Actuellement en kiosque !

GL cover mag Décembre 2017 header maxi Alt 2

Edition papier

Découvrir

Edition numérique

Découvrir
HautHab__Leaderboard - skin
Inboard

"Friends" : pour les millennials, la série est sexiste, homophobe et grossophobe

"Friends" : pour les millennials, la série est sexiste, homophobe et grossophobe.

Vingt ans après avoir connu le succès, la série culte "Friends" est aujourd’hui pointée du doigt par la nouvelle génération qui la découvre sur Netflix.

Friends a beau avoir été élue meilleure série de tout les temps par Hollywood, les jeunes qui découvrent le show aujourd’hui semblent ne pas en être vraiment fans. En cause ? Le récit de nombreux épisodes, qui apparait sexiste, homophobe, transphobe ou encore grossophobe. Selon The Independant, si la sitcom culte à fait rire les Etats-Unis et l’Europe entre les années 1994 et 2004, la génération actuelle, qui la visionne sur Netflix (Friends fait partie du catalogue de la plateforme depuis 2017) se dit plutôt "mal à l’aise" face à certaines scènes.

D’abord, la série serait homophobe. Souvenez-vous, Ross semble ne pas supporter le fait que "la nounou" de sa fille soit un homme. Selon lui, celui-ci ne peut être que gay. Dans le même registre, la journaliste Ruth Graham pointait du doigt pour Slate en 2015 le comportement de Chandler, qui cherche à tout prix à prouver son hétérosexualité car qu’il ne supporte pas que celle-ci soit remise en cause.

Par ailleurs, les millennials trouvent également que la série véhicule les pires stéréotypes sur les personnes en surpoids. En 2016, la journaliste Holly Harper expliquait à ce sujet que la version ado de Monica (surnommée "Fat Monica") "est toujours en train de manger, elle n’est pas futée et traîne des pieds." Avec de tels clichés, le message véhiculé par le show repose sur le fait que Monica n’aurait probablement pas réussi sa vie si elle n’avait pas perdu de poids. 

De plus, la série serait également sexiste. Par exemple, lorsque Joey (présenté comme un coureur de jupons) compare les femmes à de la crème glacée et qu’il invite Ross à en prendre une cuillère. Ce dernier a d'ailleurs lui aussi un comportement sexiste lorsqu'il se montre ultra possessif envers Rachel au moment où cette dernière semble trop concentrée sur sa carrière.

Enfin, les jeunes dénoncent également le manque de diversité de la série, toute la bande étant blanche et hétéro. En 236 épisodes, The Independant précise qu’il n’y a eu que deux personnages non-blancs. En août 2017, Jay-Z sortait d’ailleurs le clip de "Moonlight", issu de son album "4 :44", en recréant une scène de la série avec un casting totalement noir. Une chose est sûre, on ne la regardera plus de la même manière.

LIRE LA SUITE
G.V.
Inread
Loginnn
__5574__FR-New-Glamour__Impact__Interstitiel - interstitiel

Vous possédez un compte Glamour ? Gagnez du temps !

se connecter
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.