Je n’avais que dix épisodes de 26 minutes et j’avais des thèmes plus importants à traiter. Mais cela reste une piste pour la suite", affirme Fréderic Rosset. Si le trentenaire passe un entretien d’embauche, c’est parce qu’il est poussé par sa mère, et non, par envie, de retourner dans le monde actif. Comme le protagoniste de la comédie Libre et assoupi de Benjamin Guedj (2014), sa seule ambition est de glander toute la journée. La force comique de la série réside d’ailleurs dans son comportement d’adolescent, plus intéressé par la fumette et les jeux vidéo que par l’idée de reprendre sa vie en main. Même sa sexualité prête à rire tant elle est ponctuée de moments de malaise et d’occasions manquées le confortant à un stade régressif. Un décalage d’autant plus flagrant que Julien est confronté à des anciens compagnons qui, eux, ont grandi : Marie, devenue mère très jeune, ou encore son copain Adrien, ex-stoner désormais policier. Sa rencontre avec un autre fantôme de son passé, un ancien prof de collège qui l’avait humilié, est d’ailleurs un des moments les plus drôles de la série.

L'influence du teen-movie

Un nouveau rôle de père, un détour au poste de police, des gaffes en série… En confrontant son héros maladroit à des situations qui le dépassent, Irresponsable n’échappe pas toujours aux clichés, notamment quand elle tend vers le teen movie trash façon American Pie. Reste que les dialogues sont ciselés, les gags efficaces, et surtout, le timing comique de Sébastien Chassagne est imparable. L’acteur se fond parfaitement dans ce rôle, apportant la bonne dose d’humour et de tendresse au personnage. Malgré son immaturité, impossible de nier l’amour qu’il porte à son ex-copine ou à son fils Jacques (Theo Fernandez vu dans Trois souvenirs de ma jeunesse), avec lequel se forme une véritable bromance. Une relation servant pour tous deux de rempart contre le monde adulte et dont Chaville est le terrain de jeux. En ce sens, le cadre de cette banlieue calme aux ruelles quasi-vides, colle parfaitement au doux spleen qui saisit parfois Julien… et donne à l’ensemble une atmosphère aussi actuelle qu’intemporelle. 

Irresponsable de Fréderic Rosset, la saison 1 diffusée à partir du 20 juin à 22h30 sur OCS City et en intégralité sur OCS Go. 


 

À lire aussi

Pourquoi vous allez adorer la série  Dix pour cent
Pourquoi vous allez adorer la série "Dix pour cent"

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.