• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Pour ou contre le retour de "24 Heures Chrono" ?

Pour ou contre le retour de "24 Heures Chrono" ?

Quatre ans après avoir quitté l’antenne, la série culte des années 2000 "24 Heures Chrono" s’offre une nouvelle saison, "Live Another Day". Fallait-il ressusciter Jack Bauer ? Ça se discute.

Contre : "Homeland" est passée par là

Quand elle débarque sur les écrans en novembre 2001, 24 Heures Chrono fait l’effet d’une bombe. D’abord parce que sa narration en temps réel révolutionne le langage sériel, décuplant les potentialités du récit et notre addiction de téléspectateur. Mais aussi parce qu’au lendemain du 11 septembre, le thriller d’espionnage co-créé par Joel Surnow et Robert Cochran est parfaitement en phase avec son époque. Né sur les ruines des Twin Towers, Jack Bauer devient le visage d’une Amérique frappée mais triomphante, acharnée à traquer le terrorisme par tous les moyens. 24, qu’on accusera de faire l’apologie de la torture, devient même aux yeux de ses détracteurs un symbole des années Bush.

Dix ans plus tard, le contexte a changé. Epuisée par des années de guerre en Irak et en Afghanistan, ébranlée dans ses certitudes par la crise économique et les affaires d’Etat, l’Amérique se reconnaît plus dans les failles d’une Carrie Mathison, l’agent obsessionnelle mais fragile de Homeland, que dans l’héroïsme infatigable de Jack Bauer. Sans doute conscient de cet anachronisme, le producteur des deux séries, Howard Gordon, a veillé, dans cette saison 9 qui se déroule quatre ans après la précédente, à rendre son héros plus ambigu (comme Brody dans Homeland, il est soupçonné de trahison). Le voilà même affublé d’une partenaire blonde et névrosée (jouée par Yvonne Strahovski). Mais le lifting est un peu superficiel et ne sauve pas 24 de la ringardise.

Pour : un dernier tour de manège, ça ne se refuse pas

24 : Live Another Day est une mini-série bouclée de 12 épisodes, en guise de lot de consolation pour les fans de Jack Bauer déçus par l’échec du projet de film. Il ne s’agit donc pas de maintenir 24 en vie artificielle pendant huit ans supplémentaires, mais plutôt d’offrir un concentré de ce qui rendait la série si excitante du temps de sa grandeur. Une sorte de baroud d’honneur, pour le plaisir des inconditionnels. De ce point de vue, ce neuvième volet ne déçoit pas. Si l’on se demande encore comment le concept de temps réel va fonctionner sur douze épisodes, le reste des ingrédients est là et bien là.

Sur la base d’un pitch sans grande surprise – en fuite à Londres, Jack, traqués par la CIA, tentent de déjouer une attaque terroriste –, la série donne tout ce qu’elle a : de l’action non-stop, des litrons d’adrénaline, des répliques qui font mal ("Carbonise-moi, je tiendrai le coup !"), des rebondissements invraisemblables mais tellement haletants, bref, un grand n’importe quoi ultra-jouissif. Au fond, passée une première saison brillante, n’est-ce pas ce que 24 Heures Chrono a toujours été ? Les fidèles ne seront donc pas déçus, d’autant plus que les retrouvailles de Jack et Chloe, dans un look gothique inattendu, joue à fond sur la corde nostalgique. Les autres savent à quoi s’attendre.

Contre : Kiefer a passé l’âge

C’est le syndrome Expandables : depuis que Stallone, Schwarzy et leurs copains sexagénaires ont repris du service, l’action senior est à la mode. Kiefer Sutherland n’a certes que 46 ans, mais quand on a passé huit ans à distribuer des tatanes à tout ce qui bouge, c’est plus que l’âge de prendre sa retraite. Ou du moins de changer de registre. Veste élimée, mine décavée, réflexes usés : visiblement las, Kiefer fait peine à voir dans cette resucée de 24 Heures Chrono où il semble ne cachetonner qu’à défaut d’autre chose. Après Melancholia, où Lars Von Trier ironisait sur Jack Bauer en confiant à Kiefer Sutherland le rôle d’un homme incapable de sauver le monde, et l’annulation de Touch, où il tentait une renaissance télévisuelle, l’acteur a du mal à se réinventer hors des habits de son personnage emblématique. Jack forever ? Sur le visage fatigué de Kiefer Sutherland, la formule semble marquée comme un verdict. Et pour nous, comme une condamnation à l’ennui.

"24 Heures Chrono", avec Kiefer Sutherland, Mary Lynn Rajskub, Kim Raver... Le mardi sur Canal + Séries.

 
 
 
LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.