• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Roadies" : que vaut cette série très attendue ?

Les acteurs de la série Roadies

Lancée fin juin sur Showtime, "Roadies" de Cameron Crowe dévoile les backtage d'une tournée de rockeurs. Au casting, on retrouve notamment l'actrice britannique Imogen Poots. Prometteur sur le papier, décevant à l'écran. Notre avis sur les deux premiers épisodes.

Ils sont les héros méconnus du rock, les petites mains qui s’agitent en coulisses. Quelques mois après la sortie de sa comédie Welcome Back, lancée en France sur Netflix dans l’indifférence générale, Cameron Crowe (Vanilla Sky) revient à ses premiers amours avec Roadies. Diffusée depuis le 26 juin sur Showtime, cette série est centrée sur une troupe de techniciens gérant les concerts du groupe fictif The Staton House Band, inspiré des Black Keys. Tout ce beau monde travaille sous la direction de Bill (Luke Wilson), manager de la tournée, et de Shelli (Carla Gugino), la productrice.


© Showtime

Sur le papier Roadies, une des séries les plus attendues de l’été, a tout pour séduire. D’abord, elle tombe à point nommé pour combler les mélomanes : la saison 2 d’Empire s’est achevée, Vinyl a été annulée par HBO et The Get Down se fait désirer sur Netflix. Et qui est mieux placé que Cameron Crowe pour transposer la frénésie du rock à l’écran ? D’Un Monde pour nous à Rencontres à Elizabethtown, la filmographie de l’ex-critique du magazine Rolling Stone est ponctuée d’épiphanies musicales. Sans oublier son mythique Presque Célèbre, l’histoire d’un jeune journaliste (Patrick Fugit) qui suit, pour les besoins d’un reportage, le groupe en vogue Stillwater sur la route. Un portrait des 70s dessiné en prenant comme point d'appui le regard de deux outsiders, le jeune héros, ainsi qu’une groupie interprétée par Kate Hudson.

Où est le rock'n'roll ?    

Si Presque Célèbre transpirait l’amour de la musique, la série de Showtime étonne par sa platitude. Point de moments lyriques, ni de protagonistes évoluant avec la passion chevillée au corps. La série se contente de jouer la carte du snobisme, à coups de name dropping et de blagues sur Taylor Swift, et de faire dire à ses personnages ce qu’elle devrait montrer. Dans l’épisode pilote, la jeune Kelly Ann (Imogen Poots) songe à plaquer son boulot de technicienne pour rejoindre une école de cinéma, persuadée d’avoir perdu la foi : "Je n’entends plus la musique de la même façon. Je n’ai plus l’impression qu’elle m’appartient ", se lamente-t-elle. Il faudra la prendre au mot car son lien émotionnel avec le groupe n’est jamais exploré. Les rockeurs sont d’ailleurs quasi invisibles dans les deux épisodes, ce qui aide encore moins à comprendre la dévotion des roadies. D’autant que ces derniers apparaissent comme interchangeables, seulement caractérisés par des traits superficiels : Kelly Ann circule exclusivement en skate, Bill aime coucher avec des minettes, etc.


© Showtime

Côté drame aussi, l’ensemble pèche par une absence d’enjeux. Bill et Shelli sont censés être secrètement amoureux l’un de l’autre mais, si tous les membres de la troupe font des sous-entendus sur leur incroyable alchimie, celle-ci n’est pas du tout visible à l’écran. De même, Kelly Ann prévient un nouvel arrivant que "ce groupe et cette équipe ont beaucoup de secrets"… Secrets dont on ne verra pas la couleur de sitôt. A l’inverse de Vinyl et son étalage de cocaïne, Roadies manque totalement de subversion et, encore plus préjudiciable, d’énergie. Hormis quelques images du bus dans lequel voyage la bande, l’esprit road trip est complètement absent, l’action se déroulant principalement dans des grandes salles de concerts identiques. A titre de comparaison, la série Unreal, dévoilant les coulisses d’une émission de téléréalité, parvient à recréer à la fois l’urgence et l’aspect laborieux de la production. Ici, le worldbuilding est tellement bâclé que l’on ne comprend toujours pas, au bout de deux heures, ce que font les personnages. Le détail est traité comme une private joke, mais illustre assez bien les lacunes du show.

À lire aussi

Les nouvelles séries les plus attendues de l’été 2016

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.