Vent nordique sur les séries

Après l’immense succès de Millenium, les séries suédoises et danoises font un malheur. Décryptage d’un phénomène rafraîchissant.

nord
© DR/The Killing -

Un suspens qui glace
Champion du polar noir, les nordiques savent appliquer au petit écran les recettes de leurs bestsellers. Ils font mieux que ça, ils adaptent directement leurs bouquins : le Millenium de Stieg Larsson, qu’on ne présente plus, est ainsi devenue une série, tout comme Wallander, personnage culte d’Henning Mankell, flic taiseux mais efficace de la petite ville d’Ystad, au sud de la Suède. On rigole rarement dans ces séries où les meurtres les plus atroces se succèdent, crimes souvent haineux pour des affaires subtilement déprimantes, pas le genre qui se règle dans une voiture de sport sur une plage californienne. Elles ont beau vernir du Nord, The Killing, Les Enquêtes du commissaire Winter, Millenium et consorts nous font suer… une sueur froide.

Un réalisme qui rafraîchit
Marre des séries improbables, où les enquêtes se règlent en trente minutes chrono, avec le sourire et sans se décoiffer ? Essayez The Killing, enquêtes danoises au long court (déjà adaptée aux Etats-Unis) ou Les Enquêtes du commissaire Winter, polar suédois au cœur des banlieues de Göteborg. On s’y trompe, on y patauge, on échoue, on réessaye… Loin des clichés sur la police, les séries nordiques en montrent les rouages, les ratés, les violences. Elles font de même avec la politique. The Killing et surtout Borgen, sur les pas d’une femme Premier ministre (vue sur Arte récemment), nous plongent dans les coulisses du pouvoir avec une honnêteté et un enthousiasme que seule A la Maison Blanche avait su atteindre jusqu’ici.

Des paysages qui revigorent
Ambiances hivernales, routes silencieuses, rues désertes, terres gelées, villes balayées par le vent et campagnes immobiles, les séries nordiques redéfinissent la notion d’exotisme. Fini les métropoles bruyantes, New York, Los Angeles ou Londres, place aux villes ouvertes et vertes, Copenhague ou Stockholm, et aux arrières pays verdoyants – ou couverts de blanc. Malgré la pluie, le froid et… les cadavres, l’appel du Nord est irrésistible. Si vous rêvez de bio, d’air pur et de balade en vélo, vous savez où aller. Pensez juste à prendre votre polaire.