• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Le Clash : Game of Thrones fait-elle toujours rugir ?

Le Clash : Game of Thrones fait-elle toujours rugir ?

Une fois par mois, nos spécialistes Marion et Jan se clashent sur une nouvelle série. Cette semaine, ils se livrent à un périlleux affrontement. Pour ou contre Game of Thrones, dont la saison 3 est critiquée.

Carton d’audience, carton critique – quoi qu’absente des cérémonies de récompenses – Game of Thrones est une des séries les plus aimées du moment. Pourtant, certaines voix commencent à s’élever pour critiquer sa saison 3. Du coup, ceux qui n’ont jamais aimé la fresque de medieval fantasy d’HBO sortent de l’ombre…

Attention, ce qui suit peut contenir quelques petits spoilers

Jan aime bien Game of Thrones, parce que…
- Parce que la série adaptée des romans de George R.R. Martin a beau être un divertissement grand public, elle ne sacrifie pas sa narration à la frime des effets spéciaux et de l’action à tout prix. C’est une histoire humaine avant tout, l’humain l’emporte donc sur le spectaculaire. Ça fait du bien au cerveau.

- Parce qu’il faut être sacrément courageux pour se lancer dans une telle entreprise. Je parle non seulement des scénaristes, qui ont je l’espère une belle espérance de vie, mais aussi des téléspectateurs, qui acceptent de s’embarquer à Westeros pour une histoire qui se met en branle lentement, très lentement… Et c’est tant mieux. La récompense n’en sera que plus belle.

- Parce que les mondes de Game of Thrones, au Nord, au Sud, à l’Est, à l’Ouest, ne sont jamais mieux dessinés que dans cette saison 3, qui continue de rendre crédible et compréhensible la géographie gigantesque de la série. On n’est pas encore trop sûr de la localisation exacte des villes, mais ça se précise.

- Au-delà de ça, parce qu’à une heure où les séries sont de moins en moins feuilletonnantes, imaginer une histoire avec 2.682 personnages, 12.526.589 personnages secondaires et 1.476 décors, c’est un exploit. Surtout si les gens arrivent à y comprendre quelque chose.

- Parce que les acteurs sont très forts. D’ici 32 saisons, et la fin probable de cette histoire, tout le gratin de la télé et du cinéma britannique aura tenu un rôle dans Game of Thrones. Mieux, la série permet de révéler certains talents, comme Emilia "Khaleesi" Clarke et Kit "Jon Snow" Harington. Inutile de le dire, mais Peter Dinklage, qui joue Tyrion Lannister, est grand (ceci n’est pas une blague de mauvais goût).

- Parce que « tin tin tintintin tin tintintin tin tintintintinnnnn » (tentative d’écriture du générique de la série).

Mais il aime moins…
- Je l’avoue, il m’arrive de piquer du nez de temps en temps. Ce début de troisième saison est particulièrement laborieux, et manque de scènes excitantes. Mais je suis certain que ce n’est que partie remise et que la suite va remuer !

- Pardon, je me suis trompé : 2.730 personnages. Il y en a 48 nouveaux dans le dernier épisode. Du coup, c’est parfois difficile de se souvenir de tous leurs noms…

Marion n’aime pas Game of Thrones, parce que…
- Parce que j’y comprends rien. Enfin, si. Je comprends les grandes lignes : qui sont les Stark et les Lannister, pourquoi le petit Geoffrey mérite deux baffes, comment Daenerys s’est imposée dans ce monde de brutes (c’est celle avec les beaux cheveux et les dragons). Mais au-delà de ça… Qui sont ces gens et que veulent-ils, bon sang ???

- Et justement, les dragons, parlons-en… Ça fait quand même un paquet d’épisodes qu’on nous promet qu’ils vont être fantastiques, qu’ils vont faire peur et tout ça, alors qu’en fait, ils sont ratés. Les incrustations niveau 1 de Photoshop et le regard de leur maman qui tombe à côté une fois sur deux me font l’effet d’une sacrée trahison. Même les dinosaures de Terra Nova, la série catastrophique produite par Spielberg étaient mieux. Et elle a été annulée dès la première saison. Hum hum.

- Parce que je pensais que Game of Thrones servirait un petit goûter à mes yeux de midinette, comme le font Sons of Anarchy ou Vikings, séries très généreuses en jolis garçons souvent dénudés. Mais les hommes du Trône de Fer me fatiguent. Jon Snow et son air de chien battu, Jamie Lannister et son non-charisme, Robb Stark et sa mollesse absolue… Tout ça me donne clairement envie d’aller voir ailleurs. En fait, les plus sexy de la bande, c’étaient Ned Stark et Khal Drogo, tous deux morts il y a deux ans. Mauvais calcul, les gars.

- Parce que contrairement à ce que je lis partout, je ne trouve pas que les décors soient exceptionnels. Les paysages, oui. Mais ça, c’est le boulot de la nature. Pour ce qui est des intérieurs, j’ai parfois l’impression de voir un décor de théâtre prêt à s’écrouler si quelqu’un s’appuie un peu trop fort contre un mur. En même temps, je n’aimais pas non plus les décors de Rome, alors je suis peut-être juste nulle pour reconnaître du beau travail.

- Parce que tout le monde aime. Et quand tout le monde aime, ça me coupe l’envie. C’est un peu comme ces groupes ou ces films qu’on est o-bli-gé d’aimer, sinon nos amis ne nous parlent plus. Et bien non, je n’aime ni Drive, ni Radiohead, et je ne m’en porte pas plus mal. Si si, je vous jure que c’est possible.

Mais elle aime quand même…
- Que les femmes aient de beaux rôles. Parce qu’il faut le dire franchement, ce sont elles qui tiennent les rênes de l’histoire. Et finalement, je me demande si la petite Arya Stark n’est pas plus virile que les hommes…

- Voir de grands espaces, voyager tout en restant sur mon canapé et entendre un vocabulaire châtié. Parce que l’air de rien, des dialogues bien écrits, il n’y en a pas tant que ça, dans Sons of Anarchy.

LIRE LA SUITE
Marion Clerc et Jan Serpin
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.