• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Série : 3 raisons (urgentes) de se mettre à "Orphan Black"

Série : 3 raisons (urgentes) d’adopter Orphan Black

Précédée d’un buzz retentissant, la petite série canadienne débarque en France sur Sy Fy. Il n’est pas trop tard pour rejoindre le club. Attention, dépendance inévitable.

Pour son concept hyper-addictif
Imaginez : vous êtes témoin d’un suicide sur le quai du métro, et l’inconnue qui se jette sous la rame vous ressemble comme deux gouttes d’eau. Flippant, non ? C’est l’expérience faite par Sarah, une marginale qui vit de petites embrouilles. La jeune femme en profite pour troquer sa galère contre l’existence plus bourgeoise de son sosie… mais se découvre bientôt d’autres jumelles et un ennemi commun qui tente de les supprimer. A la croisée de la science-fiction et du fantasme girly (jouer à être une autre, on en a toutes rêvé), cette intrigue à tiroirs nous prend par le col pour ne plus nous lâcher.

Orphan Black ne se contente pas d’exploiter à fond son mystère initial, elle le démultiplie à mesure qu’apparaissent de nouveaux doubles de Sarah. Une mère psychorigide, une geekette surdiplômée, une tueuse des pays de l’Est… Qu’ont en commun ces clones et qui veut leur faire la peau ? Millefeuille narratif dont on ne viendrait jamais à bout, la série, aussi divertissante que magline, explore les vertiges de l’identité. Et c’est ce qu’on a vu de plus jouissif depuis longtemps. Lancer le pilote, c’est risquer de se retrouver au même endroit dix heures plus tard, les yeux rouges et déjà en manque. On vous aura prévenues.

Pour son actrice-caméléon
En 2013, personne ne la connaissait hors des frontières de son Canada natal. Cette année, Tatiana Maslany, qui a déjà plus de quinze ans de carrière au compteur, était nominée aux Golden Globes. Entre les deux ? Un rôle dix en un, celui de Sarah et de ses clones, qui permet à l’actrice de 28 ans de dévoiler toutes les facettes de son art. Orphan Black (dont les personnages secondaires, à l’exception du meilleur ami gay, sont plus inégaux) mise tout sur le charisme versatile de son héroïne. Avec son physique atypique, qui change des starlettes hollywoodiennes stéréotypées, Tatiana Maslany parvient à faire exister toutes ses incarnations sans forcer le trait, par-delà les effets de travestissement. « Je me suis beaucoup servie de la danse. Différentes manières de bouger son corps… C’est la chose la plus amusante du monde ! » Hautement ludique pour nous, cette performance est, pour elle, la carte de visite idéale pour séduire les directeurs de casting.

Parce que c’est déjà culte
Plus une seconde à perdre. A l’heure où vous lisez ces lignes, Orphan Black est déjà en train d’amorcer sa descente sur la courbe de la hype. Méconnue il y a deux mois, mise à l’honneur en couv’ du magazine américain Entertainment Weekly mi-mars, la série est sur le point de passer du statut de pépite confidentielle, que les initiés s’échangent sous le manteau à celui de série du moment. Si vous voulez crâner en jouant les prescriptrices, il est plus que temps de vous y mettre. D’autant plus que la deuxième saison et ses dix nouveaux épisodes sont attendus dès le 19 avril aux USA. La famille des clones devrait s’y agrandir d’une nouvelle recrue. On n’est pas prêt d’être sevré, nous.

"Orphan Black", avec Tatiana Maslany, diffusé le dimanche à 13h25 sur Sy Fy.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.