• Minute Crush
  • Calendrier de l

Actuellement en kiosque !

GL cover mag Mai 2016 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
Inboard

"Game of Thrones" : on a rencontré Talisa Stark

Game of Thrones : on a rencontré Talisa Stark

La semaine dernière, l’actrice Oona Chaplin avait les honneurs du Festival Séries Mania organisé à Paris. Elle en a profité pour nous parler de "Game of Thrones", de paix intérieure et d’agriculture.

Oona Chaplin est une fille adorable. Le genre, quand vous lui tendez la main, à vous coller une bise sur chaque joue. Le trouble de voir se matérialiser sous nos yeux la Talisa Stark de Game of Thrones, son rôle le plus connu à ce jour, est remplacé par l’impression rafraichissante de rejoindre une ancienne copine d’Erasmus pour le thé. Gracieuse comme une figurine andalouse dans son seyant crop top et sa jupe taille haute, l’actrice de 27 ans s’exprime dans un français volubile et coloré, d’une voix à peine éraillée. Née en Espagne, élevée à Cuba, en Suisse et en Ecosse, un pied en Angleterre et l’autre aux Etats-Unis, la petite-fille de Charlie Chaplin est chez elle partout. Y compris dans la peau des autres.

Aussi cosmopolite que sa maman, l’actrice Geraldine Chaplin, Oona (en hommage à sa grand-mère Oona O’Neill) est à Paris pour assister au Festival Séries Mania, où elle présente quatre séries, et autant de rôles radicalement différents. Outre la douce fiancée de Rob Stark dans GOT, on la découvre en célibataire agressive dans Dates, comédie londonienne du créateur de Skins, en infirmière libre d’esprit dans le drame historique de la BBC The Crimson Field, et en trophy wife au look de bimbo dans la grinçante Inside n°9. Elle y est à chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre. Un joli CV à l’attention des directeurs de casting. "J’essaye d’aller vers la variété la plus extrême possible", confirme l’intéressée. "C’est plus qu’une stratégie, c’est la raison pour laquelle je suis actrice. Pour comprendre d’autres points de vue jusqu’à pouvoir me contredire moi-même."

Une jolie définition du métier d’acteur, qu’Oona Chaplin, qui a commencé le théâtre à 15 ans, dit avoir choisi moins par atavisme familial que par révélations successives. "Ce n’est que l’an dernier que j’ai vraiment compris pourquoi je faisais ce métier. La chasse au moment de vérité pure. Pour y arriver, il faut se débarrasser de l’ego." Son rôle dans la série la plus populaire du monde l’a pourtant mise en plein sous les projecteurs. Comment vit-elle la schizophrénie de son statut d’actrice, partagé entre introspection et exposition ? "Tout le monde, et les femmes en particulier, connaît cette dualité entre l’être et ce que l’on attend de vous. C’est juste plus présent quand on est acteur. Mais je ne parlerais pas de schizophrénie. Ce que je trouve dans mes rôles, c’est la force et la paix intérieure." Loin de la rendre parano, la folie planétaire autour de Game of Thrones la met en joie. "C’est le Star Wars de notre génération ! Une série comme GOT rend le monde meilleur en offrant aux gens des expériences directes et des questions morales à partager. Je suis très fière d’avoir participé à ça."

Oona Chaplin avoue que son CDD à Westeros a également accéléré sa carrière et confirmé son affinité avec les séries télé (on l’a aussi aperçue dans Sherlock et The Hour), qui n’a pas toujours été évidente. "En sortant de l’école de théâtre je me suis dit que je ne ferais jamais de télévision, je trouvais ça nul. Mais je me suis vite rendu compte que la matière offerte par les séries devenait meilleure que celle proposée par le cinéma." Ca n’empêche pas la belle polyglotte de tourner des films en anglais (The F Word avec Daniel Radcliffe, attendu cet été dans les salles), en espagnol (Purgatorio, un film d’horreur), et peut-être bientôt en français. "J’ai un projet avec le réalisateur Jérôme Le Gris, mais il faut que je travaille mon accent !" En attendant, l’actrice va s’offrir des vacances loin des plateaux. "Je vais passer quelques mois dans une ferme pour apprendre à faire pousser des choses. Pour moi, la nature c’est fondamental." Pas de doute, Oona a les pieds bien sur terre.

Remerciements au Festival Séries Mania.

LIRE LA SUITE
Inread
Loginnn

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.