• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

Interview : Eric Judor nous fait rire sans Ramzy

Interview d

Alors que Canal+ lance la diffusion de la saison 2 de sa série Platane lundi soir, Glamour.fr a rencontré Eric Judor pour parler de Ramzy, d’humour, de sérieux et… d'Hollywood.

Il est où Ramzy ?
Il dort. Il est quelle heure ? 14h30 ? Alors il dort.

Et en général, pas juste aujourd’hui ?
Il dort aussi. Jusqu’à 15h.

Platane, c’est votre série. Pas celle de Eric et Ramzy. On est drôle pareil quand on est tout seul ?
On touche un public plus large. Quand je suis avec Ramzy, on perd pas mal de monde en partant dans nos délires. En fait, on se fait marrer l’un l’autre, mais ça ne fait pas marrer tout le monde. On s’en fout un peu, mais c’est un peu con si tu veux en faire un métier… Seul, il y a moins de "private jokes". Mais c’est tellement mieux à deux. C’est le bordel. J’aime bien le bordel. Après 15h.

Dans la première saison de Platane, votre personnage voulait qu’on le prenne au sérieux. C’est drôle, d’être sérieux ?
C’est hilarant. Les personnages les plus drôles sont des types qui se croient malins et qui ne le sont pas. Peter Sellers dans La Panthère Rose, par exemple, se la pète sévère, est sûr d’être un excellent détective, alors qu’il est minable. John Cleese aussi maitrise ça à la perfection.

Et Steven Seagal ?
(Rires). Surtout maintenant, parce qu’il a une tête un peu bouffie, bizarre. Il a des implants capillaires, non ?

Le rire, c’est sérieux ?
Si ton rire devient sérieux, c’est que tu ne sais plus rire. Il ne faut surtout pas le disséquer. Si tu ouvres une grenouille, après, elle ne saute plus. Si tu veux comprendre comment elle saute, mieux vaut la regarder en silence. C’est pareil pour le rire. Dès le moment où tu cherches à l’expliquer, tu deviens chiant.

Cette saison 2 débute dans le grand Nord québécois… et personne n’a d’accent !
C’est volontaire. Si j’avais mis que des types avec de gros accents québécois, personne ne les aurait pris au sérieux. Un Français qui entend un Québécois parler, il est certain que tout ce qui sort de sa bouche est une vanne. J’avais peur que les gens pensent que l’accent était une blague. On a essayé, mais ça faisait sketch et on écoutait plus ce que disaient les personnages !

Dans les premiers épisodes, votre personnage passe des essais pour un film américain. En vrai, ça vous ferait marrer de jouer aux Etats-Unis ?
Ça ne me ferait pas marrer, ça me ferait halluciner oui ! Ça serait génial ! Si on me propose X-Men (comme Omar Sy, ndlr), je dis non, ben non, bien sûr ! J’ai fais deux films tournés par un Français, Quentin Dupieux, avec des acteurs américains, aux Etats-Unis : Wrong, et Wrong Cops, qui n’est pas encore sorti.

In English ? Parce que votre personnage dans Platane n’est pas une flèche dans la langue de Shakespeare…
Mon anglais dans la vraie vie est bien meilleur. J’ai une maitrise de langues étrangères appliquées, ça serait dommage que je ne fasse que du yaourt. Franchement, quel acteur ne rêve pas, à un moment ou à un autre, de faire des films à Hollywood ? C’est la NBA des Etats-Unis. Si tu joues au basket, tu veux jouer en NBA, si tu es comédien, tu veux jouer à Hollywood.

Quitte à être sur le banc ?
Carrément. Remplaçant, passeur de serviettes, ce que tu veux, tant que je suis sur le parquet !

Même avec Jason Statham, comme dans Platane ?
Euh, pas sûr qu’on ait les mêmes univers… Enfin, allez, tant que c’est aux States, c’est oui !

Vous imaginez un duo "Fred et Ramzy" dans la série…
C’est un bon duo, ils marchent bien ensemble ! Fred Testot me fait mourir de rire. On n’a pas encore vu tout son potentiel. C’est un bijou pas encore taillé.

Alors on attend "Eric et Omar" !
Pour ça il faudra aller aux States. J’attends le coup de fil. Mon téléphone est bien raccroché, je suis joignable.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.